11/11/2017

Kris Defoort Diving Poet Society - Jazz Station

Ai-je déjà été aussi ému par un concert ?

Oui, sans doute. Mais ce dernier concert de Kris Defoort à la Jazz Station m’a quand même bien remué. Pas nécessairement par l’énergie, la force ou le groove, (quoique)… mais par l’émotion, la délicatesse et l’adrénaline qu’il provoque.

jazz station,kris defoort,nic thys,guillaume orti,veronika harcsa,lander gyselinck,pierre van dormael,de werf,peter verhelst

C’est un peu comme si une aiguille fine était venue toucher une terminaison nerveuse jusqu’alors inconnue. Douce sensation.

Kris Defoort présente donc son dernier projet Diving Poet Society avec son trio habituel (Nic Thys à la basse électrique et Lander Gyselinck aux drums) augmenté de deux invités de choix : Guillaume Orti au sax tenor et Veronika Harcsa au chant.
Le disque m’avait déjà fasciné dès la première écoute. La sensation s’est renouvelée et s’est confirmée en live.

Avec une poignée de notes abstraites, jetées on ne sait comment et qui retombent on ne sait où, le pianiste trace quelques lignes de pure mélancolie, tout en économie. «Le vent des Landes» flotte dans la salle puis se lève peu à peu. Du bout des baguettes, Lander insuffle alors un groove sec, la basse électrique galope, le piano répète un motif qui se balance de haut en bas. «Tokyo Dreams» se révèle doucement. C’est puissant mais tellement léger…

Et soudain, comme venu de nulle part, Guillaume Orti, du fond de la salle, lâche quelques notes. La musique prend une autre dimension. Le mystère s’épaissit, Kris et son groupe jouent avec l’espace, comme pour nous déconcerter… ou nous rendre plus attentif.

jazz station,kris defoort,nic thys,guillaume orti,veronika harcsa,lander gyselinck,pierre van dormael,de werf,peter verhelst

Veronika Harcsa rejoint alors le reste de la troupe. On entre dans le vif du sujet avec 3 morceaux, presque une suite, («The Pine Tree And The Marching», «The Pine Tree and The Fire» «Liquid Mirors») extraits de l’album et basés sur les poèmes de Peter Verhelst.

La voix de Veronika Harcsa est un instrument d’une justesse incroyable. Les paroles sont découpées avec une précision étonnante, chaque mot se charge de sens. Parfois aussi, elle laisse traîner le souffle comme le ferait un shruti box indien. Elle maintient la note, basse, presque inaudible et pourtant bien présente. Pendant ce temps, les mesures se mélangent, les cycles rythmiques s’entrelacent. C’est passionnant.

«Diving Poets», qui donne le nom à l'album et qui est dédié à la mémoire de Pierre VanDormael avec qui Kris eut de très longues et profondes discussions, est un chant intime et presque hypnotique. Les peaux craquent, le sax crachote, le piano égraine quelques notes éparses. On est dans les nuages, dans le coton, dans un autre monde. Orti improvise avec finesse et épouse le chant d’Harcsa, à moins que ce ne soit l’inverse. La voix est sur la même, mais alors vraiment la même (!), fréquence que celle du sax ou du piano. Ça chante à l'unisson pour mieux se diluer par la suite. On est sous le choc. On en pleurerait presque. Et l’on remarque à ce moment la qualité d'écoute du public. Un vrai bonheur.

jazz station,kris defoort,nic thys,guillaume orti,veronika harcsa,lander gyselinck,pierre van dormael,de werf,peter verhelst

Pour ne pas casser la fragilité de l’instant, tout se joue en un seul et long set.

«Deepblauwe Sehnsucht» et «New Sound Plaza» se confondent. On se croirait perdu dans les brumeuses divagations d’un Leoš Janáček. Veronika Harcsa aurait pu être chanteuse d’opéra… ou de rock. Car ça éclate soudainement. Sur un motif répétitif, Lander Gyselinck provoque un incendie, Guillaume Orti, en bon pyromane, attise le feu, Kris tisonne et Nic Thys souffle sur les braises. Ce dernier joue de sa basse électrique comme si elle était acoustique. Il y met de la chaleur, de la profondeur, du boisé. Le son est monstrueux de force contenue, de beauté et d'intensité. Le tourbillon ascendant semble aller vers l'infini. Le moment est incroyable, hypnotique et émouvant.

Emouvant comme cet hommage à Billie Holiday, presque fantomatique («Heavenly Billie»). La chanteuse prend son temps pour déclamer, pour respirer. Les pianiste, bassiste, saxophoniste et batteur jouent les peintres de la musique. Ils jouent avec les nuances, les traits fins, les pleins et les déliés… Fascinant.

Tonnerre d’applaudissements.

En rappel, car on en veut encore, le quintette nous livre un morceau brûlant et nerveux comme un «Music Is the Healing Force of the Universe» de Albert Ayler. Eclaté et pourtant terriblement concis. C’est comme une boule à neige que l'on secoue avec excitation et dont les flocons, prisonniers du globe, s’affolent et finissent par retomber, épuisés.

La plongée au cœur de cette étrange «Society » est décidément une expérience poétique incroyable que l’on se souhaite de revivre au plus vite... En sachant que ce sera sans doute différent mais que ce sera certainement tout aussi fort.

A très vite, donc….

(Merci à ©Roger Vantilt pour ses merveilleux clichés)

 

 

A+

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

21/12/2015

Sylvain Cathala Trio + Guests au Bravo

Pour fêter les dix ans de son trio, Sylvain Cathala (ts) avait invité divers musiciens à rejoindre Sarah Murcia (cb) et Christophe Lavergne (dm) pour quelques concerts donnés tout au long de l’année en France - surtout - mais aussi en Belgique.

sylvain cathala,sarah murcia,christophe lavergne,marc ducret,benjamin moussay,bo van der werf,guillaume orti,bravo

C’est ainsi qu’à Bruxelles, au Bravo, nous avons eu droit à Marc Ducret (eg), Benjamin Moussay (keys), Guillaume Orti (as) et Bo van der Werf (bs).

Malgré cette affiche plus qu’alléchante, sur les coups de 21h, la salle est encore un peu vide. Décidément, les effets du récent lockdown bruxellois se font encore ressentir. Heureusement, l’amateur de jazz est téméraire et, au fil du concert, la salle se remplira très bien. Ouf.

Le trio et ses invités revisitent quelques-uns des thèmes emblématiques. Les arrangements ont été revus, voire même, parfois, remaniés de fond en comble.

Et l’esprit est bel et bien là ! L’écriture est assez complexe mais elle laisse toujours de l’espace aux musiciens pour s’exprimer. Ici, ce sont les couleurs qui changent mais l’intention est respectée. Les bribes de mélodies trouvent leur chemin dans les méandres sinueux d'une écriture dense. Les rythmes semblent souvent flottants ou presque aléatoires.

«Hope» (?), est très découpé et donne lieu à des échanges tendus entre Sarah Murcia et Marc Ducret. Ont dirait qu’aucun des deux musiciens ne veut laisser le dernier mot à l’autre. Chacun invente une nouvelle phrase, plus surprenante, plus déroutante, plus subtile que le précédente. La joute est stimulante et les sourires complices s’échangent. Dans ces cas-là, Christophe Lavergne intervient souvent pour jouer les «charnières» (parfois grinçantes, dans un jeu sec et puissant), et relancer les trois souffleurs ou Benjamin Moussay. Le jeu de ce dernier rappelle parfois, par petites touches, la fusion des années '70. Mais bien vite il s’en échappe et brouille les pistes en y mélangeant une pointe de soul a un phrasé très contemporain.

sylvain cathala,sarah murcia,christophe lavergne,marc ducret,benjamin moussay,bo van der werf,guillaume orti,bravo

Est-ce «Moonless» que l’on reconnaît dans cette musique intense ? Peut-être.

Toujours est-il que ça balance pas mal et que Bo et Guillaume s’acharnent à faire tanguer plus encore l’embarcation. Alors, ça se disloque. Imperceptiblement. Et ça se laisse emporter par des courants sous-marins. Et puis ça se gonfle et finalement se regroupe. Telle une vague énorme qui monte et finit par recouvrir l'ensemble.

«Phases Of Gravity» est tout aussi haletant tandis que «64–3», en un maillage déconcertant, joue le mystère. Ducret fait craquer sa guitare, Moussay fait geindre son Fender Rhodes. Le Bravo ressemble à une maison hantée. Une maison hantée et très habitée par ce jazz avant-gardiste, parfois très éclaté mélodiquement, parfois très resserré autour d’un rythme.

Avec ce trio «augmenté», rien ne file jamais vraiment droit et le dernier morceau, lancé à toute vitesse frôle plus d'une fois les sorties de route. Les virages se prennent à toute vitesse, le moteur hurle mais chaque dérapage est contrôlé. Et on arrive à bon port. En ayant fait le plein d’adrénaline.

Quel anniversaire !

Happy birthday Sylvain.

 

 

A+

 

06/09/2015

Belgian Jazz Meeting 2015

Troisième du nom, le Belgian Jazz Meeting s’est tenu à Bruges cette année.

Le Belgian Jazz Meeting ? C’est quoi ?

Organisé en collaboration avec Jazz Brugge, De Werf, Kunstenpunt, MUSEACT, Les Lundis D’Hortense, WBM, et JazzLab Series, ce meeting de trois jours a pour but de promouvoir le jazz belge hors de ses frontières.

belgian jazz meeting,lander gyselinck,anneleen boehme,bram delooze,jean-francois foliez,casimir liberski,janos bruneel,xavier roge,eve beuvens,benjamin sauzereau,sylvain debaisieux,laurent blondiau,philippe laloy,guillaume orti,gregoire tirtiaux,pierre bernard,claude tchamitchan,pascal rousseau,joachim badenhorst,brice soniano,nathalie loriers,tineke postma,philippe aerts,antoine pierre,pierre de surgeres,guillaume vierset,jean-paul estievenart,simon segers,lieven van pee,fulco ottervanger,beren gieren,nathan daems,nordman,black flower,claron mc fadden,tuur florizoone,michel massot,marine horbaczewski

Le Belgian Jazz Meeting ? Qu’est ce qu’on y fait ?

On y écoute du jazz, bien sûr !

On y retrouve 14 groupes belges sélectionnés parmi plus de 160 candidatures.

On rencontre des journalistes, des programmateurs, des agents, d’Europe et du reste du monde.

On parle anglais, français, néerlandais, italien, allemand, finnois… parfois tout en même temps, dans une même conversation.

On noue des contacts.

On écoute du jazz !

On boit une bière. Ou deux. Ou plus.

On va se coucher trop tard. On se lève trop tôt.

On écoute du jazz !

On se balade sous la pluie.

On découvre des projets.

On discute, on s’interroge, on s’échange des avis.

Mais surtout… on écoute du jazz…

On écoute d’abord Lab Trio. La musique est acérée, les compos ciselées. L'ensemble est peut-être un peu trop cérébral. Le drumming de Lander Gyselinck, fin et précis répond parfaitement au jeu très inspiré de Bram Delooze. Quant à Anneleen Boehme (cb), elle maintient le cap avec juste ce qu’il faut de robustesse et d’ouverture.

On est soufflé par la prestation de Jean-François Folliez Playground. Le clarinettiste a réuni autour de lui une rythmique d’enfer (Janos Bruneel à la contrebasse, Xavier Rogé aux drums et Casimir Liberski au piano), et ça trace ! Pas un seul moment faible. Les compos sont pleines de surprises, avec des changements de directions qui surviennent sans crier gare et des solos qui racontent des histoires. Ceux de Casimir Liberski, par exemples, sont d’une fougue et d’une force surprenantes. Un groupe à suivre de très près !

On se laisse emporter par l’Heptatomic d’Eve Beuvens. Le lyrisme côtoie l’exaltation. Le bop se fait bousculer par le free. Les interventions de Benjamin Sauzerau (eg), Laurent Blondiau (tp) ou encore Sylvain Debaisieux (ts) sont toutes au service d’une musique très… vivante.

On se laisse bercer par le Kind Of Pink de Philippe Laloy (as, flûtes, voc). Les thèmes de Pink Floyd sont recolorés avec beaucoup de subtilité et d’intelligence pour en garder tout l’esprit et éviter la mauvaise copie.

On en prend plein le plexus avec MikMäâk. Laurent Blondiau (tp) et Guillaume Orti (as) réussissent sans cesse à renouveler la musique du combo, tout en lui gardant son identité. La musique semble se jouer par grappe : tantôt les cuivres, puis les anches, puis les cordes. Et tout est d’une cohérence et d’un groove étonnants. On retient, par exemple, le travail de Pascal Rousseau (tuba), Gregoire Tirtiaux (bs) – et son long solo tout en respiration circulaire est bluffant – Pierre Bernard (flûte) ou encore Claude Tchamitchian (cb).

On se repose comme on peut et, le lendemain, à onze heure du matin…

... on se concentre et on se laisse dériver par la musique très intimiste et très minimaliste de Joachim Badenhorst (cl, bcl) et Brice Soniano (cb). Le feulement, les respirations, les sons étouffés, les rythmes cachés et parfois déstructurés : voilà les ingrédients. Bien sûr, c’est un peu ardu… Mais quelle écoute. Quels échanges. Quelle qualité musicale !

On se fait plaisir avec le trio de Nathalie Loriers (p), Philippe Aerts (cb) et Tineke Postma (as, ss). Avec ces trois-là, la musique circule avec aisance. Les mélodies se développent avec autant de délicatesse que de fermeté. Le trio (sans batterie) arrive toujours à maintenir la tension, aussi bien dans les moments enlevés que dans les ballades. La classe.

On se balade dans le grand hall du Concertgebouw où se sont installés les différents acteurs du jazz belge (agents, maisons de disques, musiciens, associations) pour tenter d’accrocher les invités étrangers.

On vit l'installation "Loops" de Bart Maris.

On remet le prix Sabam au jazzman confirmé (l’incontestable Laurent Blondiau) et au jeune jazzman (Antoine Pierre est enfin récompensé, à juste titre, pour son travail avec Philip Catherine, LG Jazz Collective, TaxiWars et autres. On attend avec impatience son projet personnel, Urbex, qu’il présentera au Marni le 10 et à Liège (Cinéma Sauvenière) le 17. Et puis, on récompense aussi l’infatigable et incontournable Jean-Pierre Bissot (Jeunesses Musicales, Gaume Jazz et bien d’autres choses encore).

 

 

On applaudit Pierre De Surgères (p) et son trio. En se disant peut-être que le choix des morceaux rendait sa prestation un peu disparate.

On reprend un peu de LG Jazz Collective. Toujours impeccable. Concis, puissant et de mieux en mieux rôdé. Et puis, le groupe nous réserve toujours des petites surprises.

On prend une belle claque avec De Beren Gieren ! Le groupe de Fulco Ottervanger (p), Lieven Van Pée (cb) et Simon Segers (dm) vient de publier son dernier album chez Clean Feed. Cela donne une idée de l’esthétique musicale. Le trio est impressionnant, alliant complexité rythmique et harmonique avec une énergie débordante. De Beren Gieren mélange le jazz, le rock et les bidouillages électro. Et c'est très fort !

On subit le rock de Nordman. Le son est puissant, la musique est lourde. L’esprit est rock.

On se déhanche avec Black Flower. L’excellent groupe de Nathan Daems (ts, flûtes, kaval) mélange le jazz, la musique éthiopienne et l’afrobeat. C’est un tourbillon rythmique, ondulant et sensuel, avec une bonne dose de personnalité. Du haut niveau.

On se réveille difficilement dimanche matin.

On est subjugué par le talent insolent et la maturité des très jeunes Hendrik Lasure (p) et Casper Van De Velde (dm). Ces deux-là ont du culot, un sens du phrasé, du rythme et de l’échange. La musique est pleine de finesse, d’humour et de surprises. Schntzl (c’est le nom du groupe) est une révélation.

On s’émeut avec le projet « Secrets » de Tuur Florizoone (acc), Michel Massot (tuba, tb), Marine Horbaczewski (cello). Le trio a invité la chanteuse d’opéra Claron McFadden à chanter ou déclamer quelques secrets d’anonymes, parfois drôle, parfois très sombres, mais toujours très touchants. Poésie, musicalité, sensibilité. On est frappé en plein cœur.

On s’échange nos dernières impressions.

On se dit que cette édition était d’un tout bon niveau.

On espère que cela portera ses fruits.

Et on se dit que le jazz donne quand même un belle idée de ce devrait être ce pays.

 

 

 

Belgian Jazz 2015 by Belgianjazzmeeting on Mixcloud

 

 
 

 

A+

 

 

 

10/05/2015

MikMâäk au Théâtre Marni

MikMâäk, c'est la grande formation de Mâäk, qui fait la part belle aux souffleurs. On y retrouve en effet pas moins de trois trompettistes (Laurent Blondiau, Jean-Paul Estiévenart, Timothé Quost – en remplacement de Bart Maris), autant de trombonistes et tubistes (Geoffroy De Masure, Michel Massot, Niels Van Heertum, Pascal Rousseau), de flûtistes et clarinettistes (Quentin Menfroy, Yann Lecollaire, Pierre Bernard) mais aussi des saxophonistes (Jereon Van Herzeele, Guillaume Orti, Grégoire Titiaux), le tout soutenu par Fabian Fiorini (p), Claude Tchamitchian (cb) et Joao Lobo (dm).

marni,marni club,maak s spirit,mikmaak,laurent blondiau,jean-paul estievenart,thimote quost,bart maris,geoffroy de masure,michel massot,niels van heertum,pascal rousseau,quentin menfroy,yann lecollaire,pierre bernard,jereon van herzeele,guillaume orti,gregoire tirtiaux,fabian fiorini,joao lobo,claude tchamitchan

Ce combo, créé en 2014 à l’occasion du Gaume Jazz Festival, s’était rôdé auparavant, chaque mois, au Recyclart. Par la suite, MikMâäk avait remis le couvert, presque tout aussi régulièrement, au Théâtre Marni, cette fois. Une sorte de résidence qui permetait à l’ensemble de travailler et de présenter des musiques chaque fois nouvelles ou en perpétuelles évolutions.

Ce jeudi, c’était le dernier concert avant l’enregistrement live prévu à De Werf en juin.

Après un premier titre tout en furie - dans lequel on remarque tout de suite le jeu impressionnant de Timothé Quost - «Litanie», écrit par Fiorini et introduit par le ténor grave et rocailleux de Jereon Van Herzeele, se développe de façon plus insidieuse, à la manière d'une énorme vague qui ne cesse de gonfler.

«Tilt» , lui, écrit par Yann Lecollaire, fonctionne par strates dans lesquelles chaque section (une fois les sax, puis les trompettes et ensuite les flûtes) trouve un terrain de liberté. La musique est à la fois très composée et à la fois hyper ouverte. Le travail sur le son et la volonté de «sonner différent» sont évidentes. On a rarement l’occasion, par exemple, de voir une sourdine - énorme - sur un tuba, qui donne au jeu de l’excellent Pascal Rousseau encore plus de caractère.

Si l’esprit d’ensemble reste très cohérent, les ambiances sont très changeantes. «Cubist March-suite» (de Fiorini) ressemble parfois à une valse désarticulée et désabusée qui met en valeur le jeu souple et inventif de Claude Tchamichian ou le trombone indomptable de Geoffroy De Masure. Calme et nocturne, «Souffle de lune» (de Michel Massot) irradie d’émotions contenues parsemées de quelques scintillements de flûtes mais aussi éclaboussées par le solo lumineux et incandescent  de Jean-Paul Estiévenart.

Et la suite est à l’avenant, aussi déroutante qu’excitante.

marni,marni club,maak s spirit,mikmaak,laurent blondiau,jean-paul estievenart,thimote quost,bart maris,geoffroy de masure,michel massot,niels van heertum,pascal rousseau,quentin menfroy,yann lecollaire,pierre bernard,jereon van herzeele,guillaume orti,gregoire tirtiaux,fabian fiorini,joao lobo,claude tchamitchan

Ce qui est remarquable chez MikMâäk, c'est le travail d'arrangements de chacun des morceaux. Il y a une maîtrise et une sensibilité énormes ainsi qu’une précision et une rigueur qui laissent pourtant plein de d'espaces aux improvisations libres. Les solos ne sont jamais là pour mettre simplement en valeur le talent des musiciens (Lobo et son intro en accélération absolument irrésistible ou Tchamitchian en intro du morceau d’Emler, pour ne citer que ceux-là), ils participent intelligemment à la construction des thèmes. Tout cela est très sophistiqué et complexe mais, finalement, très accessible tant c’est musical.

Alors, le groupe s'amuse. Sur un «Back And Force» d'Andy Emler (un ami de la famille si l'on peut dire), les musiciens feignent de se disputer sur la façon de jouer avant de s’engager dans un groove plein de rebondissements. Et ça tourbillonne autour du trombone de De Mazure, qui prend des accents très orientaux d’abord, avant se perdre dans un jazz volé à Chicago. La fête aurait pu continuer longtemps. MikMâäk finit par descendre dans la salle et se mélanger au public avant de disparaître dans le fond de la salle sous les cris et les applaudissements nourris.

Contemporaine, ethnique ou de chambre, MikMâäk fait vaciller les piliers classiques de la musique et du jazz. Et pourtant, comme par magie, tout cela tient, tout cela a du sens. MikMâäk explore et défriche sans jamais laissé de côté l'auditeur et, au contraire, l'entraîne sur des terrains étranges et insolites.

Et pour des voyages pareils, on est toujours partant.

 

MikMâäk @ Recyclart, Brussels part I from Mâäk on Vimeo.

 

 

A+

 

26/05/2013

Mâäk Electro - Au Bonnefooi


Laurent Blondiau n’est pas du genre à glander. Il mène bon nombre de projets de front avec Mâäk : Kodjo, Hungarian Project, le Quintet, Ghalia Benali… Ou encore, par exemple, Mâäk Electro (né il y a près de deux ans) que j’entendais pour la première fois ce mercredi soir au Bonnefooi.

bonnefooi,maak s spirit,laurent blondiau,giovanni di domenico,joao lobo,nico roig,guillaume orti

Autour du trompettiste, on retrouve Guillaume Orti (as, keys), Nico Roig (eg), Giovanni Di Domenico (p), João Lobo (dm) et, habituellement, deux danseuses (absentes ce soir vu l’exiguïté du lieu).

Si, au départ, la musique est écrite, elle est aussi, bien sûr, très largement improvisée.

Mâäk débute d’ailleurs en totale roue libre. Puis, à l’intuition, tout se met en place. Petit à petit. Le groupe joue avec les distorsions de sons, puis malaxe les effets larsen et la stridence, s’amuse avec des ondulations Doppler. On est loin de l’électro-jazz comme beaucoup l’imaginent. On est plus proche du Free Jazz ou plutôt du Free-Noisy-Jazz-Rock (si tant est que cette dénomination existe).

Sax et trompette s’additionnent, se complètent, s’estompent, s’éloignent.

bonnefooi,maak s spirit,laurent blondiau,giovanni di domenico,joao lobo,nico roig,guillaume orti

De son côté, João Lobo martèle un tempo lourd et obsédant. Roig fait crier sa basse, y mêle des effets, la fait bourdonner. Orti, lui aussi, triture la musique. Il fait cracher son sax ou l’étouffe avec la jambe, il s’accompagne au chant, fait tinter les grelots ou la cowbel. Mais il pianote surtout le clavier de son vieux Korg MS 20 et en sort des sons invraisemblables. Di Domenico, lui, derrière son Fender, distribue les notes, lance quelques mélodies, soutient le groove. Il explore les sons venus de l'imaginaire.

Parfois, on se met à imaginer que ce que l’on entend aurait pu être joué par le groupe électrique de Miles si ce dernier avait encore été de ce monde. En effet, on pense parfois aux explorations du maître, période «Agharta», quand la trompette de Blondiau résonne - bourrée de réverb’ - et se fond dans l’atmosphère, presque hostile, des cadences instables. Parfois, tout se construit sur un vamp swinguant qui enfle, gonfle et grossit à l’extrême. La musique en devient presque assourdissante… Les rythmes s’enchaînent, se mélangent, deviennent fous. Puis ils se répètent, se répètent et se répètent encore, jusqu’à se vider de leur substance. L’influence de l’Afrique est palpable et la transe affleure.

Après toute cette débauche de décibels et d’excitation, le groupe déroule le lancinant rythme de «Comme à la radio», comme pour chanter une berceuse qui enveloppera les rêves à venir.

Avec se projet, très ouvert, Mâäk casse une fois de plus les codes et donne de la chaleur à l’électro. On en redemande.

 

A+

 

15/10/2011

BackBack & Progressive Patriots au Vooruit - Gent

 

Balzaal du Vooruit à Gand, mercredi 5 octobre.

vooruit,backback,giovanni barcella,filip wauters,marc de maesener,hasse poulsen,tom rainey,guillaume orti,stephane payen,henrik simonsen

Giovanni Barcella a la frappe lourde. La guitare de Filip Wauters sonne très rock US et se marie parfaitement au son grave du sax baryton de Marc de Maeseneer. Je ne connaissais BackBack que sur disque. Je savais que c’était “costaud”, mais ce soir je suis encore plus surpris par la puissance du groupe. Inconsciemment, leur musique me fait penser à celle de Acoustic Ladyland, ou de Morphine.

Il y a chez BackBack un son résolument rock, une sorte d’un punk rock désespéré et rebelle comme chez James Chance ou The Clash. C’est pimenté d’impros free. La guitare est agressive et le sax baryton répond crânement aux assauts de Barcella. Mais ça manque parfois un peu de surprises. Heureusement, les morceaux sont très courts, concis, ramassés, à la manière des chansons rock. Sentiments un peu mitigés pour ce premier concert de la soirée.

On fait de la place sur scène pour Progressive Patriots, le nouveau groupe du guitariste danois Hasse Poulsen. La dernière fois que j’avais vu Poulsen sur scène, c’était aux côtés de Louis Scalvis ("Napoli’s Walls"), il y a huit ou neuf ans déjà. Ce soir, c’est en leader qu’il se présente, entouré de Guillaume Orti (as), Stéphane Payen (as), Henrik Simonsen (b) et Tom Rainey (dm).

vooruit,backback,giovanni barcella,filip wauters,marc de maesener,hasse poulsen,tom rainey,guillaume orti,stephane payen,henrik simonsen

Si cela s’appelle Progressive Patriots, c’est suite à la lecture d’un livre de Billy Bragg qui pose des questions sur le sens de la "patrie" et qui combat les idéologies d’une certaine droite, nous annonce le leader. C’est pour cette raison qu’il a rassemblé des musiciens de tous horizons (autant musicaux que géographique) et que la musique qu’il a écrite se veut perméable à de nombreuses influences.

En bon leader, Hasse Poulsen aurait pu se mettre en avant, mais il a choisi l’option de placer deux souffleurs en première ligne. Deux sax alto, aussi indépendants que complices.

Guillaume Orti et Stéphane Payen se connaissent bien et sont très complémentaires. Ils se trouvent sans se chercher et arrivent encore à se surprendre. Ce sont eux qui mettent le concert sur orbite.

vooruit,backback,giovanni barcella,filip wauters,marc de maesener,hasse poulsen,tom rainey,guillaume orti,stephane payen,henrik simonsen

Précis, ciselé, radical et puissant, "Opener" file à 100 à l’heure. Tom Rainey, dans un drumming éclaté, garde un groove d’une extrême lisibilité. Il y a chez lui une qualité de jeu incroyable et un sens de l’écoute magnifique. Avec Henrik Simonsen à la basse, ils forment une rythmique aussi solide et précise que fragile et ouverte.

Pour Hasse Poulsen, c’est un terrain de jeu formidable. Cela lui permet de jouer à cache-cache avec les autres ou, au contraire, de s’éclater sur des solos - en “acier tranchés” - sur sa guitare acoustique électrifiée (“They Might Think I Was Soft”, par exemple).

Après une intro somptueuse d’Orti, entamée dans les aigus et la stridence qui, peu à peu, se cabre et s’attendrit, Stephane Payen s’immisce et "V" prend forme. Les sons des deux sax s’enroulent l’un à l’autre. Les harmonies semblent chuter lentement, à l’image de ces acrobates enroulés dans d’interminables rideaux suspendus au ciel qui descendent vers le sol avec grâce, élégance et magie. Et puis, juste avant de toucher terre, il y a le sursaut… et le mouvement s’inverse. Tom Rainey entre dans la danse, évoque la valse et puis s’enfuit sur d’autres chemins. La contrebasse tremble et frémit. Hasse caresse les cordes de sa guitare avec l’archet. Tout est sens dessus dessous.

vooruit,backback,giovanni barcella,filip wauters,marc de maesener,hasse poulsen,tom rainey,guillaume orti,stephane payen,henrik simonsen

Alors, on enchaîne sur d’autres paysages ("Where My Heart Lie" aux accents légèrement baroques ou "Tradition Of Dissent" subtilement folk). On conjugue les genres, les rythmes et les émotions. Au fur et à mesure des morceaux, le tableau se dessine: la poésie côtoie la lutte et les revendications. Bref, on voyage.

La musique de Progressive Patriots est intelligente, colorée et libre.

Un peu comme devrait l’être notre monde, non ?

 

A+

31/08/2011

Pause - Andy Emler

On est heureux quand certains musiciens prennent une pause.

Parce qu'on les a trop entendus, parce qu’ils se répètent ou parce qu'ils sont à court d’inspiration.

Mais pour Andy Emler, la pause n’a rien à voir avec ce qui précède.

Le leader du célèbre MegaOctet est en résidence depuis 2009 à l’Abbaye de Royaumont. C’est là qu’il a découvert le grand orgue de l’abbaye, qu’il s’y est installé et qu’il y a improvisé tour à tour avec Claude Tchamitchian (cb), Eric Echampard (dm), Laurent Dehors (cl), Laurent Blondiau (tp) et Guillaume Orti (ts).

Et voilà donc Pause. Un album étonnant, sorti chez Naïve début mai.

andy emler, eric echampard, guillaume orti, laurent blondiau, claude tchamitchan, laurent dehors, chronique

Pause, ce sont cinq morceaux qui vous prennent doucement, qui vous élèvent, qui vous débarrassent du superflu et qui vous entraînent dans une sorte de méditation peu orthodoxe.

Vous entendez l’orgue comme rarement vous l’avez entendu. Emler désacralise l’instrument, le fait sonner sur des modes contemporains, groovy ou modal. Il façonne des ostinato obsessionnels, parfois haletants, parfois traînants. Il développe des thèmes oniriques. Laisse vagabonder ses doigts sur le clavier, puis revient épuiser un motif. Il suggère des ambiances, évoque des silences, crée des univers.

Le couinement ou les mélodies agiles de Laurent Blondiau («Pulsations nocturnes») nous propulsent dans une atmosphère singulière.

Les flâneries, tantôt apaisées, tantôt déchirantes, de Laurent Dehors, à la clarinette basse, nous font tanguer entre tourmente et abandon («Dehors dans les nuages»).

Sur «Ti pièce en or», les variations de Guillaume Orti - aussi sensuelles qu’inquiétantes - auxquelles il mêle le chant, semblent parfois devoir se débattre de l’emprise d’un animal tentaculaire.

Ces trois longues improvisations en duos - remarquables d’imagination, d’échanges et d’écoute - sont «encadrées» par deux autres impros, en trio basse/batterie cette fois.

«Crasy orgue café» installe le mystère en un thème récurant, tandis que «Triorgue» n’hésite pas à faire s’entrechoquer musique contemporaine et groove brûlant. Écoutez l’archet de Tcahmitchan frôler les cordes de sa contrebasse, écoutez comment Echampard colore l’espace. Écoutez comment Emler arrive à fusionner tout ça. Magnifique et captivant.

Il y a de beaux orgues aussi en Belgique. À quand une petite tournée ?

 

A+

08/08/2011

Mâäk au Recyclart

 

J’avais vu Mâäk (on ne dit plus Mâäk’s Spirit) au Cercle des Voyageurs fin avril. C’était avec Gábor Gadó (eg), Claude Tchamitchan (b), Tamás Sándor Geröly (dm) et - le noyau dur - Guillaume Orti (as), Michel Massot (tub, tb), Jeroen Van Herzeele (ts) et Laurent Blondiau (tp), bien sûr.

maak s spirit, laurent blondiau, guillaume orti, joao lobo, giovanni di domenico, recyclart, nico roig, michel massot, jereon van herzeele, claude tchamitchan, gabor gado, tmas sandor geroly, yvan bertem, Yiphun Chiem , dan furry, laurent blondiau

C’est dans cette formule que le collectif enregistrera son prochain album.

Ce soir-là, je n’avais pas pris de notes, mais le souvenir de la musique résonne encore dans ma tête. Ce qui m’avait frappé, c’était la ligne un peu moins débridée que ce que nous avait offert Mâäk ces derniers temps. Rassurez-vous, Mâäk n’a pas cadenassé ses libertés musicales. L’ouverture, les improvisations et les idées les plus folles sont toujours bien présentes. Les interventions de Massot sont toujours étonnantes. Celles d’Orti et Van Herzeele toujours aussi incandescentes. Quant à Tchamitchan, il donne du corps à l’ensemble et Sándor Geröly colorie autant qu’il dynamite. Il suffit de voir comment Yvan Bertrem danse sur de pareils rythmes… C’est puissant et nerveux.

maak s spirit, laurent blondiau, guillaume orti, joao lobo, giovanni di domenico, recyclart, nico roig, michel massot, jereon van herzeele, claude tchamitchan, gabor gado, tmas sandor geroly, yvan bertem, Yiphun Chiem , dan furry, laurent blondiau

Tout cela donc sera à revoir et à réentendre très bientôt.

En attendant, ce vendredi 6 août, Mâäk était au Recyclart. Dans une configuration bien différente. Aux côtés de Blondiau et Orti, on retrouvait Joao Lobo (dm), Giovanni Di Domenico (Fender) et Nico Roig (guitare barytone).

maak s spirit, laurent blondiau, guillaume orti, joao lobo, giovanni di domenico, recyclart, nico roig, michel massot, jereon van herzeele, claude tchamitchan, gabor gado, tmas sandor geroly, yvan bertem, Yiphun Chiem , dan furry, laurent blondiau

Le concert a lieu en plein air, sur le trottoir, devant l’entrée. Il fait plutôt doux - c’est assez rare, cet été, pour être signalé. Au loin, la Grande Roue et le XXL de la Foire du Midi laissent des trainées lumineuses sur le ciel sombre. Sur la petite place, en face, un collectif d’artistes continue son happening. Ce matin, ils ont récupéré plein d’encombrants - vielles portes, mobilier et détritus - pour reconstruire une pseudo maison… «Build Your Own Dream» est inscrit sur les papiers qu’ils distribuent.

Sur le toit de la salle, quelques trains continuent à passer.

maak s spirit, laurent blondiau, guillaume orti, joao lobo, giovanni di domenico, recyclart, nico roig, michel massot, jereon van herzeele, claude tchamitchan, gabor gado, tmas sandor geroly, yvan bertem, Yiphun Chiem , dan furry, laurent blondiau

Mâäk attaque, bille en tête.

On y ressent toute l’énergie et l’influence du Miles Electric. Groove, transe, spiritualité, intensité. Mâäk alterne des moments de tension avec des instants de plénitude.

Le Fender, délivrant un son magique et irréel, met des étoiles dans la musique. Roig frappe sa guitare avec des baguettes, puis délie des harmonies avec dextérité. Les pulsations de Lobo s’adaptent aux changements de rythmes. Le batteur reste attentif aux moindres changements de climats. Blondiau et Orti échangent des dialogues vifs aux souffles chauds, puis rauques, puis sensuels. De ce maillage complexe s’extrait un groove intuitif. La musique a un pouvoir hypnotique sur le public.

maak s spirit, laurent blondiau, guillaume orti, joao lobo, giovanni di domenico, recyclart, nico roig, michel massot, jereon van herzeele, claude tchamitchan, gabor gado, tmas sandor geroly, yvan bertem, Yiphun Chiem , dan furry, laurent blondiau

Devant le groupe, trois danseurs - Yvan Bertem, Yiphun Chiem et Dan "Furry" - exécutent des figures erratiques. Avec une souplesse inouïe, ils découpent l’air et l’espace. Leurs corps roulent et s’enroulent, se déplient, se recroquevillent. Leurs membres se nouent, se mêlent, se délient. Les danseurs se combattent, s’unissent, se frôlent, s’aiment. Puis ils rampent, rebondissent, ondoient et deviennent hyper sensuels au son de «Comme à la radio» qui clôt un concert magique.

Le public est conquis, il en redemande et Mâäk nous en redonne.

Un supplément d’énergie fait d’une musique qui enfle et se mue en transe explosive.

Toujours différents, toujours déroutant, l’esprit Mâäk est unique et toujours stimulant.

A+

26/06/2010

Fast Forward Festival... Rewind

P1110321

11 juin, il est près de 21h., Rockingchair vient de terminer son concert. Je l’ai raté. Je croise Fabrizio Cassol excité et ravi de ce qui vient de se produire sur scène. Il y a du monde. 'Son' Festival commence bien. Je rejoins le foyer du splendide bâtiment qu’est le KVS, et croise furtivement Airelle Besson. J’en profite pour me procurer l’album de Rockingchair. Musique aux multiples influences, nerveuse et ondulante, intelligente sans pour autant être intellectualisante, avec un travail remarquable sur le son… je vous le recommande.

 P1110323

Pour célébrer le 25éme anniversaire de l’enregistrement du mythique «A Lover’s Question», il y a, sur la scène du «Bol», une brochette de musiciens incroyables.

C’est Angelique Wilkie, grande prêtresse à la voix profonde et au flow hypnotique, qui déclame d’abord les poèmes de James Baldwin. Le frisson s’installe. Hervé Samb enchaîne. Son improvisation est subjuguante. David Linx et Sabine Kabongo répondent comme en écho. Chacun dans sa tessiture. Entre contraste et équilibre des styles. Tout se tisse et s’entrelace. La force, la rage, l’amour, l’humanité. L’émotion monte encore d’un cran quand arrive le Brussels Vocal Project qui se réapproprie «The Art Of Love» écrit par le regretté Pierre Van Dormael. Le moment est sublime.

P1110371

Comme entraîné dans un mouvement de plus en plus frénétique, Stéphane Galland et Sergio Krakowski au pandeiro (sorte de tambourin brésilien) attisent un dialogue fiévreux. Eric Legnini s’immisce et illumine le propos. Dinozord, danseur caoutchouc, entre dans le jeu. Il rebondit, serpente et enchaîne les figures souples, saccadées ou erratiques. Il épouse la musique. Bette Crijns (eg), Hervé Samb (eg) et Michel Hatzi (eb) fertilisent le terrain, Michel Massot (tuba), Fabrizio Cassol (as), Robin Verheyen (ss, ts) et Laurent Blondiau (tp) peignent l’espace. Tout fusionne. Le spectacle est total.

Alors, la voix de Baldwin résonne. Solitaire. Irréelle…

«Precious Lord, take my hand
Lead me on,
Let me stand
I'm tired, I am weak, I am worn…»

Seul Michel Massot l’accompagne… jusqu’au paradis.

Irrésistible. On en a les larmes aux yeux. Le public est debout, réclame deux rappels et nourrit l’espoir de revoir peut-être un jour ce moment de magie suprême.

 P1110378

À mon grand regret, je n’aurais pas l’occasion d’assister aux concerts de Sabar Ring, ni de Magic Malik, pas plus que je ne pourrais voir Pitié, les jours suivants…

Mais j’arrive à me libérer pour aller écouter Kartet et le trio de Kris Defoort le 16 juin.

P1110389

Guillaume Orti (as), Benoit Delbecq (p), Hubert Dupont (cb) et Chander Sardjoe (dm) s’aiguisent les canines sur «Misterioso» de Monk, puis attaque «Y». L’ambiance est très nue et sèche et le jeu d’Orti très découpé. Le son du piano préparé de Delbecq semble chercher celui du sax. La contrebasse s’associe à la batterie. C’est tendu, tout en polyrythmie. Orti ricoche, rebondit et sautille. Il chante et feule dans son instrument. Il invente des champs et des contre-champs. Le jazz flirte avec une musique cérébrale, contemporaine, puis s’amourache de rythmes africains. Kartet joue souvent avec nos nerfs, titille notre sensibilité, invoque presque l’ennui pour le transformer en un déchaînement excitant. Complexe et diaboliquement précise, la musique de Kartet n’est certes pas évidente mais ô combien intrigante.

En deuxième partie de soirée, c’est le trio de Kris Defoort qui prend place sur scène.

P1110420

Électrocution? Hydrocution?  Le coup est parti tout seul, sans prévenir. Nous voilà plongé à vif dans l’univers polymorphe du pianiste belge.

Le jeune Lander Gyselinck, aux drums, est d’une efficacité redoutable. Il possède un jeu autant félin que massif. C’est roboratif, vivifiant et délicat à la fois. Kris Defoort distille des harmonies profondes qu’il pare de fins motifs. De ses digressions jaillissent souvent des thèmes lumineux. Et quand il se lance dans des mélodies qu’il laisse ouvertes, c’est Nic Thys qui vient nourrir le thème ou conclure l’affaire. Le jeu du trio est extrêmement soudé, éblouissant de maturité et d’idées. L’ambiance est parfois spectrale avant que le groupe ne désamorce l’ensemble par un trait d’humour. Il y a du Monk, il y a de la pop music, il y a des influences contemporaines… il y a du jazz à tous les étages. Ouaté, atmosphérique ou rêveuse, la musique, pleine de tendresse, est en perpétuel mouvement. Elle prend aux tripes et joue avec nos sentiments. Grande écriture et osmose parfaite entre les musiciens, voilà un groupe à suivre, à revoir et à soutenir absolument !

 P1110451

Une chose est sûre, avec des musiciens tels que ceux-là, on demande déjà une seconde édition à ce Fast Forward Festival.

 



A+

15/02/2009

Hommage à Pierre van Dormael au Théâtre Marni

Rattrapons le temps perdu ! (Premier épisode)

Mercredi 28 janvier avait lieu le deuxième hommage des jazzmen à Pierre Van Doermal.
Cette fois-ci, cela se passait au Théâtre Marni.
Comme au Sounds précédemment, l’endroit était archi plein et une grosse partie du public n’avait plus trouvé que les marches des gradins pour s’asseoir.
001

Premier groupe sur scène: Octurn, qui nous rappelle sa collaboration avec Pierre en 2006 avec «North Country Suite». Travail basé sur la musique de Bob Dylan (plus précisément «Girl From The North Country» de l’album «Nashville Skyline»)

La musique parfois complexe de Pierre est d’une intensité rare.
Si elle semble parfois s’envoler dans toutes les directions c’est sans doute pour mieux s’enchevêtrer. Les lignes mélodiques et harmoniques se développent, se nouent, se libèrent.

Et jouée par Octurn, la musique garde toujours cette pulsion et cette tension sans faille.

Ce soir, Guillaume Orti est, une fois de plus, éblouissant dans ses interventions.
Tout comme Bo Van Der Werf, distribuant un jeu fluide et fiévreux.
Chander Sardjoe passe allègrement de la polyrythmie à un jeu délicat aux balais ou à celui, très nerveux, de la jungle.
Laurent Blondiau, Jozef Dumoulin, Fabian Fiorini, Nic Thys et Jean-Luc Lehr alimentent tout au long de la prestation un flux rythmique riche et puissant.

Nicolas Fiszman et Kevin Mulligan viennent ensuite interpréter «Love Me Always» dans un esprit blues-folk.
La voix de Mulligan est toujours aussi profonde et chaude.
Fiszman s’accompagne d’une belle et étrange guitare au son grave (il s’agit d’une guitare baryton - entre la guitare et la basse - (accordée en «si») comme me l’apprendra bien plus tard Nicolas lui-même).
Moment sensible, un peu trop court, d’une extrême poésie.
002

La poésie est à nouveau au rendez-vous avec Hervé Samb, Lara Roseel (b) et David Broeders (dm) qui avaient accompagné Pierre lors de ses derniers concerts (notamment au Gent Jazz l’été dernier).
Mélange subtil de douceur et d’âpreté.
De gaîté et d’affliction. De soleil et de fraîcheur.
Le jeu de Samb est lumineux, précis et sans esbroufe.
Et celui de Broeders à la batterie est délicat et plein de finesse.

Même si Pierre n’est plus là, il serait bien que cet ex-quartette continue à répandre sa musique ou, pourquoi pas, à continuer à creuser dans cette veine.

Après le break, Vivaces entame le deuxième set.
003

Anne Wolf et Kris Defoort au piano, Nicolas Kummert, Bo Van Der Werf et Manu Hermia aux saxophones, Stéphane Galland et Michel Seba aux percus, Hervé Samb à la guitare et… Nicolas Lherbette (edit. Merci Christine) à la basse électrique.
«Rue 6», «Estelle sous les étoiles» et «Otti 1er» résonnent de belle façon.
Toujours bouillonnante et pleine d’énergie, toujours prête à changer de couleurs et de rythmes la musique nous balade sur le fil de nos émotions.
On ne s’ennuie pas une seule minute.

Avant d’accueillir Aka Moon, Philippe Decock interprète
en solo au piano la musique du prochain film de Jaco Van Dormael, «Mr Nobody», écrite par Pierre.
Un esprit classique, entre Debussy et Satie, entre Ludovico Enaudi et Michael Nyman.

Et puis, c’est Aka Moon, ou plutôt… Nasa Na ?
En effet, au trio s’est ajoutée Bette Crijns (Atatchin), jouant dans un style proche de celui de Pierre (elle fut son élève aussi). Impressionnant.
004

Aka Moon est en forme. Tempos flottants, entente parfaite, débauche d’énergie contrôlée… On est subjugué.

On est subjugué aussi par le jeu de Stéphane Galland.
Il alterne le jeu sec et droit à celui du rubato et de la polyrythmie.
Il invente sans cesse.
Michel Hatzi et Fabrizio Cassol en profitent.
David Linx les rejoint pour un morceau mi-scatté, mi-chanté.
Ça vole haut.

Et pour le final, David Linx a invité une belle brochette de jeunes chanteurs (avec qui il travaille au conservatoire) pour un «The Art Of Love» a cappella extrêmement émouvant.
005

Nul doute que la musique de Pierre Van Dormael continuera longtemps encore à influencer le jazz actuel.

Et d’ailleurs, rappelons que les recettes des entrées de ce concert ont été intégralement consacrées au financement de l’impression professionnelle de son livre «Four Principles to Understand Music».

Merci encore, Pierre.

A+

25/02/2008

Octurn (Jazz Station) et Gilles Repond (Sounds)

Quand on a la chance d’avoir Octurn en résidence régulièrement dans sa ville, il serait assez stupide de ne pas assister à l’un de leurs concerts.
Surtout que, malgré une très forte personnalité, aucun ne se ressemble.
001

À la Jazz Station, Octurn prépare son projet avec Ictus, basé surtout, d’après ce que me dit Bo van Der Werf sur le gamelan.

Est-ce pour cette raison qu’Octurn groove autant ce soir? Danse autant? Swingue presque?

Bien sûr, on y retrouve toujours les évolutions polyrythmiques complexes, les rythmes décalés, les moments suspendus, les ambiances à l’équilibre précaire…
003

Chander Sarjoe est toujours aussi surprenant rythmiquement (pour ce projet avec Ictus, ce sera pourtant un autre excellentissime batteur qui participera à l’aventure: Xavier Rogé).
Aux claviers, le duo FioriniDumoulin se complète à merveille.
Nelson Veras apporte toujours sa touche si particulière, comme s’il jouait dans une autre dimension.
Et Malik, et Bo, et Jean-Luc Lehr, et Laurent Blondiau sont toujours aussi surprenants.
(Guillaume Orti n’était pas de la partie ce soir.)

Mais ce soir, j’arrête d’essayer d’analyser la musique.
Je me laisse porter par elle.
002

Y aura-t-il un disque avec l’ensemble Ictus?
Peut-être. Peut-être pas.
Raison de plus pour aller écouter Octurn à La Maison de la Musique à Nanterre (le 28 mars) ou au Kaaitheater à Bruxelles (le 16 avril).


Changement de direction et de style.
Me voici au Sounds pour écouter Gilles Repond.

Par rapport au groupe que j’avais entendu l’année dernière, c’est Toon Van Dionant qui a pris la place de Max Silvapulle derrière les fûts.
004

Le groupe du tromboniste suisse propose un jazz groovy aux tendances parfois un peu funky.
Mais les morceaux sont souvent d’une complexité un peu perfide.
«Barbecue In Lapland», par exemple, est un morceau glissant (ok, le jeu de mot est facile, mais je suis sûr que ce titre n’a pas été choisi au hasard). Ici, les rythmes changent perpétuellement. Ça accélère, ça ralenti, ça change de direction.

Le plus «sage» dans l’histoire, c’est peut-être encore Gilles lui-même. C’est lui, souvent qui vient calmer un peu le jeu.
Il faut dire que lorsque Pascal Mohy est lâché, ça fait mal!
Quel pianiste brillant et fascinant.
Son jeu est précis, rebondissant, époustouflant. (Sur «Meeting Point» ou «Vilnius» c’est du tonnerre qui sort de l’instrument.)
005

Alors, Sam Gerstmans en profite, lui aussi pour en rajouter une couche.
Au-delà d’un timing parfait et très sûr, il redouble de puissance dans ses solos.
Ce qui n’est pas pour déplaire à Toon Van Dionant, explosif au deuxième set.

Bien sûr il y a des moments plus tempérés, plus blues, comme le très beau «The Back Of The Death Hand» ou la ballade «Since You». C’est parfois un légèrement plus funky avec une reprise de Steve Wonder, ou plus traditionnel avec «Do You Know What It Means To Miss New Orleans» immortalisé à jamais par Billie Holiday et ce bon vieux Louis Armstrong

Alors, pour finir la fête, le quartette invite Jean-Paul Estivénart et Fred Delplancq à venir partager un «In A Sentimental Mood» et un tonitruant «Milestone».

Et je vous épargne la suite au bar.

A+

27/12/2007

Octurn - Résidence à la Jazz Station

Octurn est régulièrement en résidence à la Jazz Station.
Cela permet au groupe de répéter et de travailler des morceaux que l’on sait ne pas toujours être simples  chez eux.
En plus, Bo Van Der Werf a plutôt l’esprit fertile et les nouvelles compos ou les nouveaux projets ne manquent pas (après Van Dormael, Magic Malik et la musique de Bo lui-même, Octurn prépare un travail avec Ictus).
o001
Ce qui étonne en entrant à la Jazz Station ce soir-là, c’est la configuration du groupe sur scène.
Enfin, non, justement, pas sur scène. Il est disposé en cercle dans la salle même.
Du coup, on a l’impression de faire partie du collectif. D’être pratiquement dedans…

Le premier morceau est assez nerveux et puissant. Groovy aussi.
Ce sont ici les saxes et trompettes qui sont mis en avant sur un drumming très «carré» de Chander Sardjoe. C’est presque binaire… et bien sûr ça ne l’est pas du tout. Et tout le monde dodeline de la tête.

Le morceau suivant débute de façon beaucoup plus intimiste.
La basse de Jean-Luc Lehr égrène lentement un motif lancinant.
Fabian Fiorini (p) ou Nelson Veras (g) prennent tour à tour des impros scintillantes.
Puis, c’est à Jozef Dumoulin d’introduire quelques phrases immatérielles dont il a le secret.
o002
Rien n’est jamais monotone chez Octurn et le changement de tempo intervient régulièrement pour lancer le groupe vers de nouvelles directions. La musique ressemble à des couches qui s’empilent, puis se dérobent. Parfois, le piano suit le sax avant de bifurquer sur les lignes de guitare ou de trompette.
Dans un seul morceau, il y a mille saveurs différentes et impossibles à définir.

Les rythmes et les tempos redoublent.
Sardjoe est étourdissant de vitesse. Cela contraste avec le jeu de Veras ou Dumoulin qui tempèrent. Fiorini, lui, joue par tâches, il jette les sons comme Pollock jette sa peinture. Guillaume Orti (as) et Laurent Blondiau (tp) ponctuent en écho ou à l’unisson cette musique exaltante.

La musique de Bo est une recette minutieusement bien préparée qui permet les improvisations les plus improbables.
D’ailleurs, il déplie une partition si longue qu'elle tient à peine sur le pupitre.
Comme me dit à l’oreille Stéphane Galland, en clin d’œil: «Ça ne rigole plus!»…
Quel plaisir !

o003
C’est de la haute voltige.
Et pourtant tout à l’air tellement simple et accessible. Même pour moi qui ai parfois eu du mal avec la musique d’Octurn: celle-ci est assurément limpide.
Les arrangements sont exécutés au cordeau. La construction est parfaite et l’interaction entre les musiciens est remarquable.

Avant un rappel que le public réclame avec véhémence, Fabian introduit, dans un jeu mi-baroque, mi-classique, un morceau époustouflant d’énergie.

Je l’ai déjà écrit, mais Octurn est sans doute un des groupes les plus créatifs du jazz européen actuel.


o004
Le groupe vient de sortir un double album enregistré avec Magic Malik («XPs [live]»). L’ambiance est différente de celle du concert de ce soir… mais tout aussi brillante et passionnante.
Comme quoi, la musique d’Octurn, ne se joue jamais de la même façon.

A+

05/05/2007

Octurn à la Jazz Station


04

Octurn enchaîne projets sur projets ces derniers temps.
Après l’excellent «21 Emanations» avec Dré Pallemaerts et déjà, Magic Malik, le groupe a sorti «North Country Suite» sur des compositions de Pierre Van Dormael.
Et les voilà déjà maintenant à voguer vers d’autres aventures.

Cette foi-ci, Malik a pris un peu plus de place encore et le groupe a accueilli aussi Nelson Veras

Pour «roder» l’ensemble, Octurn s’est offert une résidence à la Jazz Station pour quelques jours.

Je suis allé écouter un des concerts ce mercredi dernier.

01

J’avoue ne pas avoir toujours suivi, ni compris la musique d’Octurn à une époque. Si tant est que «comprendre» la musique veuille bien dire quelque chose…
Donc, je rectifie: je n’ai pas toujours ressenti la musique d’Octurn à une époque.
Trop complexe, froide ou distante.

Mais voilà que depuis quelques mois (années), je trouve la démarche du groupe des plus intéressantes actuellement.
Est-ce le fait que le groupe sonne vraiment comme une entité?
Qu’Octurn semble savoir où il a envie d’aller?
Est-ce l’arrive de Malik qui lui donne du «liant» ?

Toujours est-il que je ne reste pas insensible a cette musique, complexe certes, mais tellement captivante.

La musique d’Octurn me paraît plus ramassée, plus concise. On y retrouve toujours cette fluidité, ces espaces et ces évolutions lentes qui, cependant, ne se diluent plus comme lors du concert au Bozar en mars 2006.
Et j’avais, par la suite, déjà beaucoup aimé le prestation suivante au Sounds en juin de la même année.

Le concert de ce soir devait me conforter dans cet esprit.

02

Le premier morceau est, comme à l’habitude, très évolutif. Le groove complexe s’installe peu à peu. Veras dépose quelques lignes harmoniques… «organiques».
La basse profonde de Jean-Luc Lehr se conjugue parfaitement au drumming impeccable de Xavier Rogé (qui «remplace» pour cette tournée Chander Sardjoe).

Ensuite, sur les pas d’une valse désabusée, les souffleurs rendent la mélodie incertaine.
Gilbert Nouno, capte, filtre, trafique les sons des instruments et les redistribue avec ingéniosité.
La musique est toute en relief et profondeur. Elle navigue sur plusieurs niveaux rythmiques et harmoniques. On sent comme des vagues, comme des ondulations qui s’entrecroisent.

Jozef Dumoulin au Fender Rhodes lance des phrases aux effets parfois stridents.
Ses improvisations sont toujours étonnantes. A la fois «free» et parfois «soul» ou «churchy».

Malik chante dans sa flûte.
Un chant fantomatique, lunaire.

L’ensemble est mouvant, riche, parfois groovy et, comme sur le dernier morceau du premier set, presque funky.
Il y a toujours ce mélange d’improvisations collectives complexes et de lignes rythmiques claires qui rendent le projet unique.
Octurn joue sur les tensions et les apaisements.
On ne peut y rester insensible.

03

Sur un autre morceau (la plupart, ce soir, sont de Bo Van Der Werf ou de Malik), une sorte de «lullaby» étrange, Fabian Fiorioni à l’instar de Veras précédemment, égrène les notes de façon très scintillantes. À la fois brutales et nerveuses, mais aussi pleines d’amplitudes. Entre classique et contemporain.

Malik intervient à nouveau au chant, mais c’est surtout Guillaume Orti qui improvisera de manière très physique. On le sent véritablement investi par la ferveur.

Bien qu’il intervienne de manière ponctuelle et avec beaucoup de sensibilité (comme lors de son solo en début de concert), j’ai l’impression que Laurent Blondiau, à la trompette «muted», vient plus souvent en soutien qu’en véritable soliste dans cet ensemble.
C’est un peu la même impression que j’ai vis-à-vis de Bo Van Der Werf, bien que lui aussi, viendra prendre sa place pour quelques solos d’une extrême beauté.

J’ai le sentiment que le groupe est vraiment en train de trouver son son. Ce que me confirmeront Xavier Rogé, Jean-Luc Lehr, Gilbert Nouno ou Nelson Veras après le concert.

Un beau projet, de très haut niveau, qui ouvre encore d’autres voies au jazz.
A suivre, bien sûr.

A+