07/11/2012

Bart Quartier - Profiles

bart quartier,de werf,chronique,chick corea,bart van caenegem

24 petites pièces. 24 petites pépites. 24 essais pour vibraphone et piano.

Dans ce nouveau disque, Profiles (chez De Werf), Bart Quartier fait le tour des sentiments humains. Avec délicatesse et sans jamais forcer le trait.

Tout est évoqué, esquissé. Rien n’est surligné, rien n’est grossier. Chaque titre – définit par un seul mot ("Calm", "Excited", "Sloppy", etc.) - révèle une attitude, une sensation, une humeur. On passe de la timidité à l’exaltation, de l’excitation à la tristesse, de la tendresse à l’hostilité.

Le vibraphoniste échange toutes ses idées et dialogue avec le pianiste Bart Van Caenegem, avec beaucoup de pudeur et de justesse. Ensemble, ils donnent vie à leurs réflexions.

Quartier et Van Caenegem se sont rencontrés lors d’un travail basé sur les «Lyric Suite For Sextet» de Chick Corea et, très vite, se sont trouvés sur la même longueur d’onde. Rien de plus normal, dès lors, que Bart ait invité l’autre Bart à partager ce nouveau projet. Surtout que - il ne s’en cache pas - le vibraphoniste s’est inspiré des Children’s Songs de Chick Corea pour composer ce Profiles. Mais, au-delà des souvenirs d’enfance, les deux musiciens nous entraînent peut-être dans un monde un peu plus adulte.

Mises les unes à la suite des autres - de manière brève (certaines pièces ne dépassent pas la minute) ou de manière plus ample et plus fouillée - le duo nous fait voyager intérieurement et arrive à exhumer des sentiments enfouis en nous.

Ils explorent les sons de leurs instruments, jouent la résonance ou l’étouffement. Ils jouent la note solitaire, la dissonance ou l’accord parfait.

Ensemble, ils explorent aussi les différentes facettes de la composition, se fixant des objectifs et des points de chutes. La connivence fait le reste et leur permet quelques improvisations qui donnent de la consistance au dialogue. Le duo se sert autant du jazz, que du classique - parfois contemporain, parfois romantique - pour créer différentes atmosphères.

Si les 24 pièces possèdent leurs identités propres, l’ensemble est d’une belle cohérence grâce à un minutieux travail sur les nuances.

Un conseil, faite le vide autour de vous, installez-vous comme si vous alliez lire un bon livre et laissez la musique vous envahir et vous guider. Vous y verrez des images, vous entendrez des histoires et, qui sait, vous serez peut-être ému.

PS: le duo sera en concert ce mardi 13 novembre au MIM, à 12h30.

A+

 

 

 

Les commentaires sont fermés.