20/04/2015

Oded Tzur Quartet - Bravo

Après Paris et avant Amsterdam, Rotterdam ou encore Tel Aviv, le groupe du saxophoniste new yorkais - d'origine israélienne - Oded Tzur a profité de la sortie de son premier album (Like A Great River, chez Enja) et de sa première tournée européenne pour s'arrêter ce dimanche soir à Bruxelles. Et on peut dire qu’il y avait du monde au Bravo pour découvrir cet intriguant quartette dans lequel on retrouve de sacrées pointures : Shai Maestro (p), Ziv Ravitz (dm) et Petros Klampanis (cb).

bravo,ziv ravitz,shai maestro,oded tzur,petros klampanis

Dans une ambiance intimiste, l’entrée en matière se fait tout en souplesse et sensualité. On se laisse  peu à peu envahir par la musique comme on se coule doucement dans un bain chaud. Sur les respirations calmes de la contrebasse, Tzur dépose un souffle chaud et serein. L’espace s’ouvre et les motifs se dessinent lentement.

Le ténor laisse ensuite la place à Shai Maestro et Ziv Ravitz (toujours soutenus par la contrebasse lancinante de Klampanis). Le pianiste développe des harmonies de plus en plus charnues et plus complexes. On dirait un vent chaud, venu du désert, qui s'élève avec force avant de s’estompe délicatement. Quand le tourbillon prend de la force, Oded Tzur reprend le fil de l’histoire où il l’avait laissé… dans le silence qui est revenu.

On reste en suspens et on n’ose à peine applaudir pour ne pas briser la magie de l’instant.

bravo,ziv ravitz,shai maestro,oded tzur,petros klampanis

Il y a quelque chose d'organique et de minéral dans cette musique. On a l’impression qu'elle vient du sol, qu'elle s’épanouit en douceur, qu’elle grandit avant de s’évaporer. On dirait qu’elle révèle les âmes, les accompagne et les protège, avant de les laisser vivre et danser.

Chaque morceau est une longue et lente évolution mélodique, introspective, méditative.

Oded Tzur travaille avec douceur des notes étirées qui évoquent tantôt le bansuri, tantôt la zurna. La transe n’est jamais loin et se mêle à un groove retenu.

Derrière ses tambours, Ziv Ravitz joue les sons feutrés, presque étouffés. Il utilise les mailloches ou les mains pour caresser les peaux et faire vibrer sobrement les cymbales. Son solo en fin de concert, plein de fougue et dénué d'agressivité, est magnifique de maîtrise.

bravo,ziv ravitz,shai maestro,oded tzur,petros klampanis

Quant à Shai Maestro, il invente, il colore et dévoile les harmonies aux saveurs légèrement orientales. La pulse est comme souterraine. Lui aussi étouffe parfois les cordes, comme pour creuser un peu plus dans une musique ethnique, comme pour se rapprocher encore plus des racines et des fondations. Car la musique d’Oded Tzur va bien au-delà du jazz (ou plutôt, vient de bien avant le jazz).

Cette musique hypnotique invite au balancement, puis à la transe, avec une élégance rare. Tzur garde une ligne de conduite - un objectif et un seul discours qu'il ne lâche jamais - comme s’il s’agissait d’une quête ou d’une recherche perpétuelle de quiétude.

C’est comme cela qu’il construit des moments forts et qu’il nous a offert, ce soir, un magnifique concert.

 

 

A+

 

Commentaires

Thos kind of music are listetened by the great audince. it takes the heart and the ears.

Écrit par : Alice | 04/05/2015

Les commentaires sont fermés.