17/08/2015

Jazz Middelheim 2015 - Part 2

Il pleut à verse, ce quinze août, lorsque la chanteuse franco-américaine Cécile McLorin Salvant monte sur scène, et ses jolies boucles d'oreilles roses en forme de parapluie l'habillent fort à propos.

cecile mclorin salvant, david blenkhorn, sebastien, girardot, guillaume nouaux, jason moran,

Cécile McLorin Salvant (que j'avais sans doute très mal apprécié lors de sa prestation au Gent Jazz en 2013 – à ma décharge, la petite scène ne l’avait pas vraiment mise en valeur et je n’avais pas vu sa prestation avec Jacky Terrasson) possède une voix et un charisme incroyables, dignes d'une Sarah Vaughan.

Musicalement, autant dans les arrangements que dans ses compositions, elle allie magnifiquement modernité et tradition. Ne cherchez cependant pas d’imitation de sa part lorsqu’elle reprend « Haunted House Blues » de Bessie Smith, « Fine And Mellow » immortalisé par Billie Holiday, « Le Mal de Vivre » de Barbara ou encore « Most Gentlemen Don't Like Love », écrit par Cole Porter, mais trouvez-y de la personnalité, beaucoup de personnalité.

Sa tessiture est ample, et elle passe sans peine du chant haut perché au growl le plus profond, avec une justesse et un timing parfaits. Elle a le blues dans le sang et le jazz dans la tête. Le trio qui l’accompagne (David Blenkhorn (g), Sébastien Girardot (cb), Guillaume Nouaux (dm), mais aussi Olivier Chaussade (as) sur un morceau) est impeccable et met en évidence tout son talent. Normal que la foule lui réserve une standing ovation ! Alors, pour remercier le public - et comme pour porter le coup de grâce - elle revient chanter a cappella « You Oughta Be Ashamed » de Bessie Smith, pour vous foutre la chaire de poule et vous faire pleurer. La réputation de Cécile McLorin Salvant grandit au fur et à mesure de ses prestations… Et cette réputation n'est vraiment pas usurpée. Procurez-vous l’album For One To Love qui sortira début septembre, c’est un véritable bijou !

cecile mclorin salvant, david blenkhorn, sebastien, girardot, guillaume nouaux, jason moran, olivier chaussade

Artiste en résidence, Jason Moran remonte pour la deuxième fois sur scène. Ce samedi, c’est pour rendre un hommage, à sa manière, à Fats Waller.

De Jason Moran, on connait son érudition sans faille de l’histoire du jazz mais aussi son éclectisme musical. Et c’est parfois surprenant. Pour le coup, il nous sert un mélange d'electro jazz, de hip hop, de ragtime, de dance music et de soul bop, délibérément choisi pour replacer dans notre époque l’esprit – et donc, pas seulement la musique – de Fats. Jason Moran a envie de faire la fête et l'intitulé de son programme (« Dance Party ») ne fait aucun doute là-dessus.

Au final, le résultat est quand même un peu lourdingue. Fats méritait-il ça ? On y reconnaît, bien entendu, « Honey Suckle Rose » et autres « Ain't Misbehavin' », mais, le tout est enrobé d'une sauce binaire indigeste et d’arrangements prévisibles, façon remix pour jazz FM. Le drumming de Charles Haynes et le chant de Lisa Harris tombent à plat et l'énorme masque de Fats dont s’affuble Jason Moran n’arrive pas à faire passer le « décalage ». Alors que Fats peut être si beau, si drôle, si fort et bien plus dansant quand Jason le joue stride – qu’il contrôle à merveille - en duo avec drummer par exemple...

Pour la fête et la folie, il y a le Broken Brass Ensemble qui fait le tour du site, entre deux concerts, dans une ambiance très « bayou ».

cecile mclorin salvant,david blenkhorn,sebastien,girardot,guillaume nouaux,jason moran,olivier chaussade, charles haynes, lisa harris

Restons d’ailleurs dans le Big Easy avec Dr. John qui rend hommage à Louis Armstrong. Le chanteur-pianiste a choisi, lui, la manière blues rock - voire rock and roll - et funky pour saluer Satchmo.

S'il s'installe avec difficulté au piano, son énergie et son chant ne ressentent pas le poids des années. La voix, toujours un peu nasillarde et qui a bien vécu, raconte avec tellement de véracité les chansons et les thèmes d’Armstrong et des autres, qu’on est vite submergé. Sur le piano, il a déposé quelques grigris (crâne, cornes, peaux de serpents), comme pour chasser les mauvais esprits et, mi joyeux, mi désillusionnés, il fait briller les thèmes sous ses doigts (« You Rascal You », « Motherless Child », « Mack The Knife », …).

Derrière, Sarah Morrow (tb) joue au chef d'orchestre d'un band efficace, dans lequel on retrouve à l'avant-plan notre Bart Maris (tp) national ! Les interventions de ce derniers sont exemplaires (« Wonderful World » ou « Memories Of You »). Mais il faut aussi souligner l’excellente prestation de Cécile McLorin Salvant (décidément omniprésente dans ce festival et pour notre plus grand bonheur ! ) sur « When You Smilin' », ainsi que celles de Jamie Kime (g) ou encore de Benjamin Herman (as).

« Such A Night » ponctue cet excellent concert, plein de fougue et d'émotions, qui donne autant envie de replonger dans la discographie de Satchmo que dans celle de cette autre incroyable légende qu’est Dr. John.

Merci à Bruno Bollaert pour les photos.

A+

 

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.