19/03/2012

Mathieu Marthouret - Upbeats

Un peu de douceur et de tendresse, ça ne fait jamais de mal.

Après l’agréable premier album (Playground) chaleureusement accueilli par le public et la presse spécialisée, l’organiste français Matthieu Marthouret continue à creuser le sillon de la délicatesse avec son nouvel album Upbeats.

matthieu marthouret,sandro zerafa,david prez,maxime fougeres,manu franchi,nicolas kummert

La volonté de donner les pleins pouvoirs à l’harmonie et aux mélodies est évidente et saute aux oreilles dès les premiers accords. Marthouret aime quand ça se fredonne, se chantonne et se retienne.

Ce qui ne l’empêche pas de parsemer ses compositions d’arrangements assez sophistiqués ou de laisser de belles libertés aux musiciens qui l’accompagnent.

Il y a d’abord le mariage de l’orgue Hammond et de la guitare (celle de Sandro Zerafa ou de Maxime Fougères, selon les morceaux), qui prodigue une douceur toute parfumée de tradition. Puis il y a le soutien indéfectible de Manu Franchi à la batterie, tantôt frais et pétillant («Weird Monk» ou «Spring Bossa») tantôt d’une séduisante délicatesse («Prélude»). Et finalement, il y a les interventions du saxophone (David Prez et Nicolas Kummert se partagent l’affaire) qui pimentent l’ensemble d’explorations parfois plus aventureuses. L’alternance des deux saxophonistes permet d’ailleurs d’entendre leurs approches différentes : l’un semblant travailler plus sur l’urgence et l’autre plus sur la longueur. Tandis que David Prez ensoleille «Sping Bossa» ou «564», une courte improvisation («Kairos») et «Bends» permettent à Nicolas Kummert de chanter  - comme il sait si bien le faire - dans son ténor.

Quant à Marthouret, auteur de toutes les compositions, il distille un jeu plutôt personnel, à la fois sobre et dynamique, mêlant le jazz aux parfums funky, latino ou pop. Il évite avec intelligence les pièges du genre et tente de trouver des chemins de traverses. Et si le leader laisse beaucoup de champ à ses compagnons de jeu, c’est sans doute pour développer un véritable son de groupe. L’ensemble est d’ailleurs d’une belle homogénéité et d’une grande élégance, et nous fait passer les cinquante minutes de ce Upbeats avec beaucoup plaisir.

Le groupe sera en tournée belge à partir du 27 mars et passera par Nam’ in Jazz, le Sounds, Le Pelzer, La Madelonne et le Stuk. A bon entendeur…



A+

 

Les commentaires sont fermés.