22/02/2015

Jonathan Kreisberg Quartet au Bravo

 

bravo,jonathan kreisberg,colin stranahan,rick rosato,will vinson

Vendredi soir, Jonathan Kreisberg était de retour au Bravo avec son quartette.

Il y était déjà venu en octobre de l’année dernière, avec la même formule, dans un club bondé. Cette fois-ci - à cause des vacances de Carnaval ? De la grosse offre jazz sur Bruxelles ce soir-là ? - il y avait peut-être un peu moins de monde au club du bout de la rue Dansaert. Et c’est un peu dommage car un guitariste de ce niveau (qui fait partie, à mon avis, des 10 meilleurs New Yorkais actuels, aux côtés des Kurt Rosenwinkel, Lage Lund, Lionel Loueke, Rez Abassi, Yotam Silbertstein et quelques autres…) mérite une bien plus grande audience. Pourquoi ne le verrions-nous pas, d'ailleurs, dans des festivals chez nous ?

En attendant, et tant que l’on peut profiter de sa musique en club, ne nous en privons pas.

Entouré de Will Vinson (as,p), Rick Rosato (cb) et Colin Stranahan (dm), Jonathan Kreisberg débute, tout en souplesse, un «Stella By Starlight» d’une grande élégance. Le thème est retravaillé sur un groove qui évoque un peu les balancements d’Ahmad Jamal. L’ambiance est relax, douce et détendue. On s’installe confortablement.

bravo,jonathan kreisberg,colin stranahan,rick rosato,will vinson

Après cette entrée en matière suave, Jonathan Kreisberg introduit magistralement «Until You Know» avec une incroyable maîtrise technique et musicale. Ça monte vite dans les tours. C’est l’occasion pour Will Vinson de décocher ses premiers solos vifs et nerveux et pour Colin Stranahan de provoquer les breaks. Il faut dire que ce thème, lancé à toute allure, est quelque peu vicieux. Il change plusieurs fois de directions, de tempos et de métriques, mais il se joue surtout avec beaucoup de fluidité, ce qui ajoute à la puissance.

Entre chaque morceau, Jonathan Kreisberg prend le temps de dialoguer et de rire avec le public. Il y a de la décontraction dans son attitude et cela se ressent aussi dans sa musique qui, aussi complexe et virtuose qu’elle soit, passe avec beaucoup d’aisance. Pourtant, lorsqu’on regarde jouer le guitariste, son visage, hyper mobile, se tord dans tous les sens, se contracte, se tend, s’apaise un instant, puis grimace à nouveau. Il vit intensément sa musique.

«Wave Upon Wave» (titre éponyme de l’album, que je vous recommande vivement) évolue par couches plus intenses les unes que les autres. Kreisberg distille quelques effets qui renforcent plus encore la mélodie. Et puis, sur la reprise de «I Fall In Love Too Easely», on ne peut qu’être admiratif de son phrasé, riche et raffiné.

Rick Rosato, à la manière d’un Palle Danielsson, fait preuve, une fois de plus, d’une grande musicalité dans ses solos : ils sont autant profonds, chauds et charnus que secs et claquants.

bravo,jonathan kreisberg,colin stranahan,rick rosato,will vinson

Le quintette enchaîne les thèmes, joue avec le chaud et… le brûlant. «Wild Animals We’ve Seen» est fiévreux, tandis que «From The Ashes» rebondit sous les baguettes de Stranahan et les riffs de Kreisberg à peine assouplis par interventions de Will Vinson (tant au piano, qu’au sax). Le swing est partout, le groove omniprésent. Le groupe se nourrit de la tradition bop pour délivrer un jazz moderne, très actuel.

«Spin», tour de force qui porte bien son nom, s'enroule et s´envole autour de la guitare virevoltante du leader. Jamais pourtant, on ne tombe dans le démonstratif. C'est la sensibilité qui prime toujours, comme sur cette somptueuse balade dont je ne me lasse pas : «Being Human».

Après ce moment feutré, de toute beauté, on termine en force avec le très jungle et nerveux «Stir The Stars», avant un rappel qui rend hommage à Monk.

Bref, ce soir au Bravo, il n’y avait que du bonheur.

 

 

A+

 

Les commentaires sont fermés.