02/04/2018

L’Orchestre du Lion au 140

Le pari est un peu fou. Mais le Lion liégeois est un peu fou aussi, on le sait.

Suite à la parution du livre qui retraçait l’histoire du Collectif du Lion, dont je vous recommande vivement la lecture, Myriam Mollet a convaincu Michel Debrule et toute la bande (Rêve d’Elephant, Trio Grande, Babelouze, All Is Pretty et autres) de se réunir et de jouer tous ensemble.

C’est ainsi que L'Orchestre du Lion est né et a publié chez Igloo «Connexions Urbaines».

LION01.jpg

Ce mercredi 28 mars au 140, la troupe au grand complet (ils sont seize sur scène) présentait l’album avec enthousiasme. C’est d’ailleurs le très charismatique et très expressif chanteur Thierry Devillers qui nous accueille avec un «Agitprop», rock et électroacoustique, jubilatoire.

Si l’on écoute le disque, on est d’abord surpris par le son qui en émane, un son assez urbain justement, même si le titre de l’album fait plutôt référence au festival liégeois qui a programmé plus d’une fois nos lions. Ce son, à la fois chaleureusement acoustique et férocement électrique, L’Orchestre du Lion le restitue facilement sur scène grâce au savoir-faire précieux de l’indéfectible Christine Verschorren derrière la console.

Cela facilite le voyage de l’auditeur au travers de ces paysages différemment colorés.

«Kakouline», langoureux et mystérieux, s’excite sous la flûte folle de Pierre Bernard, la guimbarde guillerette de Laurent Dehors et les éclats du trombone rugissant et rauque de Michel Massot. Puis, l’Afrique s’invite sous les coups de la grosse caisse de Binche – hé oui ! – de Michel Debrulle en intro à un «Transmigrant» slammé par Adrien Sezuba. Il y a aussi «Reprend» déclamé puis scandé par François Laurent, et puis Gainsbourg qui vient faire une petite visite avec «Intoxicated Man» chanté avec intensité par Thierry Devillers, particulièrement en forme ce soir. Ce dernier prend aussi un malin plaisir à nous offrir, en duo avec David Hernandez, un «Can Your Bird Sing» sensible et plein de dérision. Voilà certainement un titre que l’on pourrait très bien entendre à la radio ! Tout comme - dans un style plus électro groovy déjanté - l’excellent «Trafic en galaxie» boosté par le drumming d’Etienne Plumer et les riffs incisifs de guitare de Nicolas Dechêne.

Hé oui, ça se balade dans tous les sens.

LION02.jpg

L’Orchestre du Lion est une sorte de grande famille où chacun des membres possède une personnalité forte, une particularité, un caractère affirmé. Une famille dans laquelle on rit, on s’amuse, où l’on débat et on discute. Ce sont des échanges entre les générations, entre les sages et les fous. Et les fous ne sont pas toujours ceux que l’ont croit.

Les trois percussionnistes (Michel Debrulle, Stephan Pougin et Etienne Plumer) ne se marchent pas sur les pieds et chacun vient en complément de l’autre. Tout comme les souffleurs (Jean-Paul Estiévenart (tp), Clément Dechambre (as), Adrien Lambinet (tb), Véronique Laurent (euphonium), Laurent Dehors (ts, clarinette), Véronique Delmelle (ts, violon) Michel Massot (tuba, tb, sousaphone) et Pierre Bernard (flûte) – je vous disais qu’il y avait du monde ! ) qui soulignent et donnent un relief particulier aux différents morceaux ou qui donnent de la profondeur à l’ensemble en jouant à l’unisson.

Ça bouge tout le temps, ça éclate de brèves fulgurances (Estiévenart sur «Mmm»), de brisures (la guitare rock très «harrisonienne» de Nicolas Dechêne sur «Here I Am») et de frénésie (Laurent Dehors sur «Anus Mundi», par exemple). Ça jazz, ça blues, ça folklore, ça danse, ça hip hop, ça valse. C’est à la fois festif et parfois rageur, parfois tendre, parfois sombre. Bref, ça vit.

Alors on se reprend avec plaisir un «Wind And Rain» en rappel en se disant que ce pari un peu fou est plutôt réussi et que L’Orchestre du Lion pourrait bien trouver sa place dans quelques festivals (jazz et autres) d’été… ou d’hiver, d'automne ou de printemps. Qu’on se le dise.

 

L'ORCHESTRE DU LION Teaser from Collectif du Lion on Vimeo.

 

A+

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

13/01/2016

Orchestra ViVo ! La Marlagne

Jeudi 10 décembre, je pousse une pointe à La Marlagne. L’Orchestra ViVo!, emmené par Garrett List, s’y est installé pour une résidence artistique de trois jours (et trois nuits). C’est l'occasion pour cet orchestre atypique de travailler un tout nouveau répertoire qui succèdera à l’album sorti chez Igloo en 2014 déjà.

orchestra vivo,garrett list,johan dupont,emmanuel louis,marine horbaczewski,jean-francois foliez,antoine dawans,andre klenes,nicolas draps,adrien lambinet,aurelie charneux,nathalie huby,marie eve ronveaux,laurent meunier,marlagne,stefan pougin

Pas moins de 10 nouvelles pièces sont donc au programme ! On comprend que les journées furent bien remplies et les nuits bien courtes.

Sur les coups de 20 heures, dans la grande salle Hicter, l’orchestre prend place, et cela de façon on ne peut plus « littérale ». En effet, la musique et l’esprit ViVo! s’installent déjà tandis que les musiciens entrent les uns après les autres sur scène. Stefan Pougin bat déjà ses tambours, les artistes se saluent, s’embrassent, prennent leurs aises, accordent leurs instruments. Chacun prend ses marques et, imperceptiblement, la musique se concrétise sous nos yeux et commence à swinguer avec élégance et légèreté.

Ça tape des mains et des pieds. Ça bouscule les conventions. Ça fait évoluer les idées que l’on se fait habituellement des grandes formations. Oui, Orchestra ViVo!, c'est vraiment vivant.

Non seulement ça s’amuse, mais ça joue ! Et l’on remarque vite les arrangements sublimes entre les cordes et bois. Mine de rien, le travail est complexe et précis, mais les libertés sont énormes.

Des effluves de valse, de meringue ou de milonga se mélangent sur «Emergency Exit» tandis que l’orchestre travaille par grappes, par petits groupes, comme des petits îlots qui dérivent.... Et la musique circule.

La poésie, la littérature, la musique et toutes autres formes d’art ont leur place au sein de ce grand barnum. Aurélie Charneux chante, avec une pointe de cynisme, un long texte bourré de double sens sur la vie, l'amour et notre monde moderne.

Puis, on mélange le poème de Théophile Gauthier («Le Passage ») avec une musique inspirée de Hector Berlioz et écrite par Antoine Dawans. Un pur bijou.

Jean-François Folliez laisse serpenter sa clarinette sur la «Lagune» avant qu’Adrien Lambinet ne développe, fidèle à son style, une «Pièce Minute» minimaliste et légèrement déstructurée qui progresse par touches mystérieuses. On flirte peut-être avec Messiaen, Reich ou la musique concrète.

Et l’on bascule alors dans un autre univers. Les musiciens bougent et échangent presque leur place. On chante, on déclame, et «The Love Song» s’enchaîne à «R.E.S.P.E.C.T.». Chaque musicien à droit à son rayon de lumière : Marie-Eve Ronveaux ou Marine Horbaczewski aux violoncelles, Laure Peignault, Nicolas Draps ou Nathalie Huby aux violons, Antoine Dawans (tp), Johan Dupont (p) ou encore Laurent Meunier au sax, pour ne citer que quelques-uns.

Manu Louis, seul avec sa guitare, vient faire un clin d'œil à Kurt Weil avec son «My Life Is Riding To Strike». André Klenes (cb) rend hommage à Warhol et Lichtenstein («Blotted Lines And Benday Dots») avant que tout le monde ne se retrouve à «L’Hôtel Des Etrangers» (de Garrett List et Johan Dupont sur un texte de Blaise Cendras).

L’Orchestra ViVo! mélange les genres et s’amuse à faire bouger constamment les lignes. Il semble écarter les murs pour se donner de l’air et ne se refuse presque aucune limite. Et de cette musique savante et surprenante, mais toujours accessible, jaillit toujours une idée ou une histoire, tantôt sombre, tantôt optimiste, qui parle autant au cœur qu’à l’esprit.

Si l’on prendra certainement plaisir à écouter le prochain disque d’Orchestra ViVo!, il est certain que c’est aussi sur scène que ce projet fou prend toute son ampleur. Alors, à bon entendeur…

 

 

A+

11/08/2015

Gaume Jazz Festival - Day 3

La pluie a fait son apparition ce matin en Gaume. Mais cela n'a duré qu'un instant. Cet après midi, le ciel est chargé, l'air est lourd, le soleil est un peu masqué, mais la pluie ne vient pas perturber le festival.

Dans la salle, il fait étouffant. C'est là que jouent Eve Risser (p, voc) et Yuko Oshima (mn, voc). Donkey Monkey est un duo qui allie jazz, rock, pop, musique concrète et... plein d'autres surprises. Le déjà déjanté « Can't Get My Motor To Start » de Carla Bley, par exemple, ne s’assagit pas sous les coups du piano préparé, de la batterie et des chants. Les deux artistes se font face. Yuko Oshima frappe les fûts avec intensité, les yeux rivés au plafond, tandis qu'Eve Risser plonge régulièrement dans les cordes de son piano et en retire des crissements, des explosions sourdes ou des sons étouffés qu'elle utilise parfois en loop. La musique est répétitive (un peu) inattendue et percussive (beaucoup), même si certains morceaux (« Ni Fleur, Ni Brume ») sont d'une délicatesse insoupçonnée. Étrange musique, bourrée d’idées et de folie, mais non dénuée d'humour, ce qui allège le propos qui pourrait peut-être sembler trop « cérébral ». Parfait !

eve risser, yuko oshima, donkey monkey, gaume jazz festival, gaume jazz,

Une belle idée neuve, sortie tout droit de l'imagination fertile de Jean-Pierre Bissot, est de faire jouer deux groupes en même temps sur une même scène. Cela donne « concerts croisés » et permet à OakTree et Anu Junnonen Trio de proposer un relais musical étonnant.

Les points communs entre ces deux groupes sont le chant et l'amitié. Et c'est sans doute grâce à cela que les deux répertoires, pourtant assez différents, communient si bien ensemble. OakTree défend son jazz mi-folk, mi-poético-baroque, tout en acoustique, tandis qu'Anu suit un chemin plus pop (trip hop presque) et electro rock. D'un côté il y a Sarah Klenes au chant, le violoncelle de Annemie Osborne et l'accordéon de Thibault Dille qui rappellent les champs et la campagne. De l'autre, il y a la batterie d'Alain Deval, la basse électrique (et effets) de Gil Mortio et le chant et le clavier d'Anu Junnonen, qui évoquent la ville et le monde moderne. Chaque chanteuse a sa façon de raconter les histoires. Luminosité et finesse pour l’une, intériorité parfois sombre pour pour l'autre. Mais ici, pas de compétition, juste un beau moment de partage. Et une expérience totalement réussie.

On a accumulé un peu de retard quand Jeff Herr Corporation monte sur scène vers 18h45. L’album (Layer Cake) de ce trio luxembourgeois m'avait vraiment bluffé lors de sa sortie. On y trouve du punch, du groove, de l'énergie... Et sur scène, Jeff Herr Corporation n'a pas démenti, même si le concert était trop court pour laisser éclater tout le potentiel du groupe. C'est l'agencement rythmique qui donne une partie de sa saveur au trio. Il y a ce petit décalage, légèrement en avance ou en suspens, que l'on retrouve autant dans des morceaux « lents » (la reprise de « The Man Who Sold The World » de Bowie ) que plus enlevés (« Funky Monkey »), qui donne du relief et de la dynamique. Une fois lancée, l'impro fait le reste. Max Bender est souvent inspiré sans jamais céder à la démonstration (superbe intro sur « And So It Is ») et le soutien de Laurent Payfert (cb) – un son profond et sec à la fois – est un atout certain. Et le charismatique leader finit bien par se mettre en avant dans une impro final en solo sur (« Layer Cake »).

Nuevo Tango Ensamble mélange le tango argentin - bien entendu - avec le jazz, la bossa et même le chant coréen. En effet, le trio italien (vous commencez à deviner le mélange ?) a rencontré la chanteuse Sud-Coréenne Yeahwon Shin lors d'une tournée en Asie. Et c'est peut-être cela le Nuevo Tango : des rythmes argentins dans lesquels on sent les inflexions jazzy du pianiste Pasquale Stafano, (excellent de vivacité sur « Estate »), un jeu parfois bossa et ensoleillé de Pierluigi Balducci (eb), reliés – et quel lien ! - par le bandonéon virtuose et inventif de Giannu Iorio, et une chanteuse à la voix diaphane (sur un morceau qui emprunte un peu à « Love For Sale », façon Brésil, par exemple) qui flirte parfois avec le chant d'opéra. Les ballades, plus ou moins swinguantes ou légèrement mélancoliques, se succèdent avec juste ce qu'il faut de variations pour que l'on reste accroché. Un beau moment de délicatesse.

eve risser,yuko oshima,donkey monkey,gaume jazz festival,gaume jazz,anu junnonen,annemie osborne,thibault dille,alain deval,gil mortio,oak tree,jeff herr,maxime bender,laurent payfert

Au Gaume Jazz, on n'a pas peur de mélanger les genres. C'est sans doute cela qui fait une partie du succès : des découvertes, des choses plus connues, des créations pointues ou plus aventureuses côtoient des musiques plus accessibles.

À l'église, par exemple, Eric Vloeimans (tp), Jörg Brinkmann (violoncelle) et Tuur Florizoone (acc) proposent leur vision d’une musique très cinématographique. Le lieu invite à l'intimité et le trio sait s’en servir. La trompette est feutrée, l'archet glisse sur les cordes et l'accordéon tourne autour des deux premiers pour moduler les sons et jouer avec la réverbération. Élégance, raffinement et qualité d'écoute.

Dans un tout autre style, la scène du parc accueille TaxiWars avec Robin Verheyen (ts, ss) Antoine Pierre (dm), Nic Thys (cb) et le leader de dEus, Tom Barman (voc). Et ça, bien sûr, ça ramène du monde ! Entre jazz (tendance free) et rock (pour l'énergie, mais aussi la rigidité) TaxiWars propose un set très efficace mais qui manque juste un peu de surprises pour qui connaît le disque… ou pour qui aime le jazz... D'ailleurs, c’est sur un morceau comme « Roscoe », joué en trio, que le groupe est intéressant et plus « libéré ». Alors, bien sur TaxiWars c'est la ferveur de Robin au sax, le jeu claquant de Nic (une impro/intro en solo admirable sur « Pearlescent »), le drumming furieux d’Antoine Pierre et les effets sur la voix sensuelle de Tom Barman… Mais tout cela est bien plus rock que jazz (...haaaa ! L'éternel débat !) ... Heureusement, j'aime le bon rock.

eve risser,yuko oshima,donkey monkey,gaume jazz festival,gaume jazz,anu junnonen,annemie osborne,thibault dille,alain deval,gil mortio,oak tree,jeff herr,maxime bender,laurent payfert, eric vloeimans, jorg brinkmann, tuur florizoone, nuevo tango, yeahwon shin, pasquale stafano, pierluigi balducci, giannu iorio, taxiwars, tom barman, robin verheyen, nic thys, antoine pierre

Retour dans la petite salle pour découvrir celui qu’on dit être un phénomène à Barcelone : le jeune pianiste Marco Mezquida. Seul face au clavier, il propose directement une première et très longue impro sur un piano préparé, en s'aidant de petites clochettes et cymbales. Il opère en de longues vagues d’ostinati sur lesquels il construit, avec de plus en plus de force, des harmonies abstraites, entrecoupées de respirations mélodiques simples. On pense autant à John Cage qu’à Keith Jarrett. Mais aussi à Ravel, Debussy ou… à Duke. Il mélange la furie free aux thèmes courts et joyeux, comme dans un vieux film de Mack Sennett. Il alterne swing léger et valse. Il construit des thèmes pleins de blues et de notes bleues particulièrement bien choisies... Intelligent, drôle et inventif. Coup de cœur !

Il est près de minuit et la dernière carte blanche du festival 2015 échoit au tromboniste gaumais Adrien Lambinet. Celui-ci s'est entouré, outre du batteur Alain Deval qui l’accompagne dans son groupe Quark, de Lynn Cassiers (keys, voc) et Pak Yan Lau (p). Au programme, de la musique contemporaine, mélangée à l’electro rock, au groove et au jazz très ouvert. « Awake », le titre de son programme, est fait d'expérimentations : après avoir joué du carillon, la pianiste tire les fils reliés aux cordes de son instrument, Lynn trafique les bruits en tout genre avec son chant de sirène pour en faire des boucles. Deval répand des tempos aléatoires et Lambinet (à la manière d’un Gianlucca Petrella, parfois) lâche des mélodies qui se construisent par circonvolutions, de plus en plus larges et qui finissent par s'empiler les unes sur les autres. On flotte entre l’esprit mystérieux de musiques de films imaginaires, d'ambiant, de Kraut rock, de musique industrielle ou d’electro jazz. L'ensemble est intéressant mais, après tout ce que nous avons entendu durant trois jours, et à l’heure tardive du concert, il est un peu difficile d’en apprécier toutes les richesses.

Dans le parc, et à la fraicheur de la nuit, des irréductibles refont encore et toujours le monde... en jazz, bien entendu.

Gaume, une fois de plus, nous a bien fait voyager.

A+