10/07/2015

Liz McComb Quintet - Estivalles des Taillades

Profitant des vacances et d’une proposition de Reggie Washington, je me suis retrouvé ce jeudi 9 juillet aux Estivales des Taillades, près de Cavaillon. C'était pour moi l'occasion de me plonger un peu plus dans l'univers musical de Liz McComb.

taillades,cavaillon,liz mccomb,reggie washington,richard arame,larry crockett,philippe makaia

Originaire de Cleveland, la chanteuse - et pianiste - vit, depuis quelques années déjà, à Paris. Cette fille de pasteur est restée fidèle à ses racines et continue de défendre le blues et le gospel avec toujours autant de passion.

Ce soir, en plein air, dans la jolie cour du Moulin St-Pierre des Taillades, balayée par un mistral encore fringuant, il fait 28° et les cigales chantent encore à tue-tête.

Dans une élégante robe bleue, la (dé)coiffure afro, Liz McComb entre seule en scène, s’installe au piano et entame «Lord, Look Down On Me». La voix est graineuse, chaude, assurée et puissante. Le ton est donné.

Elle reprend le refrain et invite, un à un, ses musiciens à la rejoindre. Philippe Makaia d’abord, aux congas, Larry Crockett ensuite, aux drums, puis Reggie Washington à la basse électrique et finalement Richard Arame à la guitare électrique. A chaque «reprise», la tension monte comme une transe, comme une prière.

La chanteuse enchaîne les traditionnels («Joshua Fit the Battle of Jéricho», « Soul Say Yes », …) et quelques rares compos personnelles. Petit à petit le public clape des mains. Liz se lève pour plaquer avec force ses accords, puis elle va au-devant de la scène et dirige ses hommes avec caractère.

taillades,cavaillon,liz mccomb,reggie washington,richard arame,larry crockett,philippe makaia

Après un morceau assez soul – toujours bref – la pianiste nous offre «Strange Fruit» en deux versions. La première avec les guitaristes, tout en sècheresse et dureté, et la seconde, seule au piano comme pour marquer plus encore la profondeur et la solennité du moment.

Comme pour chasser cet instant de recueillement, «Fire» et «I Believe» enflamment la cour du Moulin, notamment sous les riffs - presque rock - de l’excellent guitariste Richard Arame. Reggie Washington (au superbe phrasé, souple et sensuel) en profite pour lui donner le change.

La plupart des morceaux sont courts et permettent à la chanteuse d’y revenir, de les reprendre deux, trois, voire quatre fois de suite, pour en augmenter la tension et marteler le message.

Liz McComb dompte le vent - qui s'est finalement couché - et fait taire les cigales... Mais on attend un peu plus de ferveur, de transe ou de lâcher prise de l’ensemble. Au lieu de cela, le quintette nous sert un «By The Rivers of Babylon», rasta comme il se doit, mais à la limite du kitsch. On renoue rapidement et heureusement avec les véritables racines du blues traditionnel et du chant churchy. Ça sent un peu le Bayou et la guitare de l’impressionnant Richard Arame rappelle celle du grand B.B. King. La température remonte. Liz met alors chacun des musiciens en avant (avec un beau mais court «combat» entre congas et drums, par exemple) pour conclure un agréable concert.

taillades,cavaillon,liz mccomb,reggie washington,richard arame,larry crockett,philippe makaia

En rappel, «Oh When The Saints», suivi d’un tout bon blues énervé (dont le nom m’échappe) et finalement un doux «Hymne à l'amour», a capella, puis repris en chœur par le public, terminent de combler les nombreux festivaliers.

Agréable moment, donc, qui pourrait être plus «fort» encore, si la cohésion du groupe était sans doute un peu plus resserrée (?)…

A+

 

 

 

Les commentaires sont fermés.