03/06/2015

Yves Peeters Gumbo au Vrijstaat O à Ostende

Il y a quelques temps, Yves Peeters m'avait confié être tombé amoureux de la série télé Treme (et on le comprend) ainsi que du jazz que celle-ci charriait. Rien d’étonnant donc, que son nouveau projet (Yves Peeters GumboThe Big Easy Revisited) nous plonge au cœur de la Nouvelle Orléans. Mais ce qui est intéressant dans le travail du batteur, c’est qu’il ne s’amuse pas à copier ce qui a déjà été fait (ce qui est toujours idiot), mais se sert de ces roots pour faire vivre sa propre musique. En quelque sorte, il lui redonne de l’oxygène et de l’énergie. Et de l’énergie, il y en avait ce dimanche en fin d’après-midi pluvieux au Vrijstaat O. à Ostende.

vrijstaat o,yves peeters,nicolas kummert,nicolas thys,dree peeremans,francois vaiana,bruce james

Motivé par la présence du pianiste texan Bruce James (qui sait ce qu’est le early jazz pour y avoir été exposé depuis sa jeunesse), le sextette balance d’entrée de jeu un tonitruant, fiévreux et bluesy «New Orleans By Dawn» écrit et chanté par ce même Bruce James.

Le ton est donné.

Le trombone, un peu gras, un peu rauque, légèrement growl, de Dree Peremans prend ici tout son sens et trouve tout de suite sa place. Bien entendu, le band n’est pas en reste et continue sur le même rythme. «Masquarade», chanté cette fois par François Vaiana, est vif, rapide et puissant. Le sax ténor de Nicolas Kummert pleure et crie. L’ambiance monte.

«24 Hours Later», un poil plus dansant encore, vacille entre rythm ‘n blues et funk. La rythmique galope et les interventions du pianiste achèvent de donner cette couleur sensuelle, excitante et un peu sale, à cette musique décidément immortelle, à ce jazz qui évoque immanquablement les bars louches, les nuits sans fin et la griserie des alcools forts. Mais cette musique sait aussi se faire plus grave et «No Hero», qui ressemble à un hymne fatigué et légèrement traînant, rend hommage aux hommes et aux femmes malmenés par la vie. La chanson se termine d’ailleurs a cappella, telle une prière, de façon poignante. C’est alors que l’on remarque que la voix claire de François Vaiana contrebalance à merveille celle de Bruce James, nettement plus rocailleuse.

vrijstaat o,yves peeters,nicolas kummert,nicolas thys,dree peeremans,francois vaiana,bruce james

Plus tard, c’est le solo de basse de Nicolas Thys, détaché et dépouillé, bâti sur un groove lancinant et tout en ostinato, qui déroule un tapis formidable au (presque) spoken words de François Vaiana, décidément très libéré dans ce registre. Puis, avec «When The Levees Broke», c'est tout le sang du sud qui circule dans ce jazz autant festif et rieur que triste et désabusé. Le drumming incandescent du leader est impeccable. Ça sent presque le brûlé. Le son est mat, plein de rondeur et de sueur, un peu à l’image que l’on se fait de cette nourriture grasse et huileuse du sud.

«My Gumbo’s Free» (avec un terrible et jubilatoire solo de basse de Nicolas Thys) termine alors le concert (il y aura deux «encore», pas volés) de manière plus que réjouissante.

Le projet de Yves Peeters s'inscrit de manière singulière dans notre paysage jazzique belge et, franchement, ça fait du bien.

Et l'on est déjà impatient de connaître la suite, sur disque mais surtout sur scène.

A+

 

 

Les commentaires sont fermés.