27/05/2017

Citadelic ! C'est à Gand

Quand j’ai rencontré Rogé pour la première fois, on disait de lui que c’était un idéaliste.

C’était vrai. Mais c'était plus que ça. Rogé Verstraeten était un fou.

citedelic,festival,roge,roge verstraeten,el negocito,jazz sur l herbe,ruben machtelinckx,manolo cabras,fulco ottervanger,seppe geruers,moker,bart maris,paul van gysegem,patrick de groote,jorge rossy,mark turner,al foster,marc ducret,samuel blaser,joze dumoulin,chris joris,sal la rocca,jeroen van herzeele,lynn cassiers

Il l’est toujours.

Fou de jazz, fou de musiques, de liberté, d’art, de rencontres, fou d’humains. Car il faut être fou de tout ça pour faire vivre des lieux comme El Negocito pendant près d’une dizaine d’années où, dans un bric-à-brac chaleureux et convivial, on y jouait de la musique improvisée en dégustant d’excellents plats sud-américains. Fou pour remettre le couvert avec La Resistenza ! Et puis, en même temps, Rogé organisait aussi Jazz sur l'Herbe et avait développé son propre label : El Negocito Records.

Le label existe toujours - il est d'ailleurs une référence incontournable dans le milieu - et produit régulièrement de véritables perles de jazz contemporain, de musiques improvisées et aventureuses. On y retrouve, par exemples, BackBack, 3/4 Peace, De Beren Gieren, Bart Maris, Ruben Machtelinck, Moker, Manolo Cabras, Les Chroniques de l’Inutile, Llop, Fulco Ottervanger, Seppe Gebruers et tant d’autres…

Quant à Jazz sur l’Herbe, il est devenu Citadelic Festival.

Voici la dixième édition ! Et c’est gratuit !!! Oui gratuit ! De la folie.

Alors, pour rentrer dans ses frais, Rogé compte sur la dégustation d’excellents plats “maison”, des dégustations de vins ou de bières (hmmm la Hedonis !)… Mais toutes autres contributions sont les bienvenues. Renseignez-vous, demandez-lui.

Alors, c’est où ? A Gand, bien sûr, autour du kiosque du Citadelpark. Oui, là où se trouve aussi le S.M.A.K. !

Facile d’y accéder.

citedelic,festival,roge,roge verstraeten,el negocito,jazz sur l herbe,ruben machtelinckx,manolo cabras,fulco ottervanger,seppe geruers,moker,bart maris,paul van gysegem,patrick de groote,jorge rossy,mark turner,al foster,marc ducret,samuel blaser,joze dumoulin,chris joris,sal la rocca,jeroen van herzeele,lynn cassiers

Et c’est quand ? A partir du mercredi 31 mai jusqu’au lundi 5 juin ! Notez, notez !

Et qui verra-t-on ?

Plein de choses intéressantes comme, par exemples, Jorge Rossy Vibes Quintet featuring Mark Turner & Al Foster, le trio de Samuel Blaser avec Marc Ducret, pour commencer. Mais aussi Osama Abdulrasols, Rodrigo Fuentealba et la percussionniste japonaise Tsubasa Hori

Et puis encore le quartette de Sal La Rocca avec Lieven Venken, Jeroen Van Herzeele et Pascal Mohy, Lilly Joel (le duo de Lynn Cassiers et Jozef Dumoulin), le trio Patrick De Groote, Chris Joris et Paul Van Gysegem qui vient de sortir un fabuleux «Boundless», mais aussi Ruben Machtelinckx & Karl Van Deun, Steiger, Fred Leroux, GLiTS (Peter Vandenberghe et Bart Maris) dont l’excellent album vient de sortir également…

Ce ne sont que quelques noms parmi plus de vingt groupes programmés. Le mieux est d’aller voir le programme complet sur le site Citadelic.

Voilà dix ans que ça dure ! Si vous voulez que cela continue, vous savez ce qu’il vous reste à faire !

Allez, hop, tous à Gand ! Pour l’amour du jazz, pour les idéalistes, pour les fous, pour Rogé !

 

 

 

A+

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

01/02/2015

Ruben Machtelinckx au Vecteur à Charleroi

Voilà encore une belle initiative de Point Culture et du Vecteur à Charleroi qui invitent une fois de plus (puisqu'ils l’ont déjà fait quelques fois auparavant) des jazzmen qu'on n'a pas si souvent l'habitude de voir, ni d'entendre, dans notre belle Wallonie ou même à Bruxelles (ou alors parfois dans quelques lofts et autres endroits plus underground). Ce samedi soir, par exemple, ils ont invité le groupe du guitariste Ruben Machtelinckx.

vecteur,ruben machtelinckx,frederik leroux,nathan wouters,joachim badenhorst

Après le très réussi Faerge (chez Negocito), le quartette anversois vient de sortir son second album Flock (toujours chez Negocito), et venait le présenter ce soir devant un public assez nombreux.

Dans la même veine que le précédent album, Flock propose une série de compositions originales qui mêlent raffinements mélodiques et complexités harmoniques dans des ambiances souvent sobres et délicates.

Autour de lui, Ruben a vraiment cristallisé un véritable esprit de groupe au service d'une musique très singulière. Ce soir, on retrouve Joachim Badenhorst (cl, bcl, ts), Nathan Wouters (cb) et Fredrik Leroux (eg) qui remplaçait l’habituel Hilmar Jensson, resté dans son Islande natale pour cet unique concert belge (mais une tournée plus conséquente est prévue, normalement, en septembre… Stay tuned !).

L’ambiance est un peu particulière, sans un mot ni présentation, le groupe investit la scène après que les élèves de l’académie de Marchienne-au-Pont aient assurés la première partie. Chacun s’installe dans le silence et la retenue.

Ce n’est pas plus mal, car la musique du quartette s’écoute et s’apprécie dans le calme.

vecteur,ruben machtelinckx,frederik leroux,nathan wouters,joachim badenhorst

La première étape du voyage se fait toute en langueur. Tel le ressac de la mer, la mélodie («Gaap»?) se répand. Joachim Badenhorst vient dessiner les premiers contours qui semblent sortir de la brume. Le morceau se déploie lentement, chacun des musiciens s’écoute respirer. Le son est parfait, l’instant suspendu.

Après cette mise en bouche d’une délicatesse extrême, Ruben Machtelinckx s’empare du banjo («Mc Murdo»). Il déroule un tapis sonore tendu et cristallin au motif répétitif et infini, tandis que Frederik Leroux lâche sporadiquement un riff gras, profond et résonnant. Le groupe joue avec la matière sonore de façon plus âpre. La progression se fait par couches fiévreuses. Les deux guitaristes distillent de légers effets de distorsions, de subtiles reverbs et de fins larsens.

Badenhorst maîtrise son souffle et son son de manière étonnante. On sent chez lui un relâchement total, une propension à s'infiltrer et à épouser les moindres ondulations rythmiques et mélodiques des thèmes écrits par Machtelinckx. Qu’il soit au ténor, à la clarinette basse ou la clarinette, il est le véritable souffle de vie, celui qui pousse les émotions à se libérer totalement.

vecteur,ruben machtelinckx,frederik leroux,nathan wouters,joachim badenhorst

Le quartette enchaine les morceaux sans un mot, comme pour ne pas briser la magie ou les fragiles constructions qui envahissent la salle. «Cumulus» ou «The Hunter» se racontent à nous. Frederik Leroux et Ruben Machtelinckx échangent, magnifient, portent et supportent l'ensemble. Ils changent les couleurs. Parfois par touches, parfois par grands coups de brosse puissants qui ajoutent de l’épaisseur à la luminosité. Nathan Wouters relie l'ensemble dans un jeu sobre ou, au contraire, ouvre encore plus l'espace. Il évoque aussi parfois d'autres folklores imaginaires (lorsqu’il utilise l'archet notamment). Tout cela se fait avec une grande complicité et avec une maitrise technique admirable.

Une belle heure de musique d'une infinie tendresse, parfois sombre et mélancolique, parfois ardente et apaisante, mais toujours interpellante. Le public en redemande, Ruben revient sur scène pour une courte impro en solo. Magistrale.

Bref, ce soir, on a pris un grand bol d'air vif et frais à Charleroi.

 

Machtelinckx/ Jensson/ Badenhorst/ Wouters Flock from Ruben Machtelinckx on Vimeo.

 

 

A+

 

20/06/2010

Phynt & Erwin Vann au El Negocito - Gent

Voilà des années (3 ans ou plus?) que je n’avais plus vu Erwin Vann en concert. Je l’imaginais en Allemagne (il me confirmera qu’il a bien enregistré là-bas, mais qu’il n’y a pas souvent joué) ou aux Pays-Pas (mon intuition était déjà bien meilleure, puisqu’il y a joué assez souvent et vient d’enregistrer avec le pianiste Jereon Van Vliet…). Si on l’a vu un peu moins sur nos scènes, c’est aussi parce qu’Erwin a levé un peu le pied. Il a pris du recul, a pris le temps de respirer, de réfléchir et surtout, Erwin est devenu Erwin ‘Eknath’ Vann, professeur de yoga.

P1110294
Cela ne l’empêche pas de jouer encore, comme ce soir à Gand, au El Negocito. Et c’est avec plaisir que je le retrouve, entouré des jeunes musiciens du groupe Phynt: Ruben Machtelinckx (eg), Dries Laheye (elb) et Jakob Warmenbol (dm) que j’avais déjà remarqué lors d’un concert à L’archiduc, voici quelques années.

 P1110311

Après un premier morceau qui installe une atmosphère plus ou moins sereine, sous forme de ballade, Ruben Machtelinck attaque le second de front, avec une intro musclée. Son jeu, plutôt anguleux et concis, légèrement habillé d’effets d’écho ou de disto, rappelle un peu Bill Frisell ou Elliott Sharp. Le son s’accorde très bien à celui, parfois nasillard et un peu métallique, du sax de Vann. Ensemble, ils instaurent une ambiance, entre folk et jazz blues, qui s’ouvre de irrésistiblement à l’improvisation. Le morceau prend de l’épaisseur et s’enrichit des interventions bouillonnantes de Warmenbol aux drums et d’une basse galopante de Laheye.

La plupart des morceaux sont construits sur le même principe et évoluent vers un certain climax. Le groupe nous maintient alors en apesanteur, nous installe comme dans une bulle cotonneuse pour mieux nous bousculer. Parfois, un morceau plus éclaté, un peu de guingois, aux accents presque funky, s’intercale dans ce jazz assez fantasmagorique où Vann et Machtelinck explorent des sons tantôt âpres, tantôt aquatiques.

P1110302

Phynt et Erwin Vann arrivent toujours à bien contrôler l’énergie pour y mélanger des mélodies simples sur des harmonies complexes, et parviennent aussi à maintenir une tension juste et équilibrée. Bref, un groupe à suivre.

Avant de rentrer sur Bruxelles, je discute longuement avec Rogé, le patron du El Negocito, qui, après le club et le label (deux choses que je vous invite très vivement à découvrir), a encore plein de belles et bonnes idées en tête… Mais ça, c’est une autre histoire, et on en reparlera une autre fois.

 

A+