05/10/2013

The Bird The Fish and The Ball - Lynn Cassiers

lynn cassiers,rat records,chronique

Tout commence par quelques petits réglages, par quelques sons abstraits et disparates, par de légers et sourds couinements. Nous venons d’atterrir – ou d’alunir – sur une planète étrange et inconnue. A nous de jouer à l’explorateur et de découvrir l’univers de Lynn Cassiers. The  Bird The Fish And The Ball (chez Rat Records) est le premier album solo de la chanteuse, électro multi-instrumentiste et il se découvre à chaque écoute un peu plus.

Seule avec ses machines, Lynn Cassiers invente des sons, des formes musicales et des mélodies jamais entendues. Elle fait sonner les objets les plus divers avec une sensibilité poétique innée.  Elle rythme avec bienveillance les émotions.

Si la musique est créée, trafiquée et malaxée électroniquement, elle révèle cependant une chaleur et une profondeur indéniable. C’est que Lynn Cassiers nous raconte des histoires comme on raconte des contes à un enfant. La voix est pure et diaphane. Proche et irréelle à la fois. Elle chante les mots en anglais et aussi parfois en néerlandais avec la même tendresse et la même fragilité. Elle nous embarque dans un monde blanc, cotonneux, dans une sorte de cocoon amniotique.

Le ton est généralement mélancolique ou nostalgique, parfois enfantin, avec son lot de douleurs, de rêves perdus, mais aussi d’espoirs et de promesses simples.
Le travail sur la voix, en un dosage subtil, permet à Lynn Cassiers de jouer différents personnages et d’enrichir le propos, de donner du corps et de l’épaisseur aux récits.
On pense parfois à Sidsel Endresen ou à Stina Nordenstam cherchant comme elle à faire
résonner l’air ou à faire vibrer le souffle des objets.

Sa voix perle comme les gouttes d’une fine pluie rafraichissante («Pling Pling»), se dépose comme un voile de désenchantement («Cookies For Jack») ou tremble comme une prière («Rose»).

Tel un chant de sirène qui nous désoriente («Night Out Of A Weirdo’s Mind») Lynn Cassiers nous attire au plus profond de l’âme. Elle retourne nos sens, nous fait réfléchir, joue avec notre esprit. Et l'on se surprend à respirer plus lentement, puis à dodeliner légèrement de la tête et finalement à battre ostensiblement du pied. Et les couleurs changent, les pulsations varient, tout est mouvant, tout est  rassurant et incertain à la fois

The Bird The Fish And The Ball est un disque passionnant de bout en bout, d’une originalité incroyable et d’une maîtrise admirable.

C’est un voyage envoûtant et unique qu’il ne faudrait surtout pas rater. Embarquez, n’ayez crainte, vous êtes entre de bonnes mains… la fée Lynn Cassiers veille.




A+

 

 

21:14 Écrit par jacquesp dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : lynn cassiers, rat records, chronique |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.