03/11/2012

Cruz Control - Au Pelzer à Liège

Mercredi 24 octobre, Cruz Control présentait son tout premier album Le Comment Du Pourquoi? (chez Mogno) au Jacques Pelzer à Liège.

Bonne occasion pour aller manger les fameux boulets (ils n’étaient pas à la sauce lapin comme le veut la tradition, mais à la Chimay… et tout aussi bons!) avant d’écouter le concert. Après tout, il n’y a pas de raison de ne pas se faire doublement plaisir.

cruz control, pelzer jazz club, pelzer, julie dehaye, jerome heiderscheidt, francois lourtie, jerome klein, jens bouttery

Cruz Control existe depuis près de 8 ans déjà, et leurs membres viennent tous d’horizons différents. Certains ont suivi Garrett List dans ses improvisations, d’autres ont un parcours classique et d’autres encore ont fait du rock ou font encore de l’électro… et tous font du jazz.

Et le jazz de Cruz Control n’est – comme c’est étonnant ! – pas facile à classer. On pourrait dire, de prime abord, qu’il s’agit de jazz fusion teinté de rock progressif, ou de jazz rock à la Miles parfumé au dub, d’un méli-mélo de free funk et d’avant-garde. Bref, il n'y a pas de cloisonnement définitif ici. Et la porte semble d’ailleurs bien ouverte à d’autres musiques encore. Alors, nos quatre musiciens (Julie Dehaye (Fender Rhodes), Jerôme Heiderscheidt (eb), François Lourtie (ts, ss) et Jens Bouttery (dm) qui remplaçait exceptionnellement ce soir Jérôme Klein, parti accompagner Jazz Plays Europe) ne s’en privent pas.

cruz control, pelzer jazz club, pelzer, julie dehaye, jerome heiderscheidt, francois lourtie, jerome klein, jens bouttery

Sur des tempos souvent musclés (il faut souligner l’excellente prestation de Jens Bouttery, qui s’est tout de suite «trouvé» dans le groupe), Cruz Control mélange toutes les couleurs avec beaucoup de ferveur… Et tout cela parfois dans un même morceau. C’est dire si ça remue.

Et si la musique est puissante, elle n’occulte en rien les mélodies qui restent essentielles. Cruz Control a le sens de la narration et a envie de nous emmener avec eux dans leurs histoires.

Outre le jeu riche et efficace du batteur, François Lourtie est sans nul doute l'une des locomotives du groupe. Il joue beaucoup à l’énergie et tire de son ténor un son gras et parfois rauque. Il n’hésite pas à le faire siffler, à la faire claquer. Dans les moments d’excitation extrêmes, on peut presque penser parfois à Joe McPhee ou Ken Vandermark mais aussi au punk jazz à la James Chance. D’autre part, il peut se faire très doux («Ten Tunnels») ou presque lyrique au soprano.

cruz control, pelzer jazz club, pelzer, julie dehaye, jerome heiderscheidt, francois lourtie, jerome klein, jens bouttery

De son côté, Julie Dehaye détache les notes, dessine clairement les mélodies, semble remettre le groupe sur le chemin. Elle souligne parfois, de façon soul, quelques lignes maîtresses (sur «Sleepless» par exemple), par contre, à d’autres moments, c’est un groove plus complexe, très mouvant (l’esprit Joe Zawinul n’est pas loin), flirtant parfois avec la stridence, qui jaillit de son instrument. Et quand la fougue s’empare du groupe, c’est assez irrésistible.

C’est parfois léger et joyeux aussi («Bob Et Cruz» ou «Selim»), parfois plus atmosphérique, mais jamais linéaire. En parfaite complémentarité, la claviériste et le bassiste malaxent les rythmes et les tempos, et rendent la musique presque dansante.

cruz control, pelzer jazz club, pelzer, julie dehaye, jerome heiderscheidt, francois lourtie, jerome klein, jens bouttery

Cruz Control apporte un point de vue plutôt personnel sur la musique. C’est déjà pas mal.

Avec eux, on va de surprises en surprises, sans se poser la question du Comment du pourquoi ?

Un groupe à suivre.

A+

 

Commentaires

Excellente musique de parfum seventies à la Weather Report. Du bon cru qui a certes sa place dans notre région. J'ai beaucoup aimé !

Écrit par : Jean-Louis Gaillard | 03/11/2012

Les commentaires sont fermés.