05/06/2016

How Town et Feecho - Haekem Brussels

Un dimanche de grisaille, en fin de journée, je décide d’aller jeter un œil et une oreille au Haekem, rue de Laeken, sorte de bar-bistro qui consacre l’essentiel de son espace et de son temps au théâtre contemporain et aux musiques improvisées. On m’a dit que How Town, le groupe vocal de Lennart Heyndels, s’y produisait, ainsi que le duo Feecho.

haeken,feecho,kaja draksler,onno goevaert,how town,lennart heyndels,sarah klenes,elina silova,laura polence,matiss cudras

L’endroit est bien sympa, un peu désordonné, hétéroclite, un peu foutoir. Bref : accueillant.

On descend d’abord à la cave pour écouter Feecho, le duo sloveno-hollandais qui a sorti l’album Bums, chez el Negocito Records, l’année dernière.

Kaja Draksler est au Fender Rhodes et Onno Govaert aux drums. La musique est totalement improvisée et se développe de façon très intimiste et bruitiste d’abord. Ce sont des craquements, des respirations, des résonances qui donnent la direction à la musique. Les deux musiciens s’inspirent mutuellement. Des motifs abstraits se concrétisent, le climat s’installe et la musique jaillit d’un magma étrange fait de bourdonnements et de scintillances. Les musiciens utilisent tout ce qui les entoure pour faire leur musique. Jouets, clochettes, xylophone d’enfants, brosses... le mur, les briques, le radiateur, tout est musique. Parfois débridée, parfois abstraite, parfois plus mystique ou onirique... Souvent étonnante et plutôt inspirante.

Puis on monte à l’étage. On essaie de se trouver une place car l’espace est étroit et il y a beaucoup plus de monde que prévu.

haeken,feecho,kaja draksler,onno goevaert,how town,lennart heyndels,sarah klenes,elina silova,laura polence,matiss cudras,el negocito

How Town s’installe dans le fond. Lennart Heyndels (cb), casquette vissée sur la tête, fait les présentations. D’abord les vocalistes, Sarah Klenes, Elina Silova et Laura Polence, puis le guitariste Matiss Cudars.

Tout se joue et se chante acoustique. La musique se balade entre folk, chansons pop légères ou expérimentales. Les voix sont aériennes, claires et pures. Elles se répondent, créent des passerelles entre elles ou se soutiennent. La contrebasse s’occupe du battement rythmique, tantôt vif, tantôt alangui. On flotte et on se laisse emporter par ces poèmes chantés avec grâce et élégance. On pense parfois à Stina Nordenstam des débuts. Un léger vent de folie souffle continuellement sur ces mélodies au lyrisme diffus. La guitare de Matiss Cudras, pince et claque, se désaccorde, joue avec la tension et le relâchement. Les textes sont très imagés, poétiques, parfois surréalistes. L’humour côtoie l’amour et la tendresse. Les harmonies sont riches et tout est délivré avec un naturel confondant.

Le temps s’est arrêté…

Décidément, le «jazz» vocal a encore beaucoup de choses à délivrer.

Voilà un bon grand bol d’air frais et vivifiant qui, en ce dimanche assez maussade, fait vraiment du bien.

 

 

A+

 

 

Les commentaires sont fermés.