16/11/2013

Odd Man Inn - Ettore Carucci

Ettore Carucci, pianiste italien que l’on a pu voir et entendre aux côtés de Raffaele Casarano, Paolo Fresu, Eric Marienthal ou Philip Catherine, publie son troisième album en tant que leader. On se souvient d’ailleurs d’un très bel album (Forward), sorti en 2006 déjà, où il était accompagné de Bren Street (cb) et Adam Cruz (dm).

Pour Odd Man Inn, il retrouve une rythmique exclusivement italienne : Luca Alemanno (cb) et Dario Congedo (dm).

ettore carucci, ben street, adam cruz, luca alemano, dario congedo, chronique, Raffaele Casarano

Si ce dernier opus semble de facture assez classique à la première écoute, il révèle quelques surprises. De très bonnes et… d’autres un peu plus étonnantes.

Pas besoin, ni d’envie, chez Carucci, de transgresser les règles ou de chercher à remettre en question les grands principes. Il préfère bâtir sur du concret et du solide. Ettore Carucci aime peaufiner son swing et rechercher la sensualité dans un toucher sensible à l’intérieur de mélodies claires et d’harmonies élégantes. Carucci a le sens du beau et l’on apprécie sa sensibilité à développer les ballades intimistes.

Sur les très Evansien «The Simple Life Of My Heart» ou «Aspettando», par exemple, il arrive à extraire de belles atmosphères, éthérées et mélancoliques, sans fioriture ni excès de pathos. Il insuffle également de beaux moments de fraîcheur et de luminosité dans les ambiances parfois en demi-teinte. Ainsi, la progression rythmique de «Ghost» – dans laquelle on ressent des inflexions empruntées à un Brad Mehldau – permet au morceau de s’élever et de tournoyer avec une énergie et une légèreté bienvenues. Il faut dire aussi que Carucci laisse souvent respirer ses compositions et n’oublie jamais de laisser de la place à ses acolytes pour de belles interventions souvent inspirées. Si le drumming de Dario Congedo est plutôt feutré et aérien, le jeu de Luca Alemanno à la contrebasse rappelle parfois celui d’un Palle Danielsson. Un jeu profond, plein d’une résonance sourde, entre fermeté et onctuosité.

Et quand le trio hausse un peu le ton, on se laisse embarquer dans un swing aux changements rythmiques réjouissants («Lethal Doors» ou «Tyre Blown»). Dans ces moments, la rythmique joue à cache-cache avec Carucci – qui se partage entre Fender et piano - en usant, sans abuser, de stop and go, d’accélérations, de tension et détentes. La cohésion et la complicité sont parfaites. Ce qui permet aussi au trio de proposer une version bien personnelle et intéressante de «A Night In Tunisia» qui évite les clichés.

Alors, on se demande pourquoi le pianiste a laissé s’infiltrer dans son Odd Man Inn une sucrerie jazzy-pop («Good Luck» avec Carolina Bubbico au chant) et un racoleur «Take It Slow» (avec Orlando Johnson au chant), un peu R&B, un peu soul, un peu hip hop dans le style de Robert Glasper, qui affaiblissent l’ensemble.

Oublions vite cela et ne retenons que le Carucci en trio, dialoguant avec la contrebasse et la batterie, car c’est là où il s’exprime le mieux et laisse éclater une personnalité vraiment très attachante.


 



A+

 


Les commentaires sont fermés.