13/10/2013

Blasting Zone Ahead - Fox

 

mogno,chronique,olivier stalon,francois delporte,xavier roge,fox

Il y a parfois du jazz qui ressemble à du rock. Et chez Fox, sous une fine peau de mouton jazz se cache un renard rock. Le titre de l’album, Blasting Zone Ahead, sonne d’ailleurs comme un  avertissement. Et puis, lorsqu’on connaît le pédigrée des musiciens – Olivier Stalon (eb), François Delporte (eg) et Xavier Rogé (dm) - on devine plus ou moins où l’on met les oreilles. Mais on n’est jamais à l’abri de surprises. Ne pas s'attendre à ce que l'on va entendre, voilà peut-être ce qui fait la différence avec un album ordinaire de rock. Elle est peut-être là, la magie du jazz.

Chaque titre, plein d'humour et de second degré, voudrait donner quelques indices, mais il brouille plus encore les pistes. «Fraxavol 15 μg», sous l’emprise d’une basse entêtante, révèle un mélange étrange entre Deep Purple, Zappa et autres Angus Young, «Julie In The Sky With Diamonds» aux accents plutôt groovy flirte plus avec le heavy metal qu’avec une quelconque référence aux Beatles. Et ainsi de suite. Fox n’est jamais là où on l’attend. Par exemple, «Rapture Of The Deep», sur une rythmique plus funky - cependant sombre et mystérieuse - permet à François Delporte de raconter, dans un vocabulaire riche, une histoire pleine de rebondissements, tandis que «Tethys» trempe dans un jazz rock délicat, presque classique. Sur ce dernier titre, lorsque le tempo ralentit, un très intéressant dialogue s’établit entre les trois amis et incite François Delporte à s’arracher sur sa guitare, avant de finalement adopter un phrasé audacieux - et franchement métal sur la fin - qui se conclut par un «ta gueule!» salutaire et plein de dérision.

Un peu comme le déstabilisant «Gulliver» en fin d’album, le sombre «Time Warp» s’étire très lentement, sur des tempos flottants et changeants. Les riffs de basse ouvrent chaque fois la voie et laisse paraitre de nouvelles perspectives que le groupe explore, ou effleure à peine, avant d'aller improviser ailleurs. Ici, comme sur l’ensemble de l’album d’ailleurs, Xavier Rogé déborde de créativité. Jamais il ne se répète mais distille un jeu foisonnant, bourré d’autant de finesses rythmiques que de puissance et d’explosivité.

Fox joue la surprise, invente les rythmes et bouscule la musique avec une maestria incroyable. Blasting Zone Ahead mélange les genres et les références (Urban Dance Squad, Rage Against The Machine, mais aussi peut-être Medeski, Martin & Wood ou Weather Report) avec une intense jubilation.

Cet album nettoie les oreilles autant que les idées… Alors, accrochez-vous et foncez. Ça fait un bien fou.



A+

 

 

 

Les commentaires sont fermés.