20/02/2016

Esinam Dogbatse - Solo à La Samaritaine

La toute petite salle de La Samaritaine est plongée dans le noir. Une minuscule lueur se met à briller aux premiers feulements d’une flûte. On distingue à peine la silhouette de la musicienne.

Esinam Dogbatse sait s’entourer de mystère.

samaritaine,esinam dogbatse,diab quintet,sysmo,cassandre,anne wolf

La multi instrumentiste et chanteuse se produit, ce soir, en solo devant un public assez nombreux et très attentif.

Dans la pénombre, qui s’efface peu à peu, Esinam Dogbatse jongle avec la flûte traversière, un Korg, quelques pédales, un pad controller et une table de mix. Avec souplesse, finesse, élégance.

Elle module délicatement la musique faite de loops et de cycles. Les rythmes fantasmagoriques se superposent. Des rythmes imperceptiblement décalés, légèrement distendus, fragilement élastiques. Il y a juste ce qu’il faut d’incertitude et de déséquilibre pour les rendre excessivement chaleureux et humains. Tout cela est fragile et beau.

Elle abandonne un instant la flûte pour le pandeiro avec lequel elle boucle un autre rythme, plus enlevé, puis y dépose quelques autres couches, à l’aide de clochettes, caxixi et ganza. Le groove s’installe. La musique se fait et se défait, ondule, sinue, se colore de brillances étonnantes.

Esinam Dogbatse joue avec les sons, la lumière et aussi l’espace. Alors, avec son dùndùn, elle descend dans la salle, comme pour aller imprégner les moindres recoins d’un esprit divin et bénir le public pour l'inciter à chanter. Elle jongle avec la musique, elle fait rebondir et s'entrechoquer les notes. Elle en fait des bouquets. Elle en fait des tresses.

samaritaine,esinam dogbatse,diab quintet,sysmo,cassandre,anne wolf

Et puis elle chante, murmure et souffle. Une incantation, une berceuse ou une ballade, avec une voix pure, sobre, rassurante.

Et puis, ça tourne au soul funk, toujours avec ces légères nuances rythmiques qui flottent et ondulent, et qui rendent cette musique tellement vivante. Quelle richesse dans les sons et dans cette écriture à chaque fois renouvelée. Comment arrive-t-elle à maîtriser tout cela avec autant de facilité ?

Esinam mélange aussi les genres (et c'est à ce moment-là que l'on se demande pourquoi il faut toujours caser la musique dans des genres ?). La mélodie, qui résonne comme une valse, se fond avec une sorte de merengue. On passe des rythmes africains ou latino à de l'ambiant ou à de la musique atmosphérique. La musicienne sculpte ensuite les paroles de «Strange Fruit», chantées par la grande Nina Simone, et l’accompagne à la flûte. C’est comme un écho venu de nulle part. Un souffle plus graineux que jamais. Esinam joue avec le son, la lumière, les ombres, le corps. Avec pudeur, elle se dirige vers le piano, égraine quelques accords qui pourraient rappeler «Fleurette Africaine». Le moment est magique. C'est à la fois dense, émouvant et ludique.

Le public applaudit, les yeux de la musicienne brillent.

Pendant près de deux heures, Esinam Dogbatse nous a plongé dans un univers merveilleux, personnel et envoûtant.

Retenez bien son nom et allez l’écouter avec Anne Wolf, Diab Quintet, Cassandre, Sysmo ou… en solo, le 13 mai au Mithra Jazz Festival à Liège, par exemple. Frissons garantis.

 

 

A+

Commentaires

Tres bel article pour un spectacle empli de verite , de teve et d envoutement

Écrit par : maggie | 23/02/2016

Tres bel article pour un spectacle empli de verite , de reve et d envoutement

Écrit par : maggie | 23/02/2016

Les commentaires sont fermés.