14/01/2018

Jazzques écoute - Claudia Solal - Butter In My Brain

chronique,claudia solal,benjamin moussay,joe quitzke,jean-charles richard

Magnétique, pénétrant, frissonnant, déroutant.

C’est ce que l’on ressent à l’écoute du dernier album de la trop rare Claudia Solal.

Room Service, son précédent disque - que je vous conseille vivement aussi - avec Joe Quitzke, Jean-Charles Richard et Benjamin Moussay, datait déjà de 2010.

Cette fois-ci, pour Butter In My Brain, la chanteuse ne dialogue qu’avec Benjamin Moussay. Elle dialogue ou, plutôt, se fait porter par le claviériste qui, tantôt aux Rhodes, au piano ou au synthétiseur, fabrique des nuages musicaux pour sa voix lunaire. Ici, tout se dit en poésie, en sous-entendus ou en séduction malicieuse au rythme de climats mystérieux et changeants.

Claudia Solal, manie les mots avec une habileté étonnante. Elle les choisit, les écrit, les accouple et les souffle avec une singularité fascinante. Elle raconte des histoires étranges et énigmatiques qui s’enveloppent d’ambiances déstabilisantes.

Aussi poétiques et presque insaisissables que sont la musique ou les paroles, il y a quelque chose de très organique dans cet imaginaire singulier. On y respire la terre, la mousse, l’herbe, la nourriture et on y palpe l’air et la lumière…

On suit la chanteuse dans les méandres de sa pensée («Butter In My Brain»), on se laisse guider vers des rendez-vous improbables («The Grass Is Greener»), on tente de s’échapper («Nightcap For Sparrows»), on se liquéfie («Smokehouse On The Ocean») on se désagrège («Tranfigured Dream»)…

Il y a quelque chose de very british qui émane de ce disque. On y sentirait presque une odeur de bibliothèque dans la pénombre, éclairée par un soleil froid qui parvient à peine à transpercer de lourds rideaux sombres. On flotte et on tombe dans un puits sans fond, comme dans un conte de Lewis Carroll. On est troublé comme dans les histoires d’Edgar Alan Poe ou les sonnets de William Shakespeare.

A la fois chanté, parlé ou susurré, les mots se déposent puis s’envolent, entre rêve et réalité.

Butter In My Brain est sans doute l’un des disques les plus envoûtant que j’ai eu l’occasion d’écouter ces derniers temps. Un disque très addictif à écouter sans modération.

 

 

A+

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Les commentaires sont fermés.