11/11/2012

Piero Delle Monache - Sounds

Mine de rien, Piero Delle Monache aime bien prendre des risques et explorer la musique à sa manière. “Thunapa” son projet actuel, dont j’avais parlé ici, en est un bel exemple. Et ce samedi 27 octobre, dans le cadre du Skoda Jazz, au Sounds, le saxophoniste se présentait en trio.

sounds,skoda jazz,piero delle monache,alessandro marzi,tito mangialajo rantzer,claudio filippini

Exit le piano de l’excellent Claudio Filippini, seuls Tito Mangialajo Rantzer (cb) et Alessandro Marzi (dm) étaient du voyage. Un instrument harmonique en moins, voilà qui remet un peu en perspective la musique.

Celle de Thunapa est à la fois très organique - elle repose sur le souffle, les respirations, les caresses - et à la fois très onirique. Et les trois musiciens, très complices, l’ont bien assimilée. Et d’ailleurs, colorés différemment, «Rue des Saisons» ou «Ascolta se piove» ne souffrent pas de l’absence de piano.

Ce «vide» permet même au contrebassiste, par exemple, de s’aventurer dans des improvisations délirantes, sans toutefois tomber dans le saugrenu. Tito Mangialajo Rantzer joue sur la totalité de sa contrebasse. Il pince et frotte les cordes de façon très personnelle, puis il griffe le bois, le frappe, durement ou sourdement. Et, pris dans l’excitation, s’accompagne en sifflant…

sounds,skoda jazz,piero delle monache,alessandro marzi,tito mangialajo rantzer,claudio filippini

Mais bien vite, le calme revient et Delle Monache dépose délicatement des bribes de mélodies. Le public est à l’écoute, l’ambiance redevient feutrée.

C’est le moment que choisi le leader pour jouer en duo avec son… iPhone. Il lance des conversations et des rythmes enregistrés sur lesquels il improvise, avant que le thème «Thunapa» ne se dessine. Etrange moment - même s'il faut "oser" - qu’on a quand même un peu de mal à situer dans le concert.

Surtout lorsque, juste après, le trio à nouveau au complet invite un saxophoniste (que j’ai déjà entendu avec Manolo Cabras et Erik Vermeulen et dont le nom m’échappe !! Help !! ), et plonge à pieds joints dans un jazz beaucoup plus enflammé et jubilatoire. Ça échange, ça vibre et ça vit.

Et ça se termine sur un «Sentimental Mood» très aérien, histoire de conclure sur une note sensuelle ce délicat concert.


A+

 

 

 

Les commentaires sont fermés.