04/11/2011

Yokai & Lieven Venken - Fonograf & Archiduc

Le jazz, ça se joue partout. Et comme me le disait dernièrement encore un ami musicien, ça se joue de plus en plus souvent hors des clubs aussi : dans des cafés, des petits endroits insolites, des restaurants, chez des particuliers… Ok, ce n’est pas nouveau et ce n’est pas qu’un phénomène belge, mais la tendance semble aller de plus en plus dans ce sens.

Dernièrement, je suis allé me balader du côté du Fonograf, un tout nouvel endroit, cosmopolite et alternatif (le terme est un peu tarte à la crème, mais je n’ai rien trouvé d’autre). On peut y manger, voir des expos, boire un verre ou deux ou dix, faire la fête avec des DJ’s, et écouter du jazz.

001.jpg

Vendredi 21, il y avait Yokai, c’est à dire Axel Gilain (cb, eb), Yannick Dupont (dm), Fred Becker (ts) et Jordi Grognard (ts, fl). L’endroit est un peu bruyant - mais c’est cela aussi qui fait son caractère - et le groupe a intérêt à « envoyer ». Yokai s’arroge la tâche sans problème. Il y a du monde qui écoute… ou pas. Le jeune quartette – car ils jouent depuis peu ensemble -  enchaîne les standards, ou plutôt des thèmes emblématiques d’Eric Dolphy, Charles Mingus mais aussi de Mulatu Astatke. L’ambiance est chaude. Chacun des musiciens mouille sa chemise. On y va à fond, avec un enthousiasme qui fait plaisir à voir. On s’amuse en tentant sérieusement des échanges riches et surprenants. Concert court mais intense et groupe à suivre.

Autre jour, autre lieu.

Samedi 28, je fais un détour par l’Archiduc.

002.jpg

Lieven Venken (dm) invite depuis un mois ses friends. Ici aussi il y a du monde – mais peut-être un peu moins de bruit – et on revisite également les standards. Et quand les amis s’appellent Ewout Pierreux (p), Michel Hatzi (eb) et Jeroen Van Herzeele (ts), on peut s’attendre à une vision plutôt musclée et actuelle des choses. John Coltrane, Bill Evans, Charlie Parker… Les thèmes sont dépoussiérés, briqués, revisités et exposés avec fougue et talent. On prend des libertés (que les auteurs de ces tubes n’auraient certainement pas reniés) tout en respectant la tradition. C’est un peu comme si on sortait la belle vaisselle de bonne-maman qui est restée trop longtemps dans le buffet, pour y servir de la nouvelle cuisine. Et c’est bien. Et c’est bon. Et on en redemande. Ça swingue (wooo, les chorus d’Ewout !), ça bouge (haaa, le timing de Lieven), ça groove (bang ! les assauts de Michel), ça bouillonne (rhaaa, les excès de Jeroen).

003.jpg

Le plaisir est communicatif entre les musiciens et le public…

Il n’y a pas à tortiller du cul : le jazz est éternel ! C’est un caméléon qui s’adapte à toutes les situations, qui se sent bien dans son époque et qui n’est pas prêt de tirer sa révérence.

Allons, sortons !

 

A+

Commentaires

Excellent Jacques!

Je ne m'attendais pas à trouver une petite review de Yokai, belle surprise! Bien des concerts sont passés depuis ce vendredi 14 octobre au Fonograf'...
Yokai a aussi joué le 26 octobre au Bonnefooi et le 9 et le 23 octobre au Potemkine, également un nouveau lieu 'branché'. Nous y serons à nouveau le dimanche 27 novembre.
Je voudrais ajouter que Yokai s'est formé fin mai dernier à l'initiative de Yannick Dupont pour ses open sessions tous les derniers jeudis du mois au Recyclart, In Vitro Experience. Le répertoire se compose de 'coups de cœur', entre du Zorn, quelques morceaux éthiopiens, reprises de Mulatu Astatke, un Dolphy (Serene), un Mal Waldron (Status Quo) et de quelques compositions dans une certaine veine jazz 'ethnique'. Il faut que ça groove, on joue des flutes, des percus, des clarinettes, des bansuris, un 'world mix' qualifié par Fred Rasta (programmateur du Fonograf et ex-Bonnefooi) de "global ethio-jazz".
Prochain rdv: le 23 novembre au Chat-pitre, autre haut lieu de la scène active bruxelloise et le 27 au Potemkine!

A bientôt!

Jordi

Écrit par : Jordi Grognard | 04/11/2011

Les commentaires sont fermés.