18/08/2016

Deux jours à jazz Middelheim ( Part 2/2 )

15 août, c’est la fête des mères à Antwerpen et la fête du jazz au Middelheim.

Retour, toujours sous le soleil, au Parc Den Bandt pour la dernière journée du festival.

Le monde commence déjà a affluer, vers 11h30, tandis que Ashley Kahn évoque une autre facette d'Ornette Coleman avec David Murray (encore lui) et Geri Allen.

On retrouvera les deux musiciens tout à l’heure sur scène en compagnie de Terri Lyne Carrington. Pour l’heure : piano solo !

middelheim,geri allen,terri lyne carrington,david murray,ornette coleman,craig taborn,dre pallemaerts,nic thys,robin verheyen,bill carrothers,jozef dumoulin,pharoah sanders,joachim kuhn,zakir hussain,ben sluijs,erik vermeulen,manolo cabras,marek patrman,bram de looze,brice soniano,christian mendoza,lennart heyndels

Main Stage

Il est 12h30 lorsque Craig Taborn s’installe devant son piano. Il entame une première et longue improvisation, qui tourne autour d’un motif court, cinq notes à peine, et place la barre très haut. Ce leitmotiv, répété à l’envi et ornementé de brillante façon, évoque tantôt Bartok tantôt Stravinsky. Et parfois, en écho, on perçoit quelques pointes de douceurs ellingtoniennes. On est soufflé. La deuxième impro est nettement plus free. Taborn, très concentré, fait gronder le piano après avoir provoquer les notes aiguës. Il plaque les accords, frappe les cordes, fouette les touches, écrase du coude le clavier à la Don Pullen ou à la façon d’un Cecil Taylor. C’est bref, intense et impressionnant. Tandis que le troisième morceau est peut-être le plus « jazz » de tous, plutôt bop à la Monk, la dernière intervention de Craig Taborn lorgne du côté de la musique concrète, parsemée de respirations romantiques. Toutes ces influences, mêlées avec intelligence, font sans doute de Craig Taborn l’un des pianistes les plus excitants du moment. Cette standing ovation et ce rappel n’ont certainement pas été usurpés. Seul sur la grande scène du Middelheim, il a réussi un véritable tour de force. Grand coup de cœur.

Le batteur belge Dré Pallemaerts a sorti récemment un superbe album (Coutances) qui lui ressemble bien : subtil, habile et impressionniste. Et ce sont la plupart de ces morceaux qu’il présente aujourd’hui sous le nom de « Seva » (l’une des compos de l’album) avec un line-up légèrement différent. Nic Thys s’est ajouté au groupe et Robin Verheyen a pris la place de Mark Turner. Derrière le piano, on retrouve Bill Carrothers et au Fender Rhodes Jozef Dumoulin. Le set est extrêmement bien construit, tout en paliers, en douceur et sans aucune monotonie. On flotte entre deux mers, à la fois brumeuse et indocile. Tout se fait en souplesse, à l'image du jeu, fluide et sensuel de Dré. Le phrasé romantique et lumineux de Carrothers, s’oppose aux notes plus acides et nébuleuses de Jozef. Robin Verheyen, lui, est toujours à la limite de la cassure, toujours sur le fil du rasoir. Parfois rauque au ténor et d'une rondeur acide au soprano. Et tout ce beau monde peut compter sur la basse chantante et discrète de Nic Thys (fini la barbe hipster !). Il y a de la tendresse dans les compositions de Dré (« For Anne », « Mood Salutation ») et de la volupté, comme sur « Where Was I », cette milonga extraite de son précédant album, Pan Harmonie, sorti il y a neuf ans déjà (et « must » également !). De la complicité, de l’interaction… du jazz. Et puis, après une visite à Satie (« Première pensée rose + Croix »), on swingue et on danse sur « Waltz Macabre » ou « Swing Sing Song »… Un très beau concert, maitrisé, plein d'inventivité et de finesse. Un étrange mix entre tradition, désuétude et contemporanéité qui rend la musique de Dré Pallemaerts très personnelle, singulière et très attachante.

middelheim,geri allen,terri lyne carrington,david murray,ornette coleman,craig taborn,dre pallemaerts,nic thys,robin verheyen,bill carrothers,jozef dumoulin,pharoah sanders,joachim kuhn,zakir hussain,ben sluijs,erik vermeulen,manolo cabras,marek patrman,bram de looze,brice soniano,christian mendoza,lennart heyndels

Le Power Trio Geri Allen, Terri Lyne Carrington et David Murray monte sur la scène sous un tonnerre d’applaudissements et démarre en trombe avec « Mirror Of Youth » ! La plupart des morceaux sont extraits de l'album Perfection, enregistré quelques jours après la mort de Ornette Coleman. Si « Perfection » est un morceau de Coleman à qui l’album rend hommage et qui sera joué plus tard, le trio a également une pensée pour Charlie Haden, Marcus Belgrave ou encore Peter O’Brian et son funky foxtrot « For Fr. Peter O'Brien ». La complicité est évidente, mais elle se remarque surtout entre Geri Allen et Terri Lyne Carrington sur « Geri-Rigged » par exemple. L’intensité est forte, Carrington ne quitte pas du regard Geri Allen et la pianiste enchaîne les chorus avec détermination. C’est bouillonnant. Le trio alterne les moments groovy (« The David, Geri & Terri Show », annoncé avec humour) avec d’autres, plus souples (« Barbara Allen »), qui permettent à David Murray de montrer son côté plus suave et moelleux à la Coleman Hawkins. Finalement, le trio se lâche complètement sur une version débridée de « Perfection ». Bel hommage, en effet.

middelheim,geri allen,terri lyne carrington,david murray,ornette coleman,craig taborn,dre pallemaerts,nic thys,robin verheyen,bill carrothers,jozef dumoulin,pharoah sanders,joachim kuhn,zakir hussain,ben sluijs,erik vermeulen,manolo cabras,marek patrman,bram de looze,brice soniano,christian mendoza,lennart heyndels

On attendait beaucoup de Pharoah Sanders. Le disciple inaltérable de Coltrane.
Entouré du pianiste Joachim Kühn et du percussionniste Zakir Hussain, le saxophoniste à la belle barbe blanche semble être bien assagi. Il laisse d’ailleurs beaucoup d’espace à ses partenaires. L’entrée en matière se fait de façon douce, sur une rythmique mystérieuse et psalmodiante. Le son du sax, unique, acre et pincé, est quand même bien là. Les phrases sont sinueuses et semblent se chercher un chemin entre les rythmes indiens de Zakir Hussain et les rivières de notes qui déferlent sous les doigts de Kühn. Le rythme est répétitif, comme une transe. Le dialogue entre Hussain et Kühn a quelque chose de fascinant. Mais c'est le long solo du joueur de tablas qui est plus surprenant. Chants et incantations se mêlent à un jeu d’une incroyable virtuosité. Et tout cela avec pas mal d’humour en plus. Les morceaux s’enchainent, Sanders esquisse quelques pas de danse, chante dans le pavillon de son sax, laisse à nouveau la place à Hussein, puis à Kühn… Le meilleur est passé. On attend un peu, mais… Il y avait trois personnalités sur scène plutôt qu'un vrai trio. Un peu dommage.

 

Club Stage

Et pendant ce temps-là, entre chaque concert sous la grande tente, le Club Stage fait le comble, lui aussi. Et pour ce dernier jour de festival, c’est Ben Sluijs qui nous offre quatre splendides concerts.

D’abord en duo avec son vieux complice, le pianiste Erik Vermeulen.

Que dire ? Que dire sinon qu’on est envoûté par tant de justesse, de beauté et d’humanité. Le couple reprend des compos personnelles (« Broken », « Little Paris », « Parity ») et quelques « standards » ( « Goodbye », « The Peacocks ») avec la même grâce et élégance. On laisse le temps à la mélodie de s'installer, on joue avec les respirations, le phrasé de Vermeulen est brillant, incisif sans être agressif. Ben Sluijs va chercher au fond de son sax les dernières notes comme on gratte le fond d'un plat pour en extraire les derniers sucs. Le duo ne tombe jamais dans le mielleux et garde toujours cette flamme, cette âme, cette vérité…

middelheim,geri allen,terri lyne carrington,david murray,ornette coleman,craig taborn,dre pallemaerts,nic thys,robin verheyen,bill carrothers,jozef dumoulin,pharoah sanders,joachim kuhn,zakir hussain,ben sluijs,erik vermeulen,manolo cabras,marek patrman,bram de looze,brice soniano,christian mendoza,lennart heyndels

Avec Marek Patrman (dm) et Manolo Cabras (cb), la musique est plus nerveuse, plus rugueuse parfois. Mais elle garde toute son intériorité ! Après un fiévreux et sinueux « Unlike You », « A Set Of Intervals », comme son nom l'indique, nous embarque dans un voyage exceptionnel sur les échelles de notes. Avec une sorte de pédagogie, Ben Sluijs expose le motif avant que le trio ne l'éclate, ne l'étire petit à petit et ne l'explose pour revenir au pont de départ. Magnifique ! Avec ces trois-là, le jazz prend quand même une sacrée dimension.

Toujours en trio, mais avec 3/4 Peace cette fois, c’est-à-dire Brice Soniano (cb) et Christian Mendoza (p), Ben Sluijs revient pour la troisième fois. Ici, c’est une certaine idée de douceur et de swing qui est mise en avant. De façon hyper délicate, en mouvements lents et rassurants, chaque instrument vient prendre sa place en douceur. Et la magie opère. « Hope », l’insouciant, « Arad », le mystique, « Still », l’élégiaque… Le frisson est garanti. Grand moment de délicatesse.

Pour le quatrième et dernier rendez-vous, il y a toujours autant de monde au Club Stage. Le saxophoniste propose une toute nouvelle formation : au piano Bram De Looze, à la contrebasse Leenart Heyndels et à la batterie Dré Pallemaerts ! « Call From The Outside » fonce et fricote un peu avec le Free Bop. On y entendrait presque les influences d’Eric Dolphy. C’est un peu rubato, avec de faux démarrages, des rebondissements, mais toujours proposé avec la souplesse d'un swing. L’intro de Leenart Heyndels est à la fois introspective et forte sur « Song For Yussef », sorte de marche lente sous une lune orientale. Cela permet à la flûte de Ben de planer bien haut. Puis, il y a aussi « Miles Behind » et sa mélodie qui renaît à chaque fois d'on ne sait où, et une version de « Mali » plus sinueuse que jamais. Standing ovation. Rappel mérité. Un sans faute !

De quoi rentrer à Bruxelles, des étoiles dans la tête.

 

 

 

A+

Merci à ©Bruno Bollaert (WahWah) pour les images.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

29/11/2015

3/4 Peace au Bravo

Mercredi 25, réouverture du Bravo après le lock-out imposé à Bruxelles le week-end dernier. Autant dire que la foule est encore un peu clairsemée vers 20h30.

bravo,ben sluijs,christian mendoza,brice soniano,el negocito

Le message, véhiculé par le nom du groupe, est pourtant assez clair, positif et de circonstance : Peace.

Mieux 3/4 Peace !

Christian Mendoza (p), Brice Soniano (cb) et Ben Sluijs (as, fl) prennent place au milieu de la scène et, petit à petit, la salle se remplit. Message reçu.

Le trio présente son deuxième album, «Rainy Days On The Common Land» (sorti chez El Negocito).

Le groupe continue d’explorer la même sphère musicale, douce et élégiaque, mélodique aussi, tout en laissant la porte largement ouverte aux improvisations. Des improvisations souvent évolutives, fragiles, sur le fil du rasoir.

Tout commence donc en douceur et retenue avec «Glow». Balancement de la contrebasse, respirations du sax, scintillement du piano. La musique de 3/4 Peace fait penser à ces boîtes à pâtisseries raffinées qui se déplient de façon ingénieuse et élégante pour laisser apparaître un gâteau non moins sophistiqué. Ou alors ces livres pop-up pour enfants qui font émerger des histoires poétiques à l'imaginaire fort.

Les trois musiciens s’entendent pour nous inviter à l’introspection. La musique se développe sur d’infimes décalages rythmiques, lents et retenus. Et c’est toute sa fragilité qui s’en libère. Sur «Les Noces De Bethleem», Christian Mendoza égraine les accords étranges et flottants, avec cette légère dissonance qui évoque parfois Fauré ou Satie, mais aussi Messiaen. La mélodie se devine derrière un voile ondoyant.

bravo,ben sluijs,christian mendoza,brice soniano,el negocito

«Hope» est plus lumineux et vif. Presque swinguant. Il semble construit sur un grille plus «classique» qui laisse plein d'espace aux musiciens pour enchainer les chorus. On navigue entre joie et tendresse. Tous les morceaux sont souvent assez courts. Ils ne s'encombrent pas de digressions inutiles. Le groupe va à l'essentiel, raconte son histoire et laisse beaucoup de place à l'imagination de l’auditeur. La musique se donne de l'air.

Certains titres sont fortement inspirés de Messiaen («Louange à l'éternité de Jésus») ou de Bartok («Violin Concerto») et Brice Soniano use de l’archet pour faire résonner sa contrebasse comme un violoncelle. Mendoza répète les accords et Ben Sluijs survole l’ensemble, souligne quelques phrases, laisse parler les silences. Il y a de la clarté, de la nuance, de la subtilité et beaucoup de sensibilité dans cette musique. On pourrait parfois imaginer quelques influences du fameux et merveilleux Jimmy Giuffre 3, mais le trio de Ben Sluijs s'en détache aisément et réussit à imposer un véritable univers personnel.

Le très impressionniste «Cycling» succède à un morceau au tracé incertain. Ben Sluijs dessine alors des volutes délicates, tandis que le piano se laisse bercer par une contrebasse vacillante. A aucun moment le groupe ne casse le fil, pourtant très fragile, entre musique de chambre et jazz contemporain et aérien.

Le moment était suspendu ce soir au Bravo. Un moment délicat de beauté et de paix.

Tout ce dont a si souvent besoin.

 

 

 

A+

09/06/2015

Blue Flamingo - Juin 2015

Entre festival et «pop up» club de jazz, le Blue Flamingo en est déjà à sa cinquième année !

Oui ! Cinq ans qu’il propose de façon régulière (4 fois l’an, le temps d’un week-end) des doubles concerts, les vendredi et samedi, dans la très belle, spacieuse et chaleureuse salle du Château du Karreveld à Molenbeek. La dernière fois que j'y avais mis les pieds, c'était il y a trop longtemps (lors de la première édition, en fait). Depuis, la formule n'a pas changée mais l'organisation et l'aménagement des lieux se sont bien améliorés : acoustique, lumière et même une petite - mais délicieuse - restauration tendance bio, sont vraiment au top. À force de travail, d'abnégation et, sans aucun doute, d’une foie inébranlable dans le jazz, Vincent Ghilbert et Christelle (MuseBoosting) ont réussi un pari un peu fou. Je vous invite vivement à vous rendre aux prochaines éditions car, vous verrez, vous y serez gâtés.

blue flamingo,vincent ghibert,vincent ghilbert,muse boosting,raf debacker,cedric raymond,thomas grimmonprez,igor gehenot,laurent barbier,steven delannoye,fabio zamagni,jean-paul estievenart,guillaume vierset,felix zurstrassen,ben sluijs,brice soniano,christian mendoza,stephane mercier,casimir liberski,hendrik vanattenhoven,matthias de waele,jean-francois prins

Ce vendredi soir c'est Raf D Backer Trio (avec Cédric Raymond à la contrebasse et Thomas Grimmonprez à la batterie) qui fait l’ouverture. Si la formule est un peu resserrée, elle n’en est pas moins explosive et groovy. Le premier morceau («Jo The Farmer») – un peu à la Legnini - est vite suivi d'un autre qui évoque, lui, Jimmy Smith ou Les McCann. Il faut dire qu’au piano ou à l’orgue électrique, Raf donne tout ce qu'il a : énergie, ferveur et sensibilité. Et comme tout bon leader qui sait bien s'entourer, il n'hésite pas non plus à laisser de la place à ses acolytes. Cédric Raymond peut ainsi s'évader dans l'un ou l'autre solo aussi virtuose que sensuel. De même, Thomas Grimmonprez peut découper l'espace de claquements sourds ou limpides sans jamais atténuer la tension. Et ça balance et ça ondule lascivement au son d’un gospel lumineux : «Oh The Joy». Le claviériste s’inspire aussi parfois de Bo Diddley et, tout en invitant le public à frapper dans les mains, rappelle l'essence du jazz, de la soul et bien sûr du blues. A ce rythme-là, le pas vers le funk est vite franchi. Mais on revient quand même aux fondamentaux. Et «Full House» précède un hommage à B.B. King avant que «Rising Joy», aux accents très churchy, ne termine un set rondement mené.

blue flamingo,vincent ghibert,vincent ghilbert,muse boosting,raf debacker,cedric raymond,thomas grimmonprez,igor gehenot,laurent barbier,steven delannoye,fabio zamagni,jean-paul estievenart,guillaume vierset,felix zurstrassen,ben sluijs,brice soniano,christian mendoza,stephane mercier,casimir liberski,hendrik vanattenhoven,matthias de waele,jean-francois prins

Le temps d’une courte mise en place, et le LG Jazz Collective monte sur scène.

Le truc du groupe, à la base, c'est de reprendre des thèmes de musiciens belges et de les arranger à sa sauce. Ainsi, «Jazz At The Olympics», de Nathalie Loriers, est retissé à la mode LG, avec verve (le solo de Laurent Barbier (as) est dense) et fougue (Igor Gehenot (p) est en pleine forme). Et «Carmignano», d’Eric Legnini, ou «A», de Lionel Beuvens, ne manquent vraiment pas d’idées. Si Guillaume Vierset laisse beaucoup de place à ses amis pour s'exprimer (comme sur «Move» où il laisse totalement libre Jean-Paul Estiévenart), il n'hésite pas à montrer de quoi il est capable (sur le même «Move», notamment). On remarque aussi l’excellent soutien de Fabio Zamagni qui remplace Antoine Pierre de brillant manière. «Grace Moment» permet aux souffleurs de se faire un peu plus lyriques (comme Steven Delannoye, par exemple, embarqué par Igor Gehenot). Mais, sous ses aspects simples, ce thème laisse apparaitre de tortueuses harmonies. Felix Zurstrassen (eb) – qui prend de plus en plus de risques - défriche alors quelques chemins secrets pour les offrir au pianiste puis au guitariste. La musique semble nous envelopper, comme pour nous étouffer lentement, sereinement, exquisément. Oui, le LG Collective a des choses à défendre et, au fur et à mesure des concerts, prend de l'assurance et se libère. Mais on aimerait qu’il se lâche encore un peu plus et que cela soit encore un poil moins «cadré». Cela pourrait être encore bien plus puissant … pour notre plus grand bonheur.

blue flamingo,vincent ghibert,vincent ghilbert,muse boosting,raf debacker,cedric raymond,thomas grimmonprez,igor gehenot,laurent barbier,steven delannoye,fabio zamagni,jean-paul estievenart,guillaume vierset,felix zurstrassen,ben sluijs,brice soniano,christian mendoza,stephane mercier,casimir liberski,hendrik vanattenhoven,matthias de waele,jean-francois prins

Le lendemain, samedi, 3/4 Peace (Ben Sluijs, Christian Mendoza et Brice Soniano) isole le Château du Karreveld dans une bulle magique. On ne le répétera jamais assez, mais Ben Sluijs est une des très grande voix du sax alto. Toujours en recherche d'absolu et de sensibilité. Année après année, il développe un style unique. Tout en douceur, quiétude, retenue, sensibilité, et créativité. Avec «Glow», la musique est à fleur de peau. Puis, avec «Miles Behind», elle semble sortir lentement de la brume, doucement, sur un tempo qui s'accélère subtilement et se dessine sous les doigts de Christian Mendoza (quel toucher, mes amis, quel toucher !). Le pianiste égraine les notes avec parcimonie, répond en contrepoints à la contrebasse, puis prend des libertés dans un swing ultra délicat et d'une limpidité absolue. Brice Soniano (qui vient de publier un magnifique album en trio – Shades Of Blue – dont les concerts sont prévus en septembre... 2016 !!! Soyez patients…) accroche les mélodies avec une finesse incroyable et un sens unique du timing et du silence. Quant à Ben Sluijs, il survole et plane au dessus de cette musique d'une finesse et d'une transparence (dans le sens de luminosité, de brillance, de clarté et de légèreté) inouïe. Ce trio est unique ! Alors, il y a «Still», magnifique de retenue, puis «Constructive Criticism», morceau plus abstrait, découpé avec une intelligence rare, qui joue les tensions, les éclatements et qui trouve une résolution inattendue. 3/4 Peace parvient aussi à faire briller cette faible lueur d'espoir cachée au fond de la musique sombre et tourmentée qu’est «Éternité de l'enfant Jésus» de Messiaen. Puis il évoque Satie avec «Cycling» et enfin se donne de l’air avec un plus enlevé «Hope».

Grand moment. Très grand moment de musique !

blue flamingo,vincent ghibert,vincent ghilbert,muse boosting,raf debacker,cedric raymond,thomas grimmonprez,igor gehenot,laurent barbier,steven delannoye,fabio zamagni,jean-paul estievenart,guillaume vierset,felix zurstrassen,ben sluijs,brice soniano,christian mendoza,stephane mercier,casimir liberski,hendrik vanattenhoven,matthias de waele,jean-francois prins

L’ambiance est nettement plus swinguante ensuite, avec le quartette du saxophoniste Stéphane Mercier, soutenu par une rythmique solide (Matthias De Waele (dm) et Hendrik Vanattenhoven (cb) ), mais aussi et surtout par l'excellent Casimir Liberski (p). Ce jeune «chien fou» est toujours prêt à casser les règles, à élargir le spectre musical. Sur «Ma Elle», par exemple, ou sur «Jazz Studio», ses interventions sont furieuses et éblouissantes, presque au bord de la rupture. Il faut un solide Hendrik Vanattenhoven pour canaliser sa fougue. Et c’est magnifique d’assister à ce combat entre le feu et l’eau. Stéphane Mercier peut alors doser, comme il le veut, sa musique. Elle est solaire, énergique et pleine d'optimisme (à son image, en quelque sorte) avec «Team Spirit », puis dansante avec «Juanchito» et fianlement lyrique avec le très beau «Samsara». Avant d’accueillir, en guest, Jean-François Prins (eg) - que l’on ne voit peut-être pas assez en Belgique - pour un ou deux standards, Mercier nous offre encore «La Bohème» dans un esprit qui rappelle un peu Barney Willen, tout en langueur et détachement. Et c’est bon.

Voilà une bien belle façon d’achever cette merveilleuse édition du Blue Flamingo.

 

 

A+

 

 

13/09/2013

Belgian Jazz Meeting 2013

 

Après Bruges, il y a deux ans, c’est à Liège que se déroulait le deuxième Belgian Jazz Meeting. Le principe est inchangé. Douze groupes - ou solistes - sélectionnés par des journalistes et des programmateurs belges sont invités à se présenter devant des journalistes et des programmateurs du monde entier.

Un set d’une demi-heure pour convaincre - pas facile, mais c’est le jeu - des speed-meetings (face-to-face entre artistes et invités), des rencontres informelles après ou entre les mini–concerts, voilà le programme. De quoi se faire remarquer et de tenter de décrocher quelques chroniques et articles par ici, des concerts par là ou tournées hors de nos frontières.

A la Caserne Fonck, où francophones et néerlandophones (*) ont uni leurs efforts (vous ne pouvez pas savoir comme ça fait du bien !), l’accueil est des plus sympathiques, bien sûr, et l’organisation parfaite.

N’ayant pas l’occasion de m’y rendre le vendredi soir (le meeting se déroule sur trois jours), j’apprends le lendemain que certains groupes se sont joliment fait remarquer. Le trio de Jean-Paul Estiévenart en particulier (dont le très bon album Wanted - neo hard bop, vif et nerveux - sort sous peu chez De Werf) a marqué des points, Mélanie De Biasio n’a laissé personne indifférent - soit on adore, soit on déteste - et Mâäk, en version tout acoustique, déjanté et festif, a clôturé en beauté.

belgian jazz meeting,lionel beuvens,alexi tuomarila,brice soniano,kalevi louhivuori,joachim badenhorst,kris defoort,nic thys,lander gyselinck,ben sluijs,christian mendoza,nathan daems,marco bardoscia,igor gehenot,sam gerstmans,teun verbruggen,kristof roseeuw,peter vandenberghe

Samedi soir, c’est Lionel Beuvens (dm) qui présente son album (Trinité chez Igloo) devant une salle bien remplie. Lentement, en toute intimité, le groupe installe un climat plutôt «nordique» distillé par le jeu très épuré du trompettiste finlandais Kalevi Louhivuori. Tout se réchauffe et s’anime dès le second morceau qui laisse entendre de magnifiques improvisations du pianiste Alexi Tuomarila au toucher aérien, lumineux et nerveux. Les compositions de Lionel Beuvens ont quelque chose d’enivrant. «Seven», qui clôt ce court set, par exemple, est construit sur une spirale ascendante et terriblement excitante…

Joachim Badenhorst se présente en solo, armé de ses seuls soprano, ténor et clarinette basse. Adepte du jazz avant-gardiste et de l’improvisation libre, Badenhorst n’y va pas par quatre chemins. Clair, précis et direct, il démontre que le difficile exercice en solo – sur une musique pas facile, qui plus est – peut-être très accrocheuse. Badenhorst travaille la texture, le son et la matière. Il roule les harmonies comme on roule les «r». Il va chercher les sons les plus graves, étire quelques notes pointues… En quatre morceaux, il présente l’essentiel de son discours, réfléchi, travaillé, préparé. Et l’on se dit qu’il a encore beaucoup de choses passionnantes à raconter (la preuve avec son prochain disque en septette).

belgian jazz meeting,lionel beuvens,alexi tuomarila,brice soniano,kalevi louhivuori,joachim badenhorst,kris defoort,nic thys,lander gyselinck,ben sluijs,christian mendoza,nathan daems,marco bardoscia,igor gehenot,sam gerstmans,teun verbruggen,kristof roseeuw,peter vandenberghe

Avant la première pause de la soirée, c’est le trio de Kris Defoort qui monte sur scène.

Fraîcheur, ingéniosité harmonique et rythmique, un pied dans la tradition, un autre dans le présent (peut-être même en avance sur son temps), le trio emballe le set de façon unique et jubilatoire. La complicité est réelle entre Nic Thys (eb), Lander Gyselinck (dm) et le pianiste. Je ne redirai pas tout le bien que je pense de ce trio, allez relire le compte-rendu du dernier Leffe Jazz Nights. La qualité des compos («Le lendemain du lendemain» ou «Diepblauwe Sehnsucht») n’a d’égale que la fluidité du propos (la version de «Walking On The Moon» est toujours un régal). Un vrai grand trio qui joue, invente et réinvente. On en redemande… mais le timing, c’est le timing.

Après une courte pause, on retrouve sur scène 3/4 Peace de Ben Sluijs (as,fl), Brice Soniano (cb) et Christian Mendoza (p). Douceur et délicatesse. Le trio, resserré autour du piano, joue tout acoustique. L’ambiance est feutrée et fragile. La musique, d’une grande subtilité, voyage entre les trois hommes. Chacune de leurs interventions est dosée avec finesse et intelligence. Tout est dans l’évocation, dans la subtilité. Parfois la tentation d’un free jazz suggéré et maîtrisé affleure, histoire d’ouvrir d’autres perspectives et de mettre encore plus l’eau à la bouche. La belle intro de Ben Sluijs à la flûte, les interventions très musicales de Brice Soniano à la contrebasse et les envolées de Christian Mendoza au piano sont en tout point exemplaires. Un véritable délice.

belgian jazz meeting,lionel beuvens,alexi tuomarila,brice soniano,kalevi louhivuori,joachim badenhorst,kris defoort,nic thys,lander gyselinck,ben sluijs,christian mendoza,nathan daems,marco bardoscia,igor gehenot,sam gerstmans,teun verbruggen,kristof roseeuw,peter vandenberghe

Pour terminer le tour d’horizon de la journée, Nathan Daems (ts), Marco Bardoscia (cb) et à nouveau Lander Gyselinck (dm) proposent, avec Ragini Trio, un jazz basé essentiellement sur des traditionnels indiens qu’ils modèlent à leur manière. Quand on sait que les références des musiciens passent de Paolo Fresu à Ernst Reijseger ou de John Zorn à la musique des Balkans, on imagine très bien avec quelle ouverture d’esprit ils vont revisiter ces thèmes parfois ancestraux. La Shruti Box lancée, la musique ondule et évolue rapidement sur des rythmes et des groove lancinants. Bardoscia reprend pour lui, à la contrebasse, le principe des onomatopées et des ragas. Lander assure une polyrythmie efficace et Nathan fait chanter son saxophone sur des intonations épicées. Une façon originale d’intégrer le jazz à la musique indienne. A moins que ce ne soit l’inverse…

Après une courte nuit, tout le monde est de retour à la Caserne Fonck le dimanche matin sur les coups de onze heures.

Derrière le piano, Igor Gehenot commence en douceur, dans un esprit très ECM, en distillant avec parcimonie les notes rares. Puis la musique se fait plus précise et plus vive. Sam Gerstmans (cb) et Teun Verbruggen (dm) donnent l’impulsion sur un «Lena» assez enlevé. On décèle chez Gehenot le romantisme parfois torturé d’un Brad Mehldau mêlé à des accents légèrement plus funky ou soul. On sent que le trio prend de la consistance et façonne petit à petit sa personnalité. Et puis, on aime ce mélange de douceur (dans le phraser d’Igor) et d’acidité (dans le jeu sec de Teun).

belgian jazz meeting,lionel beuvens,alexi tuomarila,brice soniano,kalevi louhivuori,joachim badenhorst,kris defoort,nic thys,lander gyselinck,ben sluijs,christian mendoza,nathan daems,marco bardoscia,igor gehenot,sam gerstmans,teun verbruggen,kristof roseeuw,peter vandenberghe

On retrouve de nouveau Teun Verbruggen avec le dernier groupe qui ferme le ban : Too Noisy Fish. J’avais eu l’occasion de les voir en début d’année à Flagey lors d’un surprenant concert. Et force est de constater que le groupe a encore évolué. Le voici encore plus sûr de lui et de son humour décalé. Les trois dissidents du Flat Earth Society (Peter Vandenberghe au piano et Kristof Roseeuw à la contrebasse) s’amusent à mélanger les genres. On sent l’influence de Zappa, de Monk ou de Charlie Parker, mais aussi d’un rock très contemporain ou d’un folklore populaire assumé. On saute d’un tempo à l’autre sans crier gare. Le timing est d’une précision diabolique et les idées fusent. Peter Vandenberghe plaque les accords, puis enchaîne de brèves mélodie avant de suspendre le temps et de jouer avec les silences. Le drumming éclaté de Teun se confond aux glissando de la contrebasse de Kristof. En une demi-heure, Too Noisy Fish nous a offert un concentré de jazz intelligent, joyeux et innovant... A suivre...

Voilà un joli panorama, fidèle – mais restreint bien entendu – du jazz belge : cette scène éclectique aux milles influences qui en fait toute sa singularité.

Il ne reste plus qu’à espérer que les programmateurs étrangers seront bien inspirés de l’exporter un peu partout en Europe.

On fera le bilan dans deux ans, lors du prochain Belgian Jazz Meeting qui se tiendra à nouveau à Bruges.

A+


* Museact (Gaume Jazz Festival, Jazz 04/Les Chiroux, Jazz Station, Maison du Jazz/Jazz à Liège, Les Lundis d'Hortense, Collectif du Lion, Sowarex/Igloo, Ecoutez-Voir), Brosella, Jazz Brugge, Wallonie-Bruxelles Musiques et Flanders Music Centre. La Federation Wallonie-Bruxelles et De Vlaamse Gemeenschap, les villes de Liège et de Bruges.

 

 

 

12/02/2012

3/4 Peace au Sounds


3/4 Peace (lire Three for Peace), est l’une des nouvelles formations de Ben Sluijs, avec Christian Mendoza au piano et Brice Soniano à la contrebasse. Les trois hommes se connaissent bien puisqu’ils jouent ensemble depuis quelques années déjà au sein du groupe de Christian Mendoza (avec Joachim Badenhorst, et Teun Verbruggen), dont l’album “Arbr’en Ciel” vaut le détour,… d’ailleurs il faudrait que je vous en parle un jour.

Mais ce 20 janvier au Sounds, c’est Daniele Esposito qui remplace au pied levé le contrebassiste français, souffrant. Une tâche pas facile qu’il assumera cependant brillamment.

Haaa, comme c’est malin un concert comme celui-là.

Ben Sluijs n’a décidément pas son pareil pour nous prendre par les sentiments, nous mettre en confiance et puis, finalement, nous embobiner dans les méandres complexes d’une musique à laquelle on ne soupçonnait pas aussi facilement adhérer. Une musique qui, si elle n’est peut-être pas excessivement complexe est, en tous cas, très élaborée et riche en rebondissements.

ben sluijs, sounds, christian mendoza, brice soniano, daniele esposito

On remonte d’abord quelques années en arrière, avec "Unlike You" dans lequel on retrouve toute la sensibilité et le lyrisme que Ben Sluijs distillait dans ses premiers projets (comme sur “Candy Century”, par exemple, l’un de ses premiers albums – un bijou, soit dit en passant !)

Il y a de la délicatesse, de la tendresse, de la poésie. De la vraie poésie. Celle qui touche, celle qui stimule ce fil obscur, impalpable et indéfinissable reliant le cœur au cerveau. Le son de Ben Sluijs est reconnaissable entre mille, remplit d’une sensualité exempte de toute fioriture. Sluijs va droit à l’essentiel, trouvant toujours le mot juste, l’inflexion parfaite.

Le souffle se mélange aux notes subtiles du piano et de la contrebasse. Et si la formule sax, piano, contrebasse a déjà été éprouvée ailleurs (on pense à Giuffre, Bley, Swallow, bien sûr), on est loin de l’imitation car ce trio est marqué de la personnalité du saxophoniste. Une personnalité qui influence sans doute un peu le jeu de Mendoza. Lequel influence, à son tour celui de Sluijs. Tout est ricochet, écho, progression, évolution, mutation perpétuelle … Tout en douceur. Un véritable travail d’écoute.

ben sluijs, sounds, christian mendoza, brice soniano, daniele esposito

Le public est très attentif à ce lyrisme qui pénètre doucement, tout doucement, au plus profond de l’âme. Et s’il est aussi attentif, c’est que la manière de raconter l’histoire et de la faire évoluer est toujours surprenante. Le trio joue sur le fil du rasoir, entre légèreté et noirceur avec intelligence.

Sur "From Distance", la main droite de Mendoza martèle, seule, le clavier, sèchement, dénuée de douceur, tranchante comme un scalpel. Mais le pianiste fait aussi preuve de finesse de langage et joue à l’équilibriste sur "November Snow", par exemple. Il est toujours prêt à aller plus loin, au risque de tomber. Mais il est toujours assez malin pour trouver la parade.

ben sluijs, sounds, christian mendoza, brice soniano, daniele esposito

Si “Embracable You” vous arrache une larme, “Jesus Maria” (de Carla Bley) ou “Glow” vous font tourner la tête. De la bel ouvrage. Alors, pour conclure, le trio revisite “Ask Me Know” de Monk, avec Ben à la flûte, et puis se lâche complètement sur “Esda” (de Manolo Cabras).

Un album est prévu pour fin avril 2012, chez El Negocito Records et… sans doute en vinyle! (Une raison supplémentaire de remettre définitivement ma platine en état!)

 

A+

 

17/09/2011

Belgian Jazz Meeting - De Werf, Brugge

Bruges, De Werf, vendredi 2 septembre, 20 heures.

C'est le Belgian Jazz Meeting.

Pas facile d’ouvrir ce genre de concerts. Une grosse demi-heure, à tout casser, pour démontrer à un public de professionnels (organisateurs, journalistes, agents et autres producteurs venus des quatre coins de l’Europe et même des States) de quoi on est capable.

Alors, c’est Rackham qui s’y colle.

Toine Thys (ts, bc) réactive son projet jazz, rock, ethno-pop, folk (appelez ça comme vous voulez) et présente son nouvel album (et son nouveau line-up). Benjamin Clément (eg) fait toujours partie de la bande, mais avec l’arrivée d’Eric Bribosia (Keyb), Steven Cassiers (dm) et Dries Lahaye (eb) – remplacé ce soir par Axel Gilain – le groupe délaisse un peu le côté agressif pour n’en garder que l’énergie. On se balade entre jazz et pop gentille dans laquelle on retrouve des atmosphères western à la Ennio Morricone. Les interventions (intentionnellement ringardes ?) de Bribosia au Wurlitzer déstabilisent un peu tandis que celles de Benjamin Clément étonnent. A revoir début décembre à Flagey, CC Amay et Gand pour la sortie de l’album «Shoot Them All».

de werf, belgian jazz meeting, rackham, toine thys, benjamin clement,

Plus à l’aise et excessivement bien rodé, «Voices» de Nicolas Kummert fait un tabac. La fusion entre rythmes africains, jazz et chanson est parfaite. Au risque de me répéter, «Voices» est sans doute l’un des plus beaux projets actuels. Ce soir, et comme souvent, Alexi Tuomarila (p) fut magistral.  Ses envolées, à la fois lyriques et rythmiques, font étinceler des mélodies ciselées. Hervé Samb (eg) injecte des effets subtils et groovy avec une justesse incroyable. Soutenu par une rythmique d’enfer (Nic Thys (b) et Lionel Beuvens (dm), éblouissants), Nicolas Kummert «n’a plus qu’à» chanter, souffler et faire chanter la salle. Magique.

Changement de style, ensuite, avec le duo Jereon Van Herzeele (ts) et Fabian Fiorini (p), qui remplaçait le batteur prévu initialement et malheureusement malade, Giovanni Barcella. Mais les deux musiciens se connaissent bien et il ne faut pas longtemps pour qu’ils mettent le feu avec une musique très improvisée, inspirée autant par Coltrane que Ayler. Jereon plonge le sax dans le piano que Fabian fait gronder comme jamais. Explosif et puissant.

Pour continuer dans le même esprit, c’est le trio de Manu Hermia qui monte sur scène et nous emmène en voyage. Et c’est Manolo Cabras (cb) et Joao Lobo (dm) qui nous mettent sur la voie avec une longue intro hypnotisante. Tantôt à la flûte, tantôt au ténor ou au soprano, Manu Hermia transcende les thèmes. L’interaction entre les trois musiciens est lumineuse. Ils peuvent ainsi laisser s'exprimer toutes leurs idées. Et personne ne s’en prive. Fureur, retenue, transe et plénitude, tout s’enchaîne avec une indéniable maîtrise. (Un p’tit rappel ?).

C’est le quintette du pianiste Christian Mendoza qui conclut cette première et roborative soirée. La musique est plus écrite, sans doute, et un peu plus complexe aussi. Ce qui n’empêche pas de laisser aux souffleurs, Ben Sluijs (as et fl) et Joachim Badenhorst (cl), de beaux espaces de liberté. Ici, les thèmes prennent le temps de se développer, d’emprunter des chemins sinueux et de s’enrober d’ambiances étranges. Une musique qui demande de l’attention pour en saisir toutes les nuances. Mendoza mélange les couleurs, ravivées par le drumming nerveux de Teun Verbruggen et laisse parler ses acolytes, les relance, les invite sur d’autres pistes. Un véritable esprit de groupe où tout doit être à sa place pour que ça fonctionne. Et ça fonctionne !

Samedi, sur les coups de 20h., on remet ça avec le trio de Pascal Mohy, avec Sal La Rocca (cb) et Antoine Pierre (dm). On connaît le toucher délicat  et romantique du pianiste, mais on se surprend lorsqu’il se réapproprie «Hallucination» de Bud Powell de fougueuse manière !  Et ça lui va tellement bien. Mohy continue son travail en profondeur sur «l’art du trio», façon Bill Evans, et peaufine son univers impressionniste. En laissant un peu de côté sa timidité, Mohy peut encore faire évoluer ce trio et en faire un groupe phare dans son genre. (Avez-vous déjà écouté le dernier album de Bill Carrothers au Village Vanguard, avec Nic Thys et Dré Pallemaerts? Ça pourrait être une bonne piste).

de werf, belgian jazz meeting, rackham, toine thys, benjamin clement,

Pas timide pour un sou, lui, aussi déluré dans son attitude que dans sa musique, Fulco Ottervanger décloisonne les genres avec ses Beren Gieren. Influencé par la musique contemporaine, le rock ou les valses désuètes, le set est incisif et nerveux. Le groupe joue avec les rythmes, les casse, les éparpille, les recolle. C’est parfois tellement éclaté qu’on a du mal à s’y retrouver. Mais de Beren Gieren parvient à capter l’attention. Fulco est très percussif et s’amuse avec les contrastes puissants et ni Lieven Van Pee (b), ni Simon Segers (dm) ne calment le jeu. Encore un peu flou dans les intentions mais diablement prometteur.

Et puis c’est Joachim Badenhorst qui relève le défi d’un solo à la clarinette basse, ténor ou clarinette. Malheureusement, je n’en verrai qu’une partie. Pas facile, dès lors, de plonger en plein milieu de cette musique exigeante et sans concession. Badenhorst, travaille sur le souffle et la respiration. Le cheminement est complexe mais devient vite obsédant et passionnant. La technique au service de l’inspiration. Badenhorst ne laisse personne indifférent. La performance est impressionnante.

de werf, belgian jazz meeting, rackham, toine thys, benjamin clement,

Au tour de Collapse de montrer de quoi il est capable. Ça démarre en trombe avec ce jazz franc inspiré d’Ornette Coleman. Ça trace. Entre Cedric Favresse (as) et Jean-Paul Estiévenart (tp) les échanges sont éclatants. L’un fait crisser son instrument tandis que l’autre le fait chanter avec un sens du placement et de la tonalité impressionnants. On regrettera peut-être, dans ce contexte particulier de «meeting», la série de solos de la part de chacun des musiciens, qui aura tendance à faire légèrement chuter la tension. Collapse en a sous le pied, on a hâte d’entendre la suite.

Hamster Axis Of The One-Click Panther, est aussi remarquable par son nom que par sa musique. Pas facile à cataloguer, les anversois ne se mettent aucune barrière. Emmené par le remuant et expressif batteur Frederik Meulyser, Hamster (faisons court) oscille entre post-bop et échappées free. Sans se prendre trop au sérieux, le groupe affiche une solide technique et permet à Bram Weijters (p), Andrew Claes (st) ou Lander van der Noordgate (ts) d’exprimer une multitude de sensations. Signalons aussi superbe prestation de Yannick Peeters (excellente aussi avec Collapse), qui tenait la contrebasse en remplacement in-extrémis de Janos Bruneel

On prend un verre, en s’abritant de l’orage, sous les tentes dressées dans la rue du Werf. On rencontre d’autres journalistes, des organisateurs, on s’échange des adresses. On discute avec les musiciens. On se félicite de cette entente entre wallon, flamands, bruxellois. On rit (jaune) de la situation politique de notre pays… mais comme disait Roger De Knijf, présentateur de l’événement : «Here, we don’t speak flemish, we don’t speak french, we only speak jazz».  Et on se donne rendez-vous pour le final, dimanche midi avec Rêve d’Eléphant Orchestra et le dernier projet de Tuur Florizoone: Mixtuur.

de werf, belgian jazz meeting, rackham, toine thys, benjamin clement,

Rêve d’Eléphant Orchestra, au grand complet, avec ses trois batteurs/percussionnistes (Michel Debrulle, Stephan Pougin et Etienne Plumer), et son sens de la dérision et du surréalisme nous gratifient d’un show exceptionnel. La grande classe internationale. Les musiciens se promènent avec une aisance inouïe dans cette musique tellement personnelle qu’on ne lui trouve pas de référence. Une musique jubilatoire, festive, déjantée. L’écriture est ciselée, chaque musicien apporte une pièce indispensable à l’ensemble. Benoist Eil (g), Alain Vankenhove (tp) ou Pierre Bernard (fl) interviennent par touches, avec un sens inné du collectif. Michel Massot, toujours aussi époustouflant, passe du trombone au tuba avec autant de bonheur. Un orchestre de rêve ! (Pour… mémoire )

de werf, belgian jazz meeting, rackham, toine thys, benjamin clement,

On termine en faisant la fête avec Mixtuur! Mixtuur, parce que Tuur Florizone, bien sûr, mais aussi parce qu’il s’agit d’un projet qui met en lumière ces enfants congolais nés du mélange belgo-zaïrois qui n’a pas laissé que de bons souvenirs dans les années soixante. Alors sur scène, on retrouve quatre choristes africaines, un joueur de balafon (Aly Keita), des percussionnistes (Chris Joris et Wendlavim Zabsonre), mais aussi Laurent Blondiau (tp) et Michel Massot (tuba)… sans oublier Marine Horbaczewski (cello) et bien sûr, Tuur à l’accordéon. Et, de cette mixture sort une musique parfaitement équilibrée, qui mélange les cultures musicales (africaines, européennes, classique, chanson, jazz ) sans jamais plonger dans un extrême.

Quoi de plus beau comme symbole pour conclure ce Belgian Jazz Meeting ?

A+

09/08/2010

Gent Jazz Festival

Mais oui, bien sûr, j’étais au Gent Jazz Festival.

Et vous pourrez bientôt lire le détail sur Citizen Jazz.

En attendant, voici quelques images. Et quelques mots quand même.

P1110566.JPG
D’abord, il y a eu «Monsieur» Ornette Coleman, le jeudi soir.

Voilà ce qu’on appelle une légende vivante!

Avec aisance, avec nonchalance presque, il arrive sur scène, il ne doit rien dire, rien faire…. Juste être là.

Derrière lui, une rythmique d’enfer, qui redouble d’énergie. Lui, Ornette, avec des gestes presque lents, s’empare de son saxophone, puis de sa trompette et enfin de son violon. Tranquille. Tranquille et puissant. Magique.

Avant lui, il y a eu Kurt Elling, brillant et magnétique. Il renouvelle à chaque fois l’esprit du jazz vocal.  Il est suivi par le trio de Pierre Vaiana (avec Salvatore Bonafade et Manolo Cabras) pour évoquer un voyage sur les routes de Sicile. Moment hors du temps.

Le lendemain, l’excellent et très prometteur quintette de Christian Mendoza (avec Ben Sluijs et Joachim Badenhorst aux saxes, Teun Verbruggen aux drums et Brice Soniano à la contrebasse). Assez cérébral mais ô combien excitant.

P1110574.JPG
Puis, il y a eu le trio de Vijay Iyer. Intense, moderne, intelligent.
P1110622.JPG
Et finalement le Freedom Band de Chick Corea, avec Christian McBride, Kenny Garrett et Roy Haynes… Concert formidable, mais surtout, une jam d’enfer en rappel! Moment inoubliable pour tous ceux qui y étaient. Et pour les musiciens qui y participaient. En coulisses, Vijay Ijjer, attablé aux côtés de Roy Haynes, me dira que c’était «sans doute les vingt minutes les plus folles de [sa] vie». Le rappel dura, en effet, plus de trente minutes sur un «Sex Machine» venu d’on ne sait où. Sur scène on y retrouva les membres du groupe de Chick, plus ceux de celui de Vijay Iyer, plus la plupart des membres du groupe de Stanley Clarke qui joueront le lendemain.
P1110645.JPG
Le lendemain, justement, découverte du jeune guitariste Julian Lage. Beau moment de fraîcheur.
P1110653.JPG

Puis, ce fut le puissant set de Stanley Clarke, surtout enflammé au piano par Hiromi au  tempérament explosif!

 

P1110657.JPG

 

Et un final tendre, mélancolique, voire triste, de Toots Thielemans dans un chapiteau archi comble. Avec lui, ce sera entre jazz et bossa, entre un sourire et une larme. Emouvant.


Allez, on se remet une petite dose de la jam du Freedom Band?



A+

 

27/03/2010

Bender Banjax au Roskam

J’avais déjà vu Bender Banjax à Dinant l’été dernier. Le jeune groupe était invité par le festival mosan car il avait remporté, l’année précédente, la compétition organisée simultanément par les deux festivals (Gent Jazz Festival et Dinant Jazz Nights) : Jeunes Talents du Jazz. À l’époque du concours (en 2008), Erik Bogaerts (ts) et Christian Mendoza (p) étaient accompagnés (si mes souvenirs sont bons) par Yannick Peeters (cb) et Lionel Beuvens (dm). Depuis, c’est Axel Gilain qui a pris la contrebasse et Stijn Cools, les baguettes.

Ce dimanche 14 mars au soir, ils étaient au Roskam.

 bendr002

Pas de piano pour Mendoza, mais un Fender Rhodes. Cela change un peu le son du groupe sans, cependant, en altérer la personnalité ni l’esprit.

Bender Banjax propose un mélange de groove soutenus, d’exploration d’espaces et d’improvisations tendues. La musique, souvent enflammée, est toujours en mouvement et l’énergie, subtilement canalisée, circule avec fluidité.

Au Rhodes, donc, Mendoza lorgne sans doute un peu du côté d’Hancock. Ses interventions sont souvent harmonieuses et pleines d’inventions. Il évite toujours les routes trop évidentes et ouvre souvent des portes qui permettent aux autres musiciens de rebondir sur de nouvelles idées. Un ostinato évolutif et bouillonnant qui conduit à un dénouement explosif ; des intonations plus «soul» qui font pencher le groupe, le temps d’un morceau, dans un esprit «blaxploitation» ; des instants plus «lyriques» qui rappellent un parfum de Milonga… le jeu de Mendoza est assez étendu et toujours jubilatoire.

Le drumming de Stjn Cools est soutenu et déterminé. Souple, précis et toujours groovy. Cela permet certainement aux solistes de s’évader plus facilement. Et Erik Bogaert ne s’en prive pas. Son jeu est parfois dru et incandescent, mais il garde le sens de la narration. Et puis, ce soir, Bender Banjax a invité Nicolas Kummert (ts), histoire d’ajouter un supplément d’épice à leur musique déjà bien relevée. Avec son style particulier, mélangeant chants, cris, succions et souffle, celui-ci trouve sa place sans aucune difficulté.

Bien sûr, il ne faut pas oublier Axel Gilain, fougueux sur les cordes de sa contrebasse. Il les tire pour les faire claquer, les caresse pour les faire chanter. Son jeu est foisonnant et touffu.  Il s’immisce partout, relance, pousse, excite ou calme les ardeurs. Sa présence est indispensable.

 bender001

Bender Banjax est très convaincant, solide et soudé. On sent la connivence entre cette bande de copains et leur volonté d’exprimer un jazz moderne, frais et accessible, qui laisse beaucoup de place à l’improvisation. Et quand tout cela est aussi inspiré et intelligemment agencé, on peut s’attendre encore à de futurs bons moments. À tenir à l’œil et à l’oreille... bien entendu.

 

A+

 

17/08/2009

Jeunes Talents aux Dinant Jazz Nights 2009

Notre jeune jazz belge se porte bien.
Certes, il mériterait d’être encore plus soutenu, encore plus mis en avant, encore plus entendu… comme tout le jazz en général d’ailleurs.

Notre jeune jazz belge va bien, donc.
La preuve? Allez voir du côte du concours Tremplin Jazz d’Avignon.

Sur la plus haute marche du podium, on retrouve souvent des groupes belges et des musiciens qui roulent leur bosse en Belgique.
Alexi Tuomarila en 2001 (il est finlandais, mais Teun Verbruggen, Nicolas Kummert et Chris Devisscher sont belges), Pascal Schumacher en 2004 (ok, il est luxembourgeois, mais Jef Neve, Chris et Teun sont belges) Saxkartel en 2006 (là, ils sont tous belges), l’année dernière c’était Alexandra Grimal (bon, là, je tire un peu… mais Manolo Carbras vit en Belgique et Di Domenico et Lobo y sont presque résidents permanents)  et cette année, le c’est le groupe de Christian Mendoza (avec Teun Verbreuggen, Brice Soniano, Ben Sluijs et Joachim Bandenhorst) !

Voilà un petit extrait (sublime) de Mendoza, Sluijs et Vercampt (ce n’est pas le groupe qui s’est présenté à Avignon, mais ça donne une idée, non ?)



Notre jeune jazz belge se porte bien et il est prometteur.
Les concours (Jazz Marathon, Gent Jazz et Dinant jazz Nights) en sont les autres preuves.

Cette année, j’étais à nouveau dans le jury des « jeunes talents » à Dinant.

Hamster Axis Of The One Click Panther, (photo)le groupe qui avait gagné l’année dernière ouvrait le festival DJN 2009 et confirma le bon choix qu’avait fait le jury l’année dernière. Bender Banjax (avec Christian Mendoza, tiens, tiens…), vainqueur du concours jeunes talents au Gent jazz en 2008, était également de passage à Dinant cette année.
Et comme on dit: «Ça jouait !»
001

Mi-juillet, après une présélection parmi plus de 15 candidats, 5 groupes se sont présentés au concours 2009 à Dinant.

Mr Pringel’s and the Bouyaka Horns, développe un jazz funky, groovy et dansant de très belle facture. Des cuivres brillants, un son parfois un peu chicagoan, parfois un peu brass band… Une belle présence.
J’attendais beaucoup du Winchovski Trio. Malheureusement, le groupe est passé un peu à côté. Ça manquait un peu de cohésion. Il faut pourtant souligner des compos originales et assez recherchées, entre jazz de chambre feutré et stylé, et éclats swinguant et lumineux. Lucien Fraipont est assurément un jeune guitariste à suivre.
The Green Dolphin’s Quartet emmené ici aussi par un très bon guitariste, Guillaume Vierset, renouait avec la tradition, sans cependant soulever trop d’enthousiasme.

La victoire allait donc se jouer entre l’excellentissime nonet Brussels Vocal Project et le non moins excitant groupe anversois Electric Quartet.
Deux formations aux horizons bien différents.
L’un reprenant a cappella des titres d’Aka Moon, Fabian Fiorini ou encore Pierre Van Dormael et l’autre optant pour un jazz électrique rappelant le Miles des années ’70 ou Erik Truffaz.
004

La qualité des voix, la mise en place, l’audace et l’originalité du Brussels Vocal Project face à la solidité, l’énergie et l’efficacité de l’Electric Quartet.
Chacun d’eux mélangeant avec intelligence tradition et modernité.
Choix difficile et longues discussions entre les membres du jury.

Alors, j’ai pensé qu’il serait sympathique de demander à ces différents jurés (certains étant assez occupés ou en vacances, je n’ai pas tout reçu) de me donner leurs impressions … en version originale (nous en sommes en Belgique mais vous voulez une traduction, demandez-la moi).

Je les en remercie du fond du cœur.

Peter Anthonissen (Hnita Hoeve Jazz Club ):
"Een zeer goed idee van Dinant Jazz Nights om de jonge groepen die deelnamen aan het concours tussen de acts op het hoofdpodium te programmeren. Dat verzekerde hen meteen van de aandacht die zij verdienden. Even lovenswaardig was de idee om de jury samen te stellen uit Frans-, Nederlands- én Duitstaligen. In de jazzwereld is er sowieso contact tussen de verschillende gemeenschappen van ons land, maar dergelijke initiatieven zijn belangrijk om ons blijvend te verweren tegen oprukkende cultuurpolitieke ideologieën die graag andere signalen uitzenden.

De groepen die in het kader van de wedstrijd aantraden, hadden sowieso al gewonnen. Ze werden immers geselecteerd uit een vijftiental groepen die zich hadden aangediend. Op de eerste dag van de wedstrijd speelden achtereenvolgens Mr. Pringle’s and the Bouyaka Horns, het Winchovski Trio en het Green Dolphin’s Quartet. Ensembles met kwaliteit, zeer zeker, maar in Dinant slaagden ze er mijns inziens niet altijd in die kwaliteit een hele set vast te houden.

De tweede dag kon mij meer overtuigen. Het Brussels Vocal Project stak zijn nek uit door composities van onder meer Aka Moon en Fabian Fiorini te brengen, bewerkt voor negen a capella stemmen. Het geheel miste soms cohesie, maar het Brussels Vocal Project is een aantrekkelijk project met vast en zeker groeimogelijkheden. Met het Electric Quartet uit het Antwerpse bekroonden we als jury uiteindelijk de meest voldragen groep. Net als onder anderen een Wallace Roney en een Terence Blanchard de afgelopen jaren deden, inspireert dit ensemble zich op de vroege “Electric Miles”, maar met een aantal eigentijdse accenten. Opvallend hoe slagwerker Diederik van Remoortere erin slaagde om een voor dit soort muziek merkwaardige lichtheid te bewaren. Leider van het Electric Quartet is trompettist en bugelspeler Glenn Magerman, die ondanks zijn leeftijd op veel ervaring in diverse genres kan bogen. Zijn instrumentale beheersing maakt mee de kwaliteit van het Electric Quartet uit.
"



Georges Tonla Briquet (Brussel Deze Week & Jazzmozaïek):
"Voor de tweede editie van de wedstrijd Jong Jazztalent tijdens Dinant Jazz Nights  waren er veertien inzendingen. Ik maakte deel uit van de selectiejury. Wat meteen opviel was de presentatie van de ingezonden demo’s.

Deze varieerde van een simpele post-it tot een mooi samengesteld dossier.

Gelukkig waren er op muzikaal gebied heel wat aangename verrassingen zodat het uiteindelijk geen evidente opgave werd om slechts 5 groepen te weerhouden.
 
Tijdens de finale in Dinant werd duidelijk dat demo en live soms ver uit elkaar liggen. Dat uiteindelijk Electric Quartet als winnaar uit de bus kwam, had onder meer hiermee te maken. Hun set was samenhangend en gebald, met net genoeg variatie. Elke muzikant had genoeg kwaliteiten, zowel individueel als element van de groep. Ook de link tussen verleden en heden werd mooi uitgebouwd. Er zijn natuurlijk evidente referenties maar de groep bezit  genoeg potentieel om deze  in de nabije toekomst te overstijgen.

Verrassend was ook nog het vocale ensemble The Brussels Vocal Project.
Mr.Pringle's & The Bouyaka Horns, Winchovski Trio en The Green Dolphin’s Quartet had ik al voordien zien optreden en alle drie waren ze duidelijk in een minder goede dag hier in Dinant.

Aan goede jonge jazzgroepen in België is er duidelijk geen gebrek. Nu nog genoeg speelmogelijkheden natuurlijk."


002


Jean-Marie Hacquier (Jazz Hot & Président du jury):
"Le festival des Dinant Jazz Nights se tenait cette année à la Collégiale et dans les Jardins du Collège Notre-Dame de Bellevue du 16 au 20 juillet. Pour la deuxième année consécutive, ce fut l’occasion pour de jeunes musiciens de jazz (moins de trente ans) de présenter leur musique aux suffrages d’un jury de spécialistes. Des quinze formations candidates, le jury en avait retenu cinq qui s’affrontèrent en public le dimanche 19 et lundi 20 juillet: le Winchovski Trio, le Green Dolphin’s Quartet, l’Electric Quartet, le groupe Mister Pringel’s and The Bouyaka Horns et le nonet vocal The Brussels Vocal Project.

A l’issue du festival et à l’unanimité des voix, le jury désigna comme vainqueur le groupe Electric Quartet d’Anvers composé de Glenn Magerman (trompettiste, leader), Nick Puylaert (keyboards), Juan Manssens (basse électrique) et Diederik van Remoortere (batterie). Mention spéciale fut accordée au Brussels Vocal Project, arrivé second. Lors de la proclamation du prix, le jury a tenu à motiver son choix par ces mots : « Electric Quartet a été choisi à l’unanimité pour la cohésion du groupe, l’harmonie de l’ensemble, la valeur des solistes et leur approche des valeurs du jazz. Ils bâtissent un pont entre tradition et modernité ».

L’Electric Quartet jouera en lever de rideaux au Gent Jazz Festival et au Festival Dinant Jazz Nights en juillet 2010. D’ici-là, le groupe se voit offrir un minimum de quatre concerts en clubs, en Flandres, en Wallonie et à Bruxelles. Le premier concert aura lieu le 24 octobre 2009 à la Jazz Station de Saint-Josse-ten-Noode. D’autres concerts sont encore prévus au Hnita Jazz Club de Heist-op-den-Berg et au Brassages de Dongelberg."


003


Le jury pluri-culturel de journalistes et organisateurs était placé sous la présidence de Jean-Marie Hacquier du magazine Jazz Hot.
Georges Tonla-Briquet (Brussel Deze Week - Jazzmozaïek) assurait la vice-présidence.
Membres du jury : Peter Anthonissen (Hnita Hoeve Jazz Club), Bernard Lefèvre (Jazzmozaïek), Jacques Prouvost (Citizenjazz.com - Jazzques), Walter Eicher (B.R.F. Eupen), Jean-Pol Schroeder (Maison du Jazz de Liège).
Jean-Pierre Goffin (Groupe L’avenir) avait participé au jury de sélection.


À suivre, bientôt, quelques souvenirs fabuleux du Dinant Jazz Nights (Rava, Scofield, Lovano, Summer Residence, Bart Defoort, Galliano, Toots… et d’autres !).

A+