01/11/2012

Samuel Blaser Quartet - As The Sea - Hnita Jazz

Souvenez-vous, je vous avais parlé de l’un des deux concerts que Samuel Blaser avait donné au Hnita Jazz, voici quelques mois. Ce double rendez-vous était enregistré dans l’optique d’une sortie sur le label Hat Hut Records.

Et ce mardi 23 octobre, Samuel Blaser et son quartette – c’est-à-dire Marc Ducret (eg), Bänz Oester (cb) et Jeff Davis (dm), qui remplaçait l’habituel Gerald Cleaver - venaient fêter la sortie de As The Sea, là où il avait été enregistré !

samuel blaser,gerald cleaver,marc ducret,banz oester,hnita jazz,hnita hoeve,hat hut,jeff davis

À part que… le CD n’étant pas pressé (dans les deux sens du terme), il était impossible de l’obtenir ce soir même, au grand dam des musiciens et du public ! (On l’annonce pour mi-novembre !)

Mais tout cela ne nous empêchera pas d’écouter la musique de Samuel Blaser en live et dans la bonne humeur.

Si le jeu de Jeff Davis (entendu aux côtés de Michael Bates, Scott DuBois, Tony Malaby, Robin Verheyen…) est différent de celui de Cleaver - et si c’est le premier concert qu’il partage avec le groupe - cela ne l’empêche pas de s’immerger avec rapidité et avec une certaine facilité dans l’univers très particulier du tromboniste suisse. Son jeu est foisonnant et dense. Précis et très imaginatif. Dès les premières mesures, il est en parfaite osmose avec les autres musiciens. 

L’intro de ce début de concert est pourtant débridée, totalement improvisée. Marc Ducret - c’est lui qui a pris l’initiative - monte rapidement dans les tours. Toujours impressionnant de sauvagerie et de finesse. La musique est propulsée avec énergie incroyable vers son orbite : «As The Sea Part 1», un morceau… tout en retenue et mystère, car Samuel Blaser intervient comme pour apaiser l’ensemble, comme pour siffler la fin d’une anarchie toute contrôlée.

samuel blaser,gerald cleaver,marc ducret,banz oester,hnita jazz,hnita hoeve,hat hut,jeff davis

Le tromboniste maîtrise le souffle comme peu y arrivent. Il y mêle la souplesse à la virtuosité et à la vitesse d’exécution. Les notes graves font échos aux accents aigus de mélodies touffues, parfois complexes. Chacune de ses notes et chacun de ses accords sont enchaînés avec éloquence. Il trouve la phrase juste, la formulation adéquate, celle à laquelle on n’avait pas pensé. C’est cela, la musique de Blaser : une façon de dire les choses et de les exprimer dans un langage qui fusionne l’ancien (une pointe de baroque, un soupçon de blues) avec l’extrême contemporanéité.

Cela donne une musique très organique, très écrire et très libre à la fois. Une musique qui laisse beaucoup d’espace à tous les membres du groupe.

samuel blaser,gerald cleaver,marc ducret,banz oester,hnita jazz,hnita hoeve,hat hut,jeff davis

Et nos quatre musiciens se jettent à l’eau sans crier gare ! Ils s’amusent entre eux, jouent avec les vagues, avec le sac et le ressac d'une mer indomptable, puis se raccrochent, le temps d’un bref instant, aux rochers saillants de la côte. Hé oui, As The Sea, le titre de l’album, n’a vraiment pas été choisi au hasard.

Marc Ducret module, à doigts nus ou avec le plectre. Il caresse, griffe, pince. Il s’aide d’une simple pédale d’effets et produit des sons absolument délirants. Cela passe de la finesse extrême aux riffs les plus enragés !

Le quartette se déchaîne ainsi sur «Santiago», aux accents quasi hard-rock (initiés en grande partie par un Ducret intenable !) puis reprend une partie de «Boundless» (du précédent album), mais aussi un thème de Monteverdi retravaillé en un blues étonnant. Pour cela, Bänz Oester s’aide d’un bâton creusé de petites encoches pour le faire rebondir sur les cordes et créer des accidents harmoniques. Le groupe recherche l’essence même du thème. Il l’étire, le découd délicatement, l’expose sous une lumière nouvelle et en fait ressortir toute l’émotion.

Puissant et profond, le jazz de Blaser ne laisse pas indifférent. Il est par moments apaisant, parfois inquiétant mais toujours surprenant. Un peu comme lorsque l’on est face à la mer.

Et le disque (pour l'avoir quand même entendu :-) ) est une véritable réussite.

Recommandé !

A+

Les commentaires sont fermés.