06/09/2015

Belgian Jazz Meeting 2015

Troisième du nom, le Belgian Jazz Meeting s’est tenu à Bruges cette année.

Le Belgian Jazz Meeting ? C’est quoi ?

Organisé en collaboration avec Jazz Brugge, De Werf, Kunstenpunt, MUSEACT, Les Lundis D’Hortense, WBM, et JazzLab Series, ce meeting de trois jours a pour but de promouvoir le jazz belge hors de ses frontières.

belgian jazz meeting,lander gyselinck,anneleen boehme,bram delooze,jean-francois foliez,casimir liberski,janos bruneel,xavier roge,eve beuvens,benjamin sauzereau,sylvain debaisieux,laurent blondiau,philippe laloy,guillaume orti,gregoire tirtiaux,pierre bernard,claude tchamitchan,pascal rousseau,joachim badenhorst,brice soniano,nathalie loriers,tineke postma,philippe aerts,antoine pierre,pierre de surgeres,guillaume vierset,jean-paul estievenart,simon segers,lieven van pee,fulco ottervanger,beren gieren,nathan daems,nordman,black flower,claron mc fadden,tuur florizoone,michel massot,marine horbaczewski

Le Belgian Jazz Meeting ? Qu’est ce qu’on y fait ?

On y écoute du jazz, bien sûr !

On y retrouve 14 groupes belges sélectionnés parmi plus de 160 candidatures.

On rencontre des journalistes, des programmateurs, des agents, d’Europe et du reste du monde.

On parle anglais, français, néerlandais, italien, allemand, finnois… parfois tout en même temps, dans une même conversation.

On noue des contacts.

On écoute du jazz !

On boit une bière. Ou deux. Ou plus.

On va se coucher trop tard. On se lève trop tôt.

On écoute du jazz !

On se balade sous la pluie.

On découvre des projets.

On discute, on s’interroge, on s’échange des avis.

Mais surtout… on écoute du jazz…

On écoute d’abord Lab Trio. La musique est acérée, les compos ciselées. L'ensemble est peut-être un peu trop cérébral. Le drumming de Lander Gyselinck, fin et précis répond parfaitement au jeu très inspiré de Bram Delooze. Quant à Anneleen Boehme (cb), elle maintient le cap avec juste ce qu’il faut de robustesse et d’ouverture.

On est soufflé par la prestation de Jean-François Folliez Playground. Le clarinettiste a réuni autour de lui une rythmique d’enfer (Janos Bruneel à la contrebasse, Xavier Rogé aux drums et Casimir Liberski au piano), et ça trace ! Pas un seul moment faible. Les compos sont pleines de surprises, avec des changements de directions qui surviennent sans crier gare et des solos qui racontent des histoires. Ceux de Casimir Liberski, par exemples, sont d’une fougue et d’une force surprenantes. Un groupe à suivre de très près !

On se laisse emporter par l’Heptatomic d’Eve Beuvens. Le lyrisme côtoie l’exaltation. Le bop se fait bousculer par le free. Les interventions de Benjamin Sauzerau (eg), Laurent Blondiau (tp) ou encore Sylvain Debaisieux (ts) sont toutes au service d’une musique très… vivante.

On se laisse bercer par le Kind Of Pink de Philippe Laloy (as, flûtes, voc). Les thèmes de Pink Floyd sont recolorés avec beaucoup de subtilité et d’intelligence pour en garder tout l’esprit et éviter la mauvaise copie.

On en prend plein le plexus avec MikMäâk. Laurent Blondiau (tp) et Guillaume Orti (as) réussissent sans cesse à renouveler la musique du combo, tout en lui gardant son identité. La musique semble se jouer par grappe : tantôt les cuivres, puis les anches, puis les cordes. Et tout est d’une cohérence et d’un groove étonnants. On retient, par exemple, le travail de Pascal Rousseau (tuba), Gregoire Tirtiaux (bs) – et son long solo tout en respiration circulaire est bluffant – Pierre Bernard (flûte) ou encore Claude Tchamitchian (cb).

On se repose comme on peut et, le lendemain, à onze heure du matin…

... on se concentre et on se laisse dériver par la musique très intimiste et très minimaliste de Joachim Badenhorst (cl, bcl) et Brice Soniano (cb). Le feulement, les respirations, les sons étouffés, les rythmes cachés et parfois déstructurés : voilà les ingrédients. Bien sûr, c’est un peu ardu… Mais quelle écoute. Quels échanges. Quelle qualité musicale !

On se fait plaisir avec le trio de Nathalie Loriers (p), Philippe Aerts (cb) et Tineke Postma (as, ss). Avec ces trois-là, la musique circule avec aisance. Les mélodies se développent avec autant de délicatesse que de fermeté. Le trio (sans batterie) arrive toujours à maintenir la tension, aussi bien dans les moments enlevés que dans les ballades. La classe.

On se balade dans le grand hall du Concertgebouw où se sont installés les différents acteurs du jazz belge (agents, maisons de disques, musiciens, associations) pour tenter d’accrocher les invités étrangers.

On vit l'installation "Loops" de Bart Maris.

On remet le prix Sabam au jazzman confirmé (l’incontestable Laurent Blondiau) et au jeune jazzman (Antoine Pierre est enfin récompensé, à juste titre, pour son travail avec Philip Catherine, LG Jazz Collective, TaxiWars et autres. On attend avec impatience son projet personnel, Urbex, qu’il présentera au Marni le 10 et à Liège (Cinéma Sauvenière) le 17. Et puis, on récompense aussi l’infatigable et incontournable Jean-Pierre Bissot (Jeunesses Musicales, Gaume Jazz et bien d’autres choses encore).

 

 

On applaudit Pierre De Surgères (p) et son trio. En se disant peut-être que le choix des morceaux rendait sa prestation un peu disparate.

On reprend un peu de LG Jazz Collective. Toujours impeccable. Concis, puissant et de mieux en mieux rôdé. Et puis, le groupe nous réserve toujours des petites surprises.

On prend une belle claque avec De Beren Gieren ! Le groupe de Fulco Ottervanger (p), Lieven Van Pée (cb) et Simon Segers (dm) vient de publier son dernier album chez Clean Feed. Cela donne une idée de l’esthétique musicale. Le trio est impressionnant, alliant complexité rythmique et harmonique avec une énergie débordante. De Beren Gieren mélange le jazz, le rock et les bidouillages électro. Et c'est très fort !

On subit le rock de Nordman. Le son est puissant, la musique est lourde. L’esprit est rock.

On se déhanche avec Black Flower. L’excellent groupe de Nathan Daems (ts, flûtes, kaval) mélange le jazz, la musique éthiopienne et l’afrobeat. C’est un tourbillon rythmique, ondulant et sensuel, avec une bonne dose de personnalité. Du haut niveau.

On se réveille difficilement dimanche matin.

On est subjugué par le talent insolent et la maturité des très jeunes Hendrik Lasure (p) et Casper Van De Velde (dm). Ces deux-là ont du culot, un sens du phrasé, du rythme et de l’échange. La musique est pleine de finesse, d’humour et de surprises. Schntzl (c’est le nom du groupe) est une révélation.

On s’émeut avec le projet « Secrets » de Tuur Florizoone (acc), Michel Massot (tuba, tb), Marine Horbaczewski (cello). Le trio a invité la chanteuse d’opéra Claron McFadden à chanter ou déclamer quelques secrets d’anonymes, parfois drôle, parfois très sombres, mais toujours très touchants. Poésie, musicalité, sensibilité. On est frappé en plein cœur.

On s’échange nos dernières impressions.

On se dit que cette édition était d’un tout bon niveau.

On espère que cela portera ses fruits.

Et on se dit que le jazz donne quand même un belle idée de ce devrait être ce pays.

 

 

 

Belgian Jazz 2015 by Belgianjazzmeeting on Mixcloud

 

 
 

 

A+

 

 

 

09/08/2015

Gaume Jazz Festival - Day 2

Il fait toujours aussi chaud ce samedi sur le site du Gaume Jazz Festival.

Sur la scène du parc, les P´tits Gaumais (les enfants qui ont participé au stage organisé par les Jeunesses Musicales) reprennent les chansons de Saule. C'est touchant, sympathique et rafraîchissant.

Mais c'est sous le grand chapiteau, sur le coup de 15h30, que se joue le premier concert. C'est le LG Jazz Collective. J'en ai parlé encore dernièrement ici, et tout le bien que j'en pense se confirme : le groupe prend de l'assurance au fil des concerts, prend des risques et se libère de plus en plus. Il entre directement dans le vif du sujet (« Move ») et enchaine les morceaux pour éviter les temps morts. Les sons claques et les solos fusent (Rob Banken (as), le nouveau venu dans le groupe, arrache les notes, Steven Delannoye flirte avec le "out" au ténor et avec les étoiles au soprano, et Jean-Paul Estiévenart est éclatant comme toujours. Le groovy « Carmignano » (de Legnini) trouve facilement sa place, tout comme le lyrique « Dolce Divertimento » (d'Alain Pierre) qui permet une belle prise de parole, très lumineuse, d’Igor Gehenot au piano.

Et, bien sûr, le leader (Guillaume Vierset) se sent pousser des ailes grâce au soutien de la rythmique Felix Zurstrassen (eb, cb) et Antoine Pierre (dm), intenable dans ses relances constantes (comme sur « New Feel », pour ne citer que cela). De la cohérence de cohésion de la complicité et beaucoup de travail... La recette est quand même simple, non?

stephan pougin,gaume jazz festival,gaume jazz,guillaume vierset,alain pierre,antoine pierre,jean-paul estievenart,steven delannoye,rob banken,igor gehenot,felix zurstrassen,orioxy,julie campiche,yael miller,roland merlinc,manu hagmann,arne van dongen,emmanuel baily,philippe lalaoy,kind of pink,sam gerstmans,julien pirlot,emilie lesbrs,kalevi louhivuori,jozef dumoulin,brice soniano,guilhem verger,lionel beuvens,jetsky,jan rzewski,emmanuel louis,pascal rousseau,frank tortiller,janis joplin,jacques mahieu,leonard ciohen,jean-louis pommier,alex herichon

Dans la salle, le public à rendez-vous avec Orioxy, un quartette suisse au set-up original (harpe, voix, shruti box, ...) dont j’avais parlé du premier album ici. À Gaume, Orioxy présentait le fruit de son troisième album (« Lost Child », enregistré suite à la victoire du quartette au tremplin Jazz d’Avignon). Il fait étouffant dans la salle, mais « Song Of Love » nous emmène tout en légèreté dans l'étrange univers, aussi féerique qu'inquiétant, du groupe. Tout est dans le non-dit, dans l'évocation, dans l’intuition... même si l'explosion survient parfois, façon free rock, au moment où l'on ne s'y attend pas. Orioxy joue autant avec les mots (en hébreu, français ou anglais) qu'avec les rythmes (sur l'excellent « Princeless » par exemple) et les tempos graves succèdent aux groove retenus de l’excellent Roland Merlinc. Les expérimentations électros à la harpe (Julie Campiche) et à la contrebasse (Manu Hagmann), ainsi que le travail vocal étonnant de Yaël Miller, qui chante avec autant de conviction que de sensualité, terminent de parfaire l'identité forte et très personnelle de l’ensemble. Orioxy laisse une grande part au rêve et à l’imagination. A découvrir absolument. D'ailleurs, on espère les revoir bien vite, et plus d’une fois, en Belgique.

Retour sous le grand chapiteau. Kind Of Pink est le projet de Philippe Laloy, entouré de Arne Van Dongen (cb), Emmanuel Baily (g) et Stephan Pougin (perc). Il revisite Pink Floyd, en hommage à son père (avec qui il a découvert le groupe psyché rock, malgré le fait que cela n’était pas de sa génération non plus). Est-ce la raison pour laquelle Laloy prend juste assez de recul pour remanier ces « classics » en évitant les clichés ?

« Money », par exemple, contourne tous les pièges de l'évidence. « Breathe » et « Wish You Where Here » enveloppent la salle des volutes Flodyennes plus bleues que pink. « The Trial » et « Shine On You » sont chantés et se rapprochent, par contre, un peu plus des originaux. Les sons sont feutrés et les thèmes lancinants du mythique groupe anglais se perçoivent derrière des arrangements sobres et fins. Tour à tour, au sax ou à la flûte, Laloy surfe sur les harmonies et ne prend que les notes qui l'intéresse. Il façonne la mélodie, la dilate un peu et l'abandonne parfois pour laisser ses compagnons l’agrémenter à leur façon.

Il est souvent délicat de reprendre des thèmes pop en jazz (ou assimilé), et encore plus lorsqu'il ne s'agit que d'un seul groupe, aussi populaire soit-il (certains ont essayé avec les Beatles, par exemple, avec moins de bonheur), mais Kind Of Pink y arrive sans peine. Et Pink Floyd reste bien intemporel, c'est certain.

stephan pougin,gaume jazz festival,gaume jazz,guillaume vierset,alain pierre,antoine pierre,jean-paul estievenart,steven delannoye,rob banken,igor gehenot,felix zurstrassen,orioxy,julie campiche,yael miller,roland merlinc,manu hagmann,arne van dongen,emmanuel baily,philippe lalaoy,kind of pink,sam gerstmans,julien pirlot,emilie lesbrs,kalevi louhivuori,jozef dumoulin,brice soniano,guilhem verger,lionel beuvens,jetsky,jan rzewski,emmanuel louis,pascal rousseau,frank tortiller,janis joplin,jacques mahieu,leonard ciohen,jean-louis pommier,alex herichon

Dans la cour, Sam Gerstmans (cb) propose un duo particulier. Suite à une participation à un programme de Cap 48 et du Créahm, le contrebassiste a rencontré le jeune artiste Julien Pirlot pour un court projet. L'aventure aurait pu s’arrêter là mais, on a beau être musicien, on n'en est pas moins humain. Et Sam est très humain. Alors, ensemble, et de manière régulière, ils ont continué leur collaboration. Quoi de mieux que le jazz et les musiques improvisées pour s'épanouir et se découvrir ? Entre poésie, ré-apprentissage du langage, des sons et de la musique, le duo touche en plein cœur et souligne les différences qui rapprochent. Le free jazz, le jazz mais aussi la chanson populaire rencontrent l'art brut. Et les histoires abstraites naissent, plus concrètes qu'on ne l'imagine. Un travail qui donne à réfléchir. Un vrai travail utile. Très utile.

La carte blanche aurait-elle le pouvoir de transcender les musiciens? C'est sans doute un peu le but et Lionel Beuvens n'a pas laissé échapper l'occasion de s'aventurer dans un jazz très ouvert. Le voici accompagné de Kalevi Louhivuori (tp), Jozef Dumoulin (p), Brice Soniano (cb), Guilhem Verger (as) et d'une chanteuse, et pas n'importe laquelle : Emilie Lesbros. La française, qui vit à NY, a, entre autres, travaillé avec Barre Philips et autres artistes contemporains. On imagine aisément la trajectoire que veut prendre le batteur… sans peut-être savoir ou cela va le mener...

Si, l’ensemble rappelle un peu le Liberation Music Orchestra, avec de longues évolutions mélodiques tailladées d'interventions libres, ou l'Art Ensemble of Chicago, on pense aussi parfois à Abbey Lincoln et Max Roach, en version contemporaine. On traverse de grands espaces sonores, parsemées de rythmes lancinants et entêtants. Jozef jette les notes, Lesbros déclame plus qu'elle ne chante... Mais parfois, son chant, d’une maîtrise totale, agit comme le sixième instrument du sextette. La trompette est claire et claquante, le sax parfois agressif. Les rythmes se cassent avant de se reconstruire. Parfois, certains thèmes débutent en mode « élégiaque » avant d'évoluer vers la transe ou même la rage. Un petit esprit soixante-huitard plane sur le Gaume. A suivre ?

stephan pougin,gaume jazz festival,gaume jazz,guillaume vierset,alain pierre,antoine pierre,jean-paul estievenart,steven delannoye,rob banken,igor gehenot,felix zurstrassen,orioxy,julie campiche,yael miller,roland merlinc,manu hagmann,arne van dongen,emmanuel baily,philippe lalaoy,kind of pink,sam gerstmans,julien pirlot,emilie lesbrs,kalevi louhivuori,jozef dumoulin,brice soniano,guilhem verger,lionel beuvens,jetsky,jan rzewski,emmanuel louis,pascal rousseau,frank tortiller,janis joplin,jacques mahieu,leonard ciohen,jean-louis pommier,alex herichon

A l’extérieur, Jetsky (Jan Rzewski (ss), Emmanuel Louis (g) et Pascal Rousseau (tuba)), fait revivre l'esprit Nino Rota en le mélangeant aux folklores klezmer ou Roms. Il y a un côté désenchanté et à la fois plein d'espoirs ironiques dans cette musique. Aux thèmes souvent dansant s'ajoute parfois quelques éclats bruitistes (samples de voix et distos de guitare acoustique). C'est festif et différent. Et Jetsky ne se « démonte » pas lorsque la balance de Tortiller, dans le chapiteau tout proche, se fait un peu trop présente. Le trio en a vu d’autres et peut tout affronter, de toute façon, sa musique a quelque chose de fataliste, digne des meilleurs histoires de John Fante.

Frank Tortiller donc. Le vibraphoniste français a décidé de remettre Janis Joplin à l'honneur, et avec son nonnette c'est le blues (parfois très rock et furieux) qui rejaillit. Au chant, Jacques Mahieu, de sa voix légèrement éraillée et grave, reprend avec plus ou moins de bonheur les plus grands thèmes de la chanteuse américaine (« Kozmic Blues », « Move over », « Half Moon », « Piece Of My Heart ») mais aussi un thème de Leonard Cohen : « Chelsea Hotel ». Les riffs de guitare accentuent le côté rock agressif tandis que les cuivres (mentions spéciales à Alex Hérichon et Jean-Louis Pommier) rappellent un peu le jazz chicagoan ou quelques couleurs soul funk. Les arrangements évitent intelligemment l'imitation et le côté prévisible (beau moment sur « Mercedes Benz »), mais le niveau sonore, parfois trop puissant, a tendance à étouffer ces subtilités.

Bel hommage qui donne envie de se replonger dans les rares albums de cette chanteuse plus sensible qu’instable, comme on la trop souvent présentée.

A+

 

09/06/2015

Blue Flamingo - Juin 2015

Entre festival et «pop up» club de jazz, le Blue Flamingo en est déjà à sa cinquième année !

Oui ! Cinq ans qu’il propose de façon régulière (4 fois l’an, le temps d’un week-end) des doubles concerts, les vendredi et samedi, dans la très belle, spacieuse et chaleureuse salle du Château du Karreveld à Molenbeek. La dernière fois que j'y avais mis les pieds, c'était il y a trop longtemps (lors de la première édition, en fait). Depuis, la formule n'a pas changée mais l'organisation et l'aménagement des lieux se sont bien améliorés : acoustique, lumière et même une petite - mais délicieuse - restauration tendance bio, sont vraiment au top. À force de travail, d'abnégation et, sans aucun doute, d’une foie inébranlable dans le jazz, Vincent Ghilbert et Christelle (MuseBoosting) ont réussi un pari un peu fou. Je vous invite vivement à vous rendre aux prochaines éditions car, vous verrez, vous y serez gâtés.

blue flamingo,vincent ghibert,vincent ghilbert,muse boosting,raf debacker,cedric raymond,thomas grimmonprez,igor gehenot,laurent barbier,steven delannoye,fabio zamagni,jean-paul estievenart,guillaume vierset,felix zurstrassen,ben sluijs,brice soniano,christian mendoza,stephane mercier,casimir liberski,hendrik vanattenhoven,matthias de waele,jean-francois prins

Ce vendredi soir c'est Raf D Backer Trio (avec Cédric Raymond à la contrebasse et Thomas Grimmonprez à la batterie) qui fait l’ouverture. Si la formule est un peu resserrée, elle n’en est pas moins explosive et groovy. Le premier morceau («Jo The Farmer») – un peu à la Legnini - est vite suivi d'un autre qui évoque, lui, Jimmy Smith ou Les McCann. Il faut dire qu’au piano ou à l’orgue électrique, Raf donne tout ce qu'il a : énergie, ferveur et sensibilité. Et comme tout bon leader qui sait bien s'entourer, il n'hésite pas non plus à laisser de la place à ses acolytes. Cédric Raymond peut ainsi s'évader dans l'un ou l'autre solo aussi virtuose que sensuel. De même, Thomas Grimmonprez peut découper l'espace de claquements sourds ou limpides sans jamais atténuer la tension. Et ça balance et ça ondule lascivement au son d’un gospel lumineux : «Oh The Joy». Le claviériste s’inspire aussi parfois de Bo Diddley et, tout en invitant le public à frapper dans les mains, rappelle l'essence du jazz, de la soul et bien sûr du blues. A ce rythme-là, le pas vers le funk est vite franchi. Mais on revient quand même aux fondamentaux. Et «Full House» précède un hommage à B.B. King avant que «Rising Joy», aux accents très churchy, ne termine un set rondement mené.

blue flamingo,vincent ghibert,vincent ghilbert,muse boosting,raf debacker,cedric raymond,thomas grimmonprez,igor gehenot,laurent barbier,steven delannoye,fabio zamagni,jean-paul estievenart,guillaume vierset,felix zurstrassen,ben sluijs,brice soniano,christian mendoza,stephane mercier,casimir liberski,hendrik vanattenhoven,matthias de waele,jean-francois prins

Le temps d’une courte mise en place, et le LG Jazz Collective monte sur scène.

Le truc du groupe, à la base, c'est de reprendre des thèmes de musiciens belges et de les arranger à sa sauce. Ainsi, «Jazz At The Olympics», de Nathalie Loriers, est retissé à la mode LG, avec verve (le solo de Laurent Barbier (as) est dense) et fougue (Igor Gehenot (p) est en pleine forme). Et «Carmignano», d’Eric Legnini, ou «A», de Lionel Beuvens, ne manquent vraiment pas d’idées. Si Guillaume Vierset laisse beaucoup de place à ses amis pour s'exprimer (comme sur «Move» où il laisse totalement libre Jean-Paul Estiévenart), il n'hésite pas à montrer de quoi il est capable (sur le même «Move», notamment). On remarque aussi l’excellent soutien de Fabio Zamagni qui remplace Antoine Pierre de brillant manière. «Grace Moment» permet aux souffleurs de se faire un peu plus lyriques (comme Steven Delannoye, par exemple, embarqué par Igor Gehenot). Mais, sous ses aspects simples, ce thème laisse apparaitre de tortueuses harmonies. Felix Zurstrassen (eb) – qui prend de plus en plus de risques - défriche alors quelques chemins secrets pour les offrir au pianiste puis au guitariste. La musique semble nous envelopper, comme pour nous étouffer lentement, sereinement, exquisément. Oui, le LG Collective a des choses à défendre et, au fur et à mesure des concerts, prend de l'assurance et se libère. Mais on aimerait qu’il se lâche encore un peu plus et que cela soit encore un poil moins «cadré». Cela pourrait être encore bien plus puissant … pour notre plus grand bonheur.

blue flamingo,vincent ghibert,vincent ghilbert,muse boosting,raf debacker,cedric raymond,thomas grimmonprez,igor gehenot,laurent barbier,steven delannoye,fabio zamagni,jean-paul estievenart,guillaume vierset,felix zurstrassen,ben sluijs,brice soniano,christian mendoza,stephane mercier,casimir liberski,hendrik vanattenhoven,matthias de waele,jean-francois prins

Le lendemain, samedi, 3/4 Peace (Ben Sluijs, Christian Mendoza et Brice Soniano) isole le Château du Karreveld dans une bulle magique. On ne le répétera jamais assez, mais Ben Sluijs est une des très grande voix du sax alto. Toujours en recherche d'absolu et de sensibilité. Année après année, il développe un style unique. Tout en douceur, quiétude, retenue, sensibilité, et créativité. Avec «Glow», la musique est à fleur de peau. Puis, avec «Miles Behind», elle semble sortir lentement de la brume, doucement, sur un tempo qui s'accélère subtilement et se dessine sous les doigts de Christian Mendoza (quel toucher, mes amis, quel toucher !). Le pianiste égraine les notes avec parcimonie, répond en contrepoints à la contrebasse, puis prend des libertés dans un swing ultra délicat et d'une limpidité absolue. Brice Soniano (qui vient de publier un magnifique album en trio – Shades Of Blue – dont les concerts sont prévus en septembre... 2016 !!! Soyez patients…) accroche les mélodies avec une finesse incroyable et un sens unique du timing et du silence. Quant à Ben Sluijs, il survole et plane au dessus de cette musique d'une finesse et d'une transparence (dans le sens de luminosité, de brillance, de clarté et de légèreté) inouïe. Ce trio est unique ! Alors, il y a «Still», magnifique de retenue, puis «Constructive Criticism», morceau plus abstrait, découpé avec une intelligence rare, qui joue les tensions, les éclatements et qui trouve une résolution inattendue. 3/4 Peace parvient aussi à faire briller cette faible lueur d'espoir cachée au fond de la musique sombre et tourmentée qu’est «Éternité de l'enfant Jésus» de Messiaen. Puis il évoque Satie avec «Cycling» et enfin se donne de l’air avec un plus enlevé «Hope».

Grand moment. Très grand moment de musique !

blue flamingo,vincent ghibert,vincent ghilbert,muse boosting,raf debacker,cedric raymond,thomas grimmonprez,igor gehenot,laurent barbier,steven delannoye,fabio zamagni,jean-paul estievenart,guillaume vierset,felix zurstrassen,ben sluijs,brice soniano,christian mendoza,stephane mercier,casimir liberski,hendrik vanattenhoven,matthias de waele,jean-francois prins

L’ambiance est nettement plus swinguante ensuite, avec le quartette du saxophoniste Stéphane Mercier, soutenu par une rythmique solide (Matthias De Waele (dm) et Hendrik Vanattenhoven (cb) ), mais aussi et surtout par l'excellent Casimir Liberski (p). Ce jeune «chien fou» est toujours prêt à casser les règles, à élargir le spectre musical. Sur «Ma Elle», par exemple, ou sur «Jazz Studio», ses interventions sont furieuses et éblouissantes, presque au bord de la rupture. Il faut un solide Hendrik Vanattenhoven pour canaliser sa fougue. Et c’est magnifique d’assister à ce combat entre le feu et l’eau. Stéphane Mercier peut alors doser, comme il le veut, sa musique. Elle est solaire, énergique et pleine d'optimisme (à son image, en quelque sorte) avec «Team Spirit », puis dansante avec «Juanchito» et fianlement lyrique avec le très beau «Samsara». Avant d’accueillir, en guest, Jean-François Prins (eg) - que l’on ne voit peut-être pas assez en Belgique - pour un ou deux standards, Mercier nous offre encore «La Bohème» dans un esprit qui rappelle un peu Barney Willen, tout en langueur et détachement. Et c’est bon.

Voilà une bien belle façon d’achever cette merveilleuse édition du Blue Flamingo.

 

 

A+

 

 

07/06/2015

Guillaume Vierset Harvest Group - Au Bravo

Première bruxelloise pour le nouveau projet de Guillaume Vierset : Harvest Group.

Il s’agit, ce soir au Bravo, d’une remise en jambe, d’un try out, avant la sortie officielle de l’album Songwriter prévue officiellement à Liège (13 juin à l’An Vert) puis à Comblain en juillet et au Marni en octobre seulement.

guillaume vierset,yannick peeters,yves peeters,mathieu robert,marine horbaczewski,bravo

Est-ce le succès prolongé du LG Collective (dont Guillaume est également leader) qui aura retardé la sortie de l'album enregistré en aout 2014 déjà ? Peut-être. En tous cas, si Guillaume Vierset a pris son temps (à raison sans doute), c'est bien à l'image de la musique qu'il propose.

En effet, inspirée de Neil Young (un peu) et de Nick Drake (beaucoup), ce jazz, un peu folk un peu pop, aime s'alanguir sur des tempis calmes. Et pour rendre au mieux ces ambiances americana (qui évoque parfois l'esprit Brian Blade et son Fellowship Band ou Bill Frisell de Big Sur) le guitariste s´est entouré d'un line-up original et de tout bon niveau. On y retrouve en effet Mathieu Robert au soprano, Yannick Peeters à la contrebasse, Yves Peeters aux drums et Marine Horbaczewski au violoncelle.

Cette sobre musique, mélancolique et lumineuse à la fois, doit certainement une grande partie de sa réussite à la sensibilité de chaque musicien, de leur grande entente et, bien entendu, d’une grande écoute mutuelle. Outre le jeu d’une belle souplesse de Guillaume Vierset, ce sont les cordes du violoncelle, mêlées à celle de la contrebasse, qui donnent une saveur particulière à l’ensemble. Parfois à l'unisson, parfois en contrepoint, les deux filles de la bande colorent les atmosphères de ce glacis nostalgique et légèrement ténébreux. De son côté, les interventions plus âpres, assurées par le soprano d’un Mathieu Robert irréprochable, amènent une pointe d’acidité bienvenue. C'est ce côté doux-amer, sucré salé qui fait tout le charme discret de cette musique. Les compos originales de Vierset («Songwriter», le superbe «Around Molly», «First Act» ou encore «Enough» qui a les honneurs du premier Real Book belge) n'ont rien à envier à celles de Nick Drake («Time As Told Me», «Pink Moon»…). On y retrouve le même esprit, et on se laisse bercer et emporter par cette musique toute et nuance et délicatesse.

guillaume vierset,yannick peeters,yves peeters,mathieu robert,marine horbaczewski,bravo

Alors, les morceaux s’enchaînent, en un seul set, pour ne pas briser l’ambiance ouatée qui s’est installée peu à peu. Si tout est assez feutré, jusque dans le drumming caressant de Yves Peeters, «Red Moon» ne manque cependant pas de fermeté rythmique.

Et puis, soulignons aussi les arrangements, maîtrisés et équilibrés, qui permettent aux musiciens de s´exprimer tour à tour, en solo ou en duo, et amener ainsi le juste relief dont cette musique a besoin.

 

 

Un bon premier concert qui se savoure avec bonheur dans l’intimité d’un confort simple.

A+

 

29/05/2015

Brussels Jazz Marathon 2015

Ça y est, c’est vendredi soir ! Bouffée d'oxygène !

C'est le Brussels Jazz Marathon. 20ème anniversaire (si l'on exclut le Jazz Rally des débuts).

Premier rendez-vous : Grand Place avec le LG Jazz Collective. Je n’arrive malheureusement que pour les deux deniers morceaux. Sur scène, ça groove et ça balance, et j'ai quand même l'occasion d'apprécier les fabuleux solos de Jean-Paul Estiévenart (tp), ceux de Igor Gehenot (p) ainsi que quelques beaux chorus de Steven Delannoye (as). Il n'y a pas à dire le groupe de Guillaume Vierset (eg) est une valeur sûre qui n'a pas fini - espérons le - de nous surprendre grâce à la pertinence des compositions et la qualité d’interprétation des musiciens. (Je vous conseille d’ailleurs l’écoute de l’album New Feel chez Igloo).

brussels jazz marathon,guillaume vierset,igor gehenot,steven delannoye,jean-paul estievenart,antoine romeo,julien tassin,augusto pirodda,marek patrman,manolo cabras,ben sluijs,bilou donneux,francois garny,jerome van den bril,sabine kabongo,matthieu van,mariana tootsie,laurent doumont,vincent bruyninckx,lionel beuvens,henri greindl,jan de haas,hendrik vanattenhoven,nicola andreoli,chrystel wautier,fabio zamagni,giuseppe millaci,sam gerstmans,adrien verderame,toine thys,pascal mohy,stephane mercier,arno krijger,karl januska,maayan smith,nadav peled,matthias de waele,sounds,bravo,jos machtel,simon plancke

Pendant que l’on prépare la scène pour le groupe suivant, je me dirige vers la Place Sainte Catherine pour aller découvrir Zéro Tolerance For Silence. Le nom dit tout et le groupe d’Antoine Romeo (eg, voc) et de Julien Tassin (eg) joue la carte du noisy-punk-rock puissant plutôt que celle du jazz. Le son, poussé à fond, écrase d’ailleurs un peu trop les nuances. Dommage, car l'originalité et la personnalité du projet en pâtit sans doute un peu.

Au bout de la Rue Antoine Dansaert, au Bravo, l'ambiance est totalement différente et un nombreux public entoure le quartette du pianiste Augusto Pirodda. Ici le jazz est intimiste et laisse une grande part à l’improvisation libre. Il y a une véritable originalité dans la vision et les compositions du leader. Il y a aussi «un son de groupe» plutôt singulier. Le drumming exceptionnel, par exemple, fin et aventureux de Marek Patrman s'accorde tellement bien au jeu épique du contrebassiste Manolo Cabras ! Le jeu de Ben Sluijs (as), à la fois lyrique, ciselé et tranchant, se conjugue à merveille avec celui, très personnel, de Pirodda. C’est cette osmose qui fait de ce groupe, sans aucun doute, l'un des meilleurs actuellement dans sa catégorie en Belgique. (Ecoutez l’album «A Turkey Is Better Eaten», paru chez Negocito Records).

brussels jazz marathon,guillaume vierset,igor gehenot,steven delannoye,jean-paul estievenart,antoine romeo,julien tassin,augusto pirodda,marek patrman,manolo cabras,ben sluijs,bilou donneux,francois garny,jerome van den bril,sabine kabongo,matthieu van,mariana tootsie,laurent doumont,vincent bruyninckx,lionel beuvens,henri greindl,jan de haas,hendrik vanattenhoven,nicola andreoli,chrystel wautier,fabio zamagni,giuseppe millaci,sam gerstmans,adrien verderame,toine thys,pascal mohy,stephane mercier,arno krijger,karl januska,maayan smith,nadav peled,matthias de waele,sounds,bravo,jos machtel,simon plancke

Retour sur la Grand Place pour danser, bouger, s'amuser et s’éclater avec Bilou Doneux (à la guitare !!) et toute sa bande qui rend un hommage à Bob Marley. La bande - qui met rapidement le feu - ce sont François Garny (monstrueux à la basse électrique !!) et Jérôme Van Den Bril à la guitare électrique, mais aussi Michel Seba et ses percussions endiablées qui répondent au drumming impeccable de Matthieu Van ! Ce sont aussi Bart Defoort (ts) et Laurent Blondiau (tp) qui assurent un max, côté souffleurs... Et ce sont John Mahy aux claviers, et Senso, Tony Kabeya, la remarquable Sabine Kabongo ou la non moins formidable Marianna Tootsie aux chants ! Avec eux, la musique de Bob est vraiment à la fête et Bilou Doneux est heureux comme un poisson dans l'eau.

brussels jazz marathon,guillaume vierset,igor gehenot,steven delannoye,jean-paul estievenart,antoine romeo,julien tassin,augusto pirodda,marek patrman,manolo cabras,ben sluijs,bilou donneux,francois garny,jerome van den bril,sabine kabongo,matthieu van,mariana tootsie,laurent doumont,vincent bruyninckx,lionel beuvens,henri greindl,jan de haas,hendrik vanattenhoven,nicola andreoli,chrystel wautier,fabio zamagni,giuseppe millaci,sam gerstmans,adrien verderame,toine thys,pascal mohy,stephane mercier,arno krijger,karl januska,maayan smith,nadav peled,matthias de waele,sounds,bravo,jos machtel,simon plancke

Samedi après-midi, comme je le fais depuis plusieurs années maintenant, je me retrouve  dans le jury du XL-Jazz Competition (avec Jempi Samyn, Henri Greindl, Jacobien Tamsma et Laurent Doumont). D’année en année, le niveau ne cesse de monter. Ces jeunes jazzmen, encore au conservatoire ou dans une école de musique pour la plupart, ont des idées déjà bien claires et un jeu très solide. Art Brut Quintet, par exemple, qui débute le concours, propose un répertoire très élaboré et original, influencé par la jeune scène New Yorkaise. Déjà très bien en place, mais manquant parfois d’un tout petit peu d’assurance, le groupe ose et surprend. Outre les compositions du leader et drummer Simon Plancke (qui obtiendra l’un des prix de soliste et compositeur), on remarque le jeu intéressant et prometteur du saxophoniste Jonas Biesbrouck.

Gilles Vanoverbeke (p) se présente ensuite avec Cyrille Obermüller (cb) et Lucas Vanderputten (dm) dans le périlleux exercice du trio jazz. Quelque peu influencé par Mehldau ou Jarrett, le groupe répond bien au-delà des attentes. Le contrebassiste ne laisse d’ailleurs pas le jury indifférent qui, après une longue discussion, lui offrira également le prix ex-æquo du meilleur soliste. Un trio à suivre assurément.

Mais le groupe qui fait l’unanimité ce soir est le quartette Four Of A Kind (Maxime Moyaerts (p), Guillaume Gillain (g), Nicolas Muma (cb) et Lucas Vanderputten (dm)) qui propose un set précis, super en place, original et très swinguant. C’est à eux que reviendront les prix du jury et du public.

Marathon oblige, il faut picorer parmi les nombreux concerts proposés dans tout Bruxelles. Sur la Place Fernand Cocq, Henri Greindl (g), Jan De Haas (dm) et Hendrik Vanattenhoven (cb) distillent avec élégance les standards chantés par Viviane de Callataÿ. C'est doux, agréable et bien sympathique à écouter sous les derniers rayons de soleil de la journée.

Un peu plus loin, à L’Imagin’air, dans une jolie salle aux chaleureuses briques apparentes, Barbara Wiernik se produit - pour la toute première fois - en duo avec l’excellent pianiste Nicola Andreoli. Le jeu aérien et lumineux de ce dernier met superbement en valeur la voix chaude de la chanteuse. Entre vocalises et scat, le chant est assuré, profond, riche et hyper mobile (rien n’arrête ses contorsions vocales). Le duo mélange compositions personnelles et standards (si l'on peut appeler «standards» des morceaux de Maria Pia de Vito ou de Norma Winston). Ces moments de poésie et de beauté, qui évitent avec intelligence la mièvrerie, mettent surtout en avant la pureté des thèmes. Une belle expérience à renouveler, sans aucun doute.

brussels jazz marathon,guillaume vierset,igor gehenot,steven delannoye,jean-paul estievenart,antoine romeo,julien tassin,augusto pirodda,marek patrman,manolo cabras,ben sluijs,bilou donneux,francois garny,jerome van den bril,sabine kabongo,matthieu van,mariana tootsie,laurent doumont,vincent bruyninckx,lionel beuvens,henri greindl,jan de haas,hendrik vanattenhoven,nicola andreoli,chrystel wautier,fabio zamagni,giuseppe millaci,sam gerstmans,adrien verderame,toine thys,pascal mohy,stephane mercier,arno krijger,karl januska,maayan smith,nadav peled,matthias de waele,sounds,bravo,jos machtel,simon plancke

Retour sur la Place Fernand Coq où Chrystel Wautier (voc) a concocté avec Igor Gehenot (p) un répertoire soul funk des plus efficaces. Tandis que Lorenzo Di Maio (eg) s’amuse à lâcher quelques solos incisifs, Thomas Mayade (tp) nous rappelle un peu le Roy Hargrove du RH Factor. Il faut dire que les arrangements de ces morceaux jazz, soul ou pop («American Boy» ou «Comme un boomerang», entre autres) groovent plutôt pas mal. La rythmique (Giuseppe Millaci (eb), Fabio Zamagni (dm)) est solide et Chrystel, la voix souple, ondulante et terriblement accrocheuse, se balade dans ce répertoire avec une aisance incroyable.

Pour terminer ce samedi bien rempli, une dernière étape s’impose : le SoundsLaurent Doumont propose son soul jazz festif. Le club est bourré et le public se balance aux sons de «Papa Soul Talkin», de «Mary Ann» de Ray Charles et même de «Tu vuo' fa' l'americano» de Renato Carosone. Vincent Bruyninckx déroule des solos fantastiques avec beaucoup d’aisance, tandis que Sam Gerstmans maintient le cap malgré la ferveur du jeu d’Adrien Verderame à la batterie. Quant au leader, il passe du chant aux sax (ténor ou soprano) avec un plaisir gourmand. Bref, la fête est loin de se terminer.

Dimanche, le soleil brille et je n’ai malheureusement pas l’occasion de voir Bram De Looze (dont la prestation fut excellente d’après les échos) sur une Grand Place noire de monde. J’arrive pour entendre les premières notes du sextette de Stéphane Mercier.

brussels jazz marathon,guillaume vierset,igor gehenot,steven delannoye,jean-paul estievenart,antoine romeo,julien tassin,augusto pirodda,marek patrman,manolo cabras,ben sluijs,bilou donneux,francois garny,jerome van den bril,sabine kabongo,matthieu van,mariana tootsie,laurent doumont,vincent bruyninckx,lionel beuvens,henri greindl,jan de haas,hendrik vanattenhoven,nicola andreoli,chrystel wautier,fabio zamagni,giuseppe millaci,sam gerstmans,adrien verderame,toine thys,pascal mohy,stephane mercier,arno krijger,karl januska,maayan smith,nadav peled,matthias de waele,sounds,bravo,jos machtel,simon plancke

Le groupe du saxophoniste est vraiment au point même si, ce dimanche, sa configuration est légèrement différente de l’original : Lionel Beuvens et Cédric Raymond avaient remplacé respectivement aux drums et à la contrebasse les habituels Yoni Zelnik et Gautier Garrigue. Et, franchement, ça sonne et ça déménage. Les compositions de l’altiste sont pleines de reliefs et superbement bien arrangées. «Maël», «Matis», «Aumale Sherif» ou encore «The Jazz Studio», pleins de force et de nuances, nous ballottent entre post bop et swing. Et quand les solistes prennent la main, c’est pour pousser plus loin et plus fort les thèmes. Et à ce petit jeu, on ne peut qu’être admiratif devant les interventions de Jean-Paul Estiévenart (époustouflant de puissance, d’idées et de maitrise) mais aussi de Pascal Mohy (toucher vif et sensuel à la fois), de Steven Delannoye (toujours incisif) et bien entendu, du leader (voix suave, solaire et ondulante). Bref, voilà un groupe vraiment inspiré et toujours surprenant qu’il faut suivre sans hésiter.

Juste après, Toine Thys ne fait pas descendre la pression. Il faut dire que son projet Grizzly ne manque vraiment pas de pêche. S’il présente son trio (Arno Krijger (Hammond B3) et Karl Januska (dm) qui remplace l’habituel Antoine Pierre) avec beaucoup d'humour, de second degrés et de détachement, la musique elle, est délivrée avec beaucoup de «sérieux». Des thèmes comme «The White Diamond», «Don’t Fly L.A.N.S.A» ou le très tendre «Disoriented» (à la clarinette basse) possèdent tous leur dose de créativité. Quant à «Grizzly», titre éponyme de l’album, c’est un véritable hymne au soul jazz.

brussels jazz marathon,guillaume vierset,igor gehenot,steven delannoye,jean-paul estievenart,antoine romeo,julien tassin,augusto pirodda,marek patrman,manolo cabras,ben sluijs,bilou donneux,francois garny,jerome van den bril,sabine kabongo,matthieu van,mariana tootsie,laurent doumont,vincent bruyninckx,lionel beuvens,henri greindl,jan de haas,hendrik vanattenhoven,nicola andreoli,chrystel wautier,fabio zamagni,giuseppe millaci,sam gerstmans,adrien verderame,toine thys,pascal mohy,stephane mercier,arno krijger,karl januska,maayan smith,nadav peled,matthias de waele,sounds,bravo,jos machtel,simon plancke

J’aurais pu rester pour voir Mâäk Quintet, mais je voulais écouter Maayan Smith (ts) et Nadav Peled (eg) au Roskam. Le saxophoniste et le guitariste travaillent ensemble depuis quelques années déjà, et ont essayé différentes formules. Cette fois-ci, c’est Matthias De Waele qu’on retrouve aux drums et Jos Machtel à la contrebasse.

brussels jazz marathon,guillaume vierset,igor gehenot,steven delannoye,jean-paul estievenart,antoine romeo,julien tassin,augusto pirodda,marek patrman,manolo cabras,ben sluijs,bilou donneux,francois garny,jerome van den bril,sabine kabongo,matthieu van,mariana tootsie,laurent doumont,vincent bruyninckx,lionel beuvens,henri greindl,jan de haas,hendrik vanattenhoven,nicola andreoli,chrystel wautier,fabio zamagni,giuseppe millaci,sam gerstmans,adrien verderame,toine thys,pascal mohy,stephane mercier,arno krijger,karl januska,maayan smith,nadav peled,matthias de waele,sounds,bravo,jos machtel,simon plancke

Qu’il s’agisse de compos originales («The Pocket», «That’s Freedom»), ou de classiques («Hanky Panky» de Dexter Gordon ou «Bye-Ya» de Monk), le quartette arrive toujours à imposer sa patte et à donner de la cohésion à l’ensemble. Les échanges entre ténor (le son est parfois gras mais toujours subtil) et guitare (un phrasé souple, entre Jim Hall et John Abercrombie) font mouche. De Waele n’hésite pas à faire claquer sa caisse claire pour contrebalancer le jeu tout en demi-teinte de l’excellent Jos Machtel. Avec ce projet, Maayan Smith remet en lumière un bop parfois un peu trop laissé dans l’ombre. Il y amène, avec l’aide de son complice guitariste, une belle modernité, sans jamais intellectualiser le propos.

Voilà une belle façon de terminer un Jazz Marathon, toujours utile et bien agréable.

A+

 
 

04/04/2015

Random House - Bravo

Oui, j'ai raté plusieurs concerts au Bravo, le club qui a le vent en poupe en ce moment à Bruxelles. Oui, j'ai raté Jochen Rueckert (avec Mark Turner et Lage Lund) et aussi le quartette de Will Vinson

Mais ce jeudi soir, j'ai pu aller écouter Random House, le dernier groupe de Thomas Champagne. Et ce soir, le public est assez dispersé (il faut dire que «l’offre jazz» est assez étoffée : JS Big Band à la Jazz Station, la Jam du Chat-Pitre, Joachim Caffonnette au Sounds, entre autres).

bravo,random house,thomas champagne,alain deval,guillaume vierset,ruben lamon

Au sous-sol du Bravo, Guillaume Vierset (g), Ruben Lamon (cb) et Alain Deval (dm), qui entourent le saxophoniste, entament «Oriana», un morceau à la structure plutôt classique mais très solaire et tournoyante. Aussitôt, on remarque les impros incisives de Guillaume Vierset, à qui Champagne laisse beaucoup de place dans le groupe, ainsi que de belles interventions de Ruben Lamon, qui fait preuve d’un jeu ferme et ondulant.

Les bases sont jetées et l’on peut s’aventurer plus loin avec «Block». Ici, on défriche et on fouille les sons. L’esprit est plus chaotique et abstrait. La tension se fait sentir et les sons rebondissent et ricochent. L’histoire se construit par touches et finit par exploser en une sorte de blues rock, lourd et puissant. On sent que le groupe capable de se lâcher un peu plus encore et de délirer à fond. Mais Random House préfère garder le contrôle et ne pas trop s’étendre. On en aurait bien pris un peu plus.

On aurait bien pris un peu plus aussi de «Around Molly», une composition de Vierset en hommage à la maman de Nick Drake dont il est fan déclaré. Cette superbe ballade jazz folk, aux parfums americana, voit se tresser des mélodies subtiles qui s’entrelacent enter la guitare et le sax. Ce morceau est propice aux impros et digressions… mais le groupe préfère respecter un format chanson, court et concis. Tant pis pour nous. Plus swinguant est le thème suivant (qui ne porte pas encore de nom) dans lequel Thomas Champagne se libère totalement. Soutenu par une rythmique solide, il mène la danse avec fermeté avant de passer le relais à Vierset (un futur grand de la guitare, décidément). Son jeu est fluide et nerveux, parfois osé, inspiré des meilleurs guitaristes new-yorkais actuels. Il construit et invente sans jamais se départir d’un groove intérieur.

bravo,random house,thomas champagne,alain deval,guillaume vierset,ruben lamon

Après une reprise nerveuse au second set, Random House propose, un thème plus nébuleux, éclaté et dispersé, «One For Manu». On se rapproche un peu de la méditation ou de la transe parfois, surtout au travers du travail d’Alain Deval, qui joue principalement avec les maillets, comme pour invoquer la forge sourde de Vulcain. Le morceau est aussi fascinant que changeant. Le groupe mélange - si pas les styles - en tous cas les rythmes, les tempi et  les ambiances.

On enchaine alors avec un morceau plus ondulant et sensuel, «Circular Road» qui navigue entre jazz et pop à la Talk Talk et, bien entendu, la musique répétitive.

Random House défriche le jazz avec délicatesse, tout en gardant une oreille sur la tradition, et ne se ferme aucune porte. Ce mélange d’influences définit bien le nom d'un groupe qui n'est qu'au début d'une belle aventure. A suivre.

 

 

 

A+

 

 

11/03/2012

Jazz Tour Festival à Hannut

 

Joli succès pour la deuxième édition du Jazz Tour Festival au Centre Culturel de Hannut.

Ce n’était ni à l’habituel Henrifontaine ni à la Salle Jean Rosoux qu’il se tenait, mais bien au Centre de Lecture Publique, pour des raisons pratiques.

cc hannut,unexpected 4,bas cooijmans,vincent thekal,jeremy dumont,armando luongo,thomas champagne,didier van uytvanck,guillaume vierset,nicholas yates,cedric favresse,yannick peeters,alain deval,jean-paul estievenart,chrystel wautier,ben sluijs,quentin liegeois,boris schmidt,antoine cirri,michel mainil,alain rochette,jose bebeur,xavier lambertz

Et sur les coups de 16 heures, ce samedi 3 mars, pas mal de curieux et d’amateurs étaient déjà présents pour écouter Unexpected 4.

Les lauréats du concours  du Festival Dinant Jazz Nights 2010 – que j’avais eu l’occasion de voir à la Jazz Station – présentaient un nouveau line-up. Il ne s’agit pas d’un changement radical mais l’arrivée de Bas Cooijmans à la contrebasse, à la place de Vincent Cuper et de sa basse électrique, change quand même l’optique du groupe. On sent l’ensemble encore plus ramassé et une nouvelle dynamique se dessine. L’incisif Jeremy Dumont (p), dont l’entente avec Vincent Thekal est évidente, ouvre souvent les espaces. Le drumming d’Armando Luongo se veut toujours enflammé. Avec l’arrivée de Cooijmans, ils pourront sans doute se lâcher encore un peu plus et sortir d’une voie qui reste parfois encore un peu sage. Car, c’est clair, on imagine aisément que Unexpected 4 en a encore sous le pied.

Le trio de Thomas Champagne ensuite, sur sa lancée d’une année “anniversaire” (le groupe fêtait ses dix ans en 2011 avec une longue tournée dont j’ai palé ici et ), se présentait avec un invité: le guitariste Guillaume Vierset. Ce dernier aura l’occasion de se mettre plusieurs fois en valeur (notamment sur “One For Manu”) et de démontrer un jeu d’une belle sensualité non dépourvu d’accents plus mordants. Guillaume Vierset travaille actuellement sur une relecture des compositions de musiciens liégeois (Jacques Pelzer, René Thomas et d’autres) qu’il présentera au prochain festival Jazz à Liège avec des musiciens… liégeois. On est curieux et déjà impatient d’entendre le résultat.

Après ce très bon set, intense et bien équilibré (Champagne (as), Yates (cb) et Van Uytvanck (dm) s’entendent à merveille pour faire monter la pression), c’était au tour de Collapse de montrer de quel bois il se chauffe.

Le groupe de Cedric Favrese (as) et Alain Deval (dm) prend décidément de l’assurance et propose un jazz des plus intéressants. On (ou “je”?) a fait souvent le parallèle entre la musique de ce quartette et celle d’Ornette Coleman. Bien sûr, on y sent l’esprit, mais il faut bien admettre que Collapse arrive à s’en détacher et à créer sa propre vision. Entre post bop et free, éclaboussé de klezmer et de musiques orientales, le groupe explore les sons, ose les couinements et les grincements avant de se lancer dans des thèmes haletants. Le travail - faussement discret - de Yannick Peeters à la contrebasse est souvent brillant et d’une telle intelligence qu’on aurait tort de ne pas le souligner, car il est réellement indispensable. Les longues interventions de Jean-Paul Estiévenart sont en tous points remarquables : il y a de la fraîcheur, de la dextérité et toujours une énorme envie de chercher, de prendre des risques et d’éviter la facilité. C’est cela qui est excitant dans ce groupe - à la musique à la fois complexe et tellement évidente - c’est cet esprit de liberté qui flotte et se transmet de l’un à l’autre. A suivre, plus que jamais.

Dans un tout autre genre, Chrystel Wautier livrait son dernier concert de sa série “Jazz Tour”. Entourée de Boris Schmidt à la contrebasse, de Quentin Liégeois - très en forme - à la guitare et de Ben Sluijs - toujours aussi fabuleux - au sax et à la flûte, la chanteuse a ébloui le très nombreux public. La voix de Chrystel fut, ce soir plus que jamais, parfaite. Avec décontraction, humour et sensibilité, elle nous embarque à bord de ses propres compositions ou nous fait redécouvrir des standards (de “Like Someone In Love” à “Doralice”) sous une autre lumière. Elle chante, elle scatte et… elle siffle même ! Et là où cela pourrait être, au mieux ringard et au pire vulgaire, elle fait de « I’ll Be Seeing You » un véritable bijou. On appelle ça le talent.

Retour au hard bop plus « traditionnel » pour clore la journée, avec le quartette de Michel Mainil (ts). On sent dans ce groupe, qui a déjà de la bouteille, une certaine jubilation à jouer pour le plaisir… même si cela manque parfois de fluidité dans l’ensemble. On remarquera les belles interventions de José Bedeur à la contrebasse électrique (je me demande toujours pourquoi ce choix « électrique » dans un tel contexte ? Mais cela n’engage que moi), la frappe « carrée » d’Antoine Cirri et surtout le jeu très alerte et précis d’Alain Rochette.

Il est plus de minuit, Xavier Lambertz et toute l’équipe du CC Hannut peuvent être heureux, le contrat est plus que rempli. Rendez-vous l’année prochaine.

A+

 

11/06/2011

Brussels Jazz Marathon 2011

 

Plutôt «light» mon Jazz Marathon, cette année.


Sorti tard du bureau vendredi, je suis allé directement sur la Grand Place. J’aurais pu aller écouter Manu Domergue et Etienne Richard au Sablon, ou revoir Borderline à la Place Ste Catherine, mais non… je suis allé voir Eric Legnini. Et Krystle Warren.

Le temps de m’enfiler une pita chez Plaka (ce sont quand même les meilleures) et me voilà devant la scène.

Legnini derrière le Fender, Frank Agulhon derrière la batterie et Thomas Bramerie derrière la «volante» qu’il teste avant de l’emmener en tournée en Asie.

jazz marathon, manu domergue, etienne richard, borderline, eric legnini, krystle warren, frank agulhon, thomas bramerie, jereon van herzeele, nico chkifi, ben prischi, alfred vilayleck, louis favre, alegria, gratitude, marc lelangue, laurent doumont, jean-paul estievenart, alain palizeul,mariana tootsie, guillaume vierset, lift, dorian dumont, thomas mayade, emily allison, marjan van rompay, jens bouttery, sep francois, hugo antunes, jerome klein

C’est «Black President», puis «Kitchen Maquis». Ça groove, même si le son de façade est moyen. Eric – et les autres – ont l’air sincèrement heureux d’être là. Entre eux, c’est indéniable, il y a une complicité étonnante. Et quand Krystle Warren arrive pour chanter «Joy», on la sent tout de suite à l’aise dans ce groupe. Sa voix est assez incroyable. Graineuse, grave et claire à la fois. Casquette vissée sur la tête, les mains dans les poches, Krystle a enfilé sa veste, elle trouve le temps un peu frisquet. On a connu des Jazz Marathon sous des cieux bien moins cléments. Les thèmes s’enchaînent, Krystle se réchauffe et empoigne sa guitare, puis se lâche dans des impros vocales profondes sur «The Old And Grey». Entre folk, pop et soul jazz, le trio embarque avec lui un public ravi.

Je descends Rue des Riches Claires, vers le Floreo, pour écouter Alegria. Ben Prischi (p) et Nico Chkifi (dr) terminent le premier set. J’arrive juste au mauvais moment. Le temps de partager une bière avec les musiciens, de discuter un peu avec eux et je remonte vers le Lombard pour écouter Gratitude Trio, c’est-à-dire Louis Favre (dm), Jereon Van Herzeele (ts) et Alfred Vilayleck (eb).

jazz marathon, manu domergue, etienne richard, borderline, eric legnini, krystle warren, frank agulhon, thomas bramerie, jereon van herzeele, nico chkifi, ben prischi, alfred vilayleck, louis favre, alegria, gratitude, marc lelangue, laurent doumont, jean-paul estievenart, alain palizeul,mariana tootsie, guillaume vierset, lift, dorian dumont, thomas mayade, emily allison, marjan van rompay, jens bouttery, sep francois, hugo antunes, jerome klein

J’avais pris une belle claque avec ce groupe, l’année dernière au même endroit. J’ai donc tendu l’autre joue avec délectation cette année. Et je ne l’ai pas regretté. Encore plus soudés, encore plus forts et encore plus complices, ces trois mecs y vont à fond! C’est un bouillonnement inouï qui se dégage de ce trio. L’écoute est parfaite entre eux et les challenges qu’ils se lancent sont fantastiques. Il y a une énergie folle qui galvanise les musiciens et le public. On y sent les influences d’Albert Ayler ou de Coltrane. De Peter Brötzmann aussi sans doute. C’est explosif, incandescent. Les musiciens explorent la musique, malaxent les sons, bousculent les idées toutes faites. Jereon dompte l’Ewi puis revient au tenor, Louis fait exploser ses fûts et Alfred déglingue sa basse. C’est de la pyrotechnie excessivement bien réglée !

jazz marathon, manu domergue, etienne richard, borderline, eric legnini, krystle warren, frank agulhon, thomas bramerie, jereon van herzeele, nico chkifi, ben prischi, alfred vilayleck, louis favre, alegria, gratitude, marc lelangue, laurent doumont, jean-paul estievenart, alain palizeul,mariana tootsie, guillaume vierset, lift, dorian dumont, thomas mayade, emily allison, marjan van rompay, jens bouttery, sep francois, hugo antunes, jerome klein

Retour sur la Grand Place. Du blues, de la soul et du funk : Marc Lelangue (eg) et sa belle bande d’Heavy Muffuletas font chavirer la foule. Ça balance sec : Laurent Doumont (ts), Jean-Paul Estiévenart (tp) et Alain Palizeul (tb) forment une sacrée section de cuivres! Et quand Mariana Tootsie prend la scène, ça déménage aussi. Quelle voix ! Quelle puissance, quelle aisance, quelle présence. Pas de chiqué, pas de triche, Mariana remet quelques pendules à l’heure. Du bonheur.

jazz marathon, manu domergue, etienne richard, borderline, eric legnini, krystle warren, frank agulhon, thomas bramerie, jereon van herzeele, nico chkifi, ben prischi, alfred vilayleck, louis favre, alegria, gratitude, marc lelangue, laurent doumont, jean-paul estievenart, alain palizeul,mariana tootsie, guillaume vierset, lift, dorian dumont, thomas mayade, emily allison, marjan van rompay, jens bouttery, sep francois, hugo antunes, jerome klein

Je serai bien allé écouter Fabian Fiorini à Flagey, mais je craignais de ne pas pouvoir entrer, une fois le concert commencé. Alors, j’hésite : la jam à la Jazz Station avec Pascal Mohy, Sal La Rocca et Lieven Vencken ou terminer au Sounds? Allez, juste un détour du côté de la rue de la tulipe. Le trio de Legnini termine son deuxième set. Il y a du monde jusque sur le trottoir. La nuit avance. On bavarde, on rigole, on écoute, on applaudit. Le trio et la chanteuse ne lâchent rien. Ils en donnent au public. Fin du troisième set. Le public se disperse peu à peu. Je bavarde avec Eric, Frank et d’autres musiciens qui se sont donnés un ultime rendez-vous au club.

jazz marathon,manu domergue,etienne richard,borderline,eric legnini,krystle warren,frank agulhon,thomas bramerie,jereon van herzeele,nico chkifi,ben prischi,alfred vilayleck,louis favre,alegria,gratitude,marc lelangue,laurent doumont,jean-paul estievenart,alain palizeul,mariana tootsie,guillaume vierset,lift,dorian dumont,thomas mayade,emily allison,marjan van rompay,jens bouttery,sep francois,hugo antunes,jerome klein

Il est plus de 2h30, Eric, Frank et Thomas remontent une dernière fois sur scène. Ils jouent pour moi… Oui, enfin, pour quelques autres irréductibles aussi… Jazz after hours, c’est magique et ça ne s’explique pas.

 

Samedi 16 heures, Place Fernand Cocq.

Jury des jeunes talents. J’adore ça. Pourtant, il faut désigner un gagnant. Un seul. Pas si drôle.

jazz marathon, manu domergue, etienne richard, borderline, eric legnini, krystle warren, frank agulhon, thomas bramerie, jereon van herzeele, nico chkifi, ben prischi, alfred vilayleck, louis favre, alegria, gratitude, marc lelangue, laurent doumont, jean-paul estievenart, alain palizeul,mariana tootsie, guillaume vierset, lift, dorian dumont, thomas mayade, emily allison, marjan van rompay, jens bouttery, sep francois, hugo antunes, jerome klein

Il y a  d’abord le quartet de Guillaume Vierset (g). Pas simple d’ouvrir un concours. Le début est un peu timide, puis ça se réchauffe. Le groupe installe des climats, joue l’intimité, puis se s’ouvre un peu. Le vibraphone (Jérôme Klein) apporte une couleur assez intéressante au groupe, une sorte de luminosité légèrement décalée. C’est super bien exécuté, ça groove souvent, mais ça reste peut-être encore un tout petit peu trop sage à mon goût.

 

jazz marathon, manu domergue, etienne richard, borderline, eric legnini, krystle warren, frank agulhon, thomas bramerie, jereon van herzeele, nico chkifi, ben prischi, alfred vilayleck, louis favre, alegria, gratitude, marc lelangue, laurent doumont, jean-paul estievenart, alain palizeul,mariana tootsie, guillaume vierset, lift, dorian dumont, thomas mayade, emily allison, marjan van rompay, jens bouttery, sep francois, hugo antunes, jerome klein

C’est au tour de Lift de monter sur scène. Ici, on repère vite de belles personnalités, comme Dorian Dumont aux claviers ou Thomas Mayade au bugle. Et puis il y a, bien sûr, la voix d’Emily Allison. Lift propose une musique assez sophistiquée où l’on devine aisément les influences de David Linx, mais aussi de chanteurs plus pop. Le groupe n’hésite pas à prendre des risques sur des compositions parfois complexes. Les échanges entre voix et bugle se jouent souvent sur le fil du rasoir («Dark Flow»). L’équilibre est parfois précaire et l’exercice difficile.

jazz marathon, manu domergue, etienne richard, borderline, eric legnini, krystle warren, frank agulhon, thomas bramerie, jereon van herzeele, nico chkifi, ben prischi, alfred vilayleck, louis favre, alegria, gratitude, marc lelangue, laurent doumont, jean-paul estievenart, alain palizeul,mariana tootsie, guillaume vierset, lift, dorian dumont, thomas mayade, emily allison, marjan van rompay, jens bouttery, sep francois, hugo antunes, jerome klein

Avec Franka’s Pool Party de Marjan Van Rompay (as), on entre dans un autre registre. Ici, on ressent déjà une belle maturité et une vision assez claire. Le répertoire, résolument actuel, a mûri sur le terreau d’Ornette Coleman. Le drumming nerveux et hyper découpé de Jens Bouttery et les envolées de Sep François au vibraphone se mélangent à merveille aux attaques incisives de la saxophoniste. Hugo Antunes ajoute du liant à l’ensemble. Le set est nerveux, précis, clair et sans bavure.

jazz marathon, manu domergue, etienne richard, borderline, eric legnini, krystle warren, frank agulhon, thomas bramerie, jereon van herzeele, nico chkifi, ben prischi, alfred vilayleck, louis favre, alegria, gratitude, marc lelangue, laurent doumont, jean-paul estievenart, alain palizeul,mariana tootsie, guillaume vierset, lift, dorian dumont, thomas mayade, emily allison, marjan van rompay, jens bouttery, sep francois, hugo antunes, jerome klein

Le choix n’est pas facile du tout. Le débat au sein du jury est assez animé. C’est indécis. Faut-il primer la justesse, la modernité, la prise de risque, la cohésion, l’originalité, la qualité des compos, la qualité des interprétations? Il faut juger avec le cœur, avec la tête… Peser le pour, le contre. Difficile.

Finalement, c’est Lift qui l’emporte et qui aura la chance d’aller jouer, entre autres, au Jamboree à Barcelone, le 26 juillet. Quant à Jens Bouttery, il emportera le prix du meilleur soliste.

On entendra encore ces trois groupes au Sounds le 24 juin. Venez vous faire une opinion, ça vaudra la peine.

Après cela, je serais bien allé au Théâtre Mercelis écouter Lab Trio puis Kris Defoort. Ou Isabelle Antena au London Calling ou Vincent Thekal à la Fleur en Papier Doré, Laurent Doumont à la Grand Place, Philip Catherine au Sounds, Nono Garcia à la  Jazz Station… mais je suis un peu crevé et dimanche sera un longue journée de boulot… sans jazz… ou presque.

J’avais dit «light», non?


A+

17/08/2009

Jeunes Talents aux Dinant Jazz Nights 2009

Notre jeune jazz belge se porte bien.
Certes, il mériterait d’être encore plus soutenu, encore plus mis en avant, encore plus entendu… comme tout le jazz en général d’ailleurs.

Notre jeune jazz belge va bien, donc.
La preuve? Allez voir du côte du concours Tremplin Jazz d’Avignon.

Sur la plus haute marche du podium, on retrouve souvent des groupes belges et des musiciens qui roulent leur bosse en Belgique.
Alexi Tuomarila en 2001 (il est finlandais, mais Teun Verbruggen, Nicolas Kummert et Chris Devisscher sont belges), Pascal Schumacher en 2004 (ok, il est luxembourgeois, mais Jef Neve, Chris et Teun sont belges) Saxkartel en 2006 (là, ils sont tous belges), l’année dernière c’était Alexandra Grimal (bon, là, je tire un peu… mais Manolo Carbras vit en Belgique et Di Domenico et Lobo y sont presque résidents permanents)  et cette année, le c’est le groupe de Christian Mendoza (avec Teun Verbreuggen, Brice Soniano, Ben Sluijs et Joachim Bandenhorst) !

Voilà un petit extrait (sublime) de Mendoza, Sluijs et Vercampt (ce n’est pas le groupe qui s’est présenté à Avignon, mais ça donne une idée, non ?)



Notre jeune jazz belge se porte bien et il est prometteur.
Les concours (Jazz Marathon, Gent Jazz et Dinant jazz Nights) en sont les autres preuves.

Cette année, j’étais à nouveau dans le jury des « jeunes talents » à Dinant.

Hamster Axis Of The One Click Panther, (photo)le groupe qui avait gagné l’année dernière ouvrait le festival DJN 2009 et confirma le bon choix qu’avait fait le jury l’année dernière. Bender Banjax (avec Christian Mendoza, tiens, tiens…), vainqueur du concours jeunes talents au Gent jazz en 2008, était également de passage à Dinant cette année.
Et comme on dit: «Ça jouait !»
001

Mi-juillet, après une présélection parmi plus de 15 candidats, 5 groupes se sont présentés au concours 2009 à Dinant.

Mr Pringel’s and the Bouyaka Horns, développe un jazz funky, groovy et dansant de très belle facture. Des cuivres brillants, un son parfois un peu chicagoan, parfois un peu brass band… Une belle présence.
J’attendais beaucoup du Winchovski Trio. Malheureusement, le groupe est passé un peu à côté. Ça manquait un peu de cohésion. Il faut pourtant souligner des compos originales et assez recherchées, entre jazz de chambre feutré et stylé, et éclats swinguant et lumineux. Lucien Fraipont est assurément un jeune guitariste à suivre.
The Green Dolphin’s Quartet emmené ici aussi par un très bon guitariste, Guillaume Vierset, renouait avec la tradition, sans cependant soulever trop d’enthousiasme.

La victoire allait donc se jouer entre l’excellentissime nonet Brussels Vocal Project et le non moins excitant groupe anversois Electric Quartet.
Deux formations aux horizons bien différents.
L’un reprenant a cappella des titres d’Aka Moon, Fabian Fiorini ou encore Pierre Van Dormael et l’autre optant pour un jazz électrique rappelant le Miles des années ’70 ou Erik Truffaz.
004

La qualité des voix, la mise en place, l’audace et l’originalité du Brussels Vocal Project face à la solidité, l’énergie et l’efficacité de l’Electric Quartet.
Chacun d’eux mélangeant avec intelligence tradition et modernité.
Choix difficile et longues discussions entre les membres du jury.

Alors, j’ai pensé qu’il serait sympathique de demander à ces différents jurés (certains étant assez occupés ou en vacances, je n’ai pas tout reçu) de me donner leurs impressions … en version originale (nous en sommes en Belgique mais vous voulez une traduction, demandez-la moi).

Je les en remercie du fond du cœur.

Peter Anthonissen (Hnita Hoeve Jazz Club ):
"Een zeer goed idee van Dinant Jazz Nights om de jonge groepen die deelnamen aan het concours tussen de acts op het hoofdpodium te programmeren. Dat verzekerde hen meteen van de aandacht die zij verdienden. Even lovenswaardig was de idee om de jury samen te stellen uit Frans-, Nederlands- én Duitstaligen. In de jazzwereld is er sowieso contact tussen de verschillende gemeenschappen van ons land, maar dergelijke initiatieven zijn belangrijk om ons blijvend te verweren tegen oprukkende cultuurpolitieke ideologieën die graag andere signalen uitzenden.

De groepen die in het kader van de wedstrijd aantraden, hadden sowieso al gewonnen. Ze werden immers geselecteerd uit een vijftiental groepen die zich hadden aangediend. Op de eerste dag van de wedstrijd speelden achtereenvolgens Mr. Pringle’s and the Bouyaka Horns, het Winchovski Trio en het Green Dolphin’s Quartet. Ensembles met kwaliteit, zeer zeker, maar in Dinant slaagden ze er mijns inziens niet altijd in die kwaliteit een hele set vast te houden.

De tweede dag kon mij meer overtuigen. Het Brussels Vocal Project stak zijn nek uit door composities van onder meer Aka Moon en Fabian Fiorini te brengen, bewerkt voor negen a capella stemmen. Het geheel miste soms cohesie, maar het Brussels Vocal Project is een aantrekkelijk project met vast en zeker groeimogelijkheden. Met het Electric Quartet uit het Antwerpse bekroonden we als jury uiteindelijk de meest voldragen groep. Net als onder anderen een Wallace Roney en een Terence Blanchard de afgelopen jaren deden, inspireert dit ensemble zich op de vroege “Electric Miles”, maar met een aantal eigentijdse accenten. Opvallend hoe slagwerker Diederik van Remoortere erin slaagde om een voor dit soort muziek merkwaardige lichtheid te bewaren. Leider van het Electric Quartet is trompettist en bugelspeler Glenn Magerman, die ondanks zijn leeftijd op veel ervaring in diverse genres kan bogen. Zijn instrumentale beheersing maakt mee de kwaliteit van het Electric Quartet uit.
"



Georges Tonla Briquet (Brussel Deze Week & Jazzmozaïek):
"Voor de tweede editie van de wedstrijd Jong Jazztalent tijdens Dinant Jazz Nights  waren er veertien inzendingen. Ik maakte deel uit van de selectiejury. Wat meteen opviel was de presentatie van de ingezonden demo’s.

Deze varieerde van een simpele post-it tot een mooi samengesteld dossier.

Gelukkig waren er op muzikaal gebied heel wat aangename verrassingen zodat het uiteindelijk geen evidente opgave werd om slechts 5 groepen te weerhouden.
 
Tijdens de finale in Dinant werd duidelijk dat demo en live soms ver uit elkaar liggen. Dat uiteindelijk Electric Quartet als winnaar uit de bus kwam, had onder meer hiermee te maken. Hun set was samenhangend en gebald, met net genoeg variatie. Elke muzikant had genoeg kwaliteiten, zowel individueel als element van de groep. Ook de link tussen verleden en heden werd mooi uitgebouwd. Er zijn natuurlijk evidente referenties maar de groep bezit  genoeg potentieel om deze  in de nabije toekomst te overstijgen.

Verrassend was ook nog het vocale ensemble The Brussels Vocal Project.
Mr.Pringle's & The Bouyaka Horns, Winchovski Trio en The Green Dolphin’s Quartet had ik al voordien zien optreden en alle drie waren ze duidelijk in een minder goede dag hier in Dinant.

Aan goede jonge jazzgroepen in België is er duidelijk geen gebrek. Nu nog genoeg speelmogelijkheden natuurlijk."


002


Jean-Marie Hacquier (Jazz Hot & Président du jury):
"Le festival des Dinant Jazz Nights se tenait cette année à la Collégiale et dans les Jardins du Collège Notre-Dame de Bellevue du 16 au 20 juillet. Pour la deuxième année consécutive, ce fut l’occasion pour de jeunes musiciens de jazz (moins de trente ans) de présenter leur musique aux suffrages d’un jury de spécialistes. Des quinze formations candidates, le jury en avait retenu cinq qui s’affrontèrent en public le dimanche 19 et lundi 20 juillet: le Winchovski Trio, le Green Dolphin’s Quartet, l’Electric Quartet, le groupe Mister Pringel’s and The Bouyaka Horns et le nonet vocal The Brussels Vocal Project.

A l’issue du festival et à l’unanimité des voix, le jury désigna comme vainqueur le groupe Electric Quartet d’Anvers composé de Glenn Magerman (trompettiste, leader), Nick Puylaert (keyboards), Juan Manssens (basse électrique) et Diederik van Remoortere (batterie). Mention spéciale fut accordée au Brussels Vocal Project, arrivé second. Lors de la proclamation du prix, le jury a tenu à motiver son choix par ces mots : « Electric Quartet a été choisi à l’unanimité pour la cohésion du groupe, l’harmonie de l’ensemble, la valeur des solistes et leur approche des valeurs du jazz. Ils bâtissent un pont entre tradition et modernité ».

L’Electric Quartet jouera en lever de rideaux au Gent Jazz Festival et au Festival Dinant Jazz Nights en juillet 2010. D’ici-là, le groupe se voit offrir un minimum de quatre concerts en clubs, en Flandres, en Wallonie et à Bruxelles. Le premier concert aura lieu le 24 octobre 2009 à la Jazz Station de Saint-Josse-ten-Noode. D’autres concerts sont encore prévus au Hnita Jazz Club de Heist-op-den-Berg et au Brassages de Dongelberg."


003


Le jury pluri-culturel de journalistes et organisateurs était placé sous la présidence de Jean-Marie Hacquier du magazine Jazz Hot.
Georges Tonla-Briquet (Brussel Deze Week - Jazzmozaïek) assurait la vice-présidence.
Membres du jury : Peter Anthonissen (Hnita Hoeve Jazz Club), Bernard Lefèvre (Jazzmozaïek), Jacques Prouvost (Citizenjazz.com - Jazzques), Walter Eicher (B.R.F. Eupen), Jean-Pol Schroeder (Maison du Jazz de Liège).
Jean-Pierre Goffin (Groupe L’avenir) avait participé au jury de sélection.


À suivre, bientôt, quelques souvenirs fabuleux du Dinant Jazz Nights (Rava, Scofield, Lovano, Summer Residence, Bart Defoort, Galliano, Toots… et d’autres !).

A+