28/08/2011

Jazz et Polar - Bob Garcia

 

« Jazz et Polar ».

Voilà encore un livre que j’avais acheté il y a quelque temps déjà. Je ne l’avais pas trouvé lors de son édition en 2007, mais, à la dernière Foire du Livre de Bruxelles, j’ai pu mettre la main dessus. Et j’ai même eu l’occasion de rencontrer et de bavarder avec son auteur: Bob Garcia.

Bob Garcia écrit des romans policiers, il est musicien de jazz, chroniqueur pour TSF Jazz et aussi Tintinologue (ce qui lui a valu quelques démêlées avec Moulinsart… normal, quand on connaît la rigidité navrante de cette institution).

chronique, bob garcia, livre, livres,

« Jazz et Polar » est assez fascinant dans le sens où l’auteur ne s’empêtre pas dans de longues analyses intellectuelles, mais préfèrent étayer son discours de larges extraits.

Autant dire que cet essai se lit quasiment comme un roman noir. C’est palpitant de bout en bout.

Bob Garcia développe son sujet avec méthode.

D’abord, un plan large sur le jazz et son décor. Et puis, petit à petit, il s’intéresse plus précisément aux lieux fétiches, à l’intrigue, aux acteurs et à leur psychologie…

Et l’on survole ainsi les chefs-d’œuvre de Chester Himes, David Goodis, Dashiell Hammett, mais aussi de Nat Hentoff, Ripley, Villard, Manchette, Izzo, Et l’on découvre aussi des auteurs beaucoup moins connus, mais tous aussi passionnants.

Avec ces innombrables extraits, Bob Garcia nous met l’eau à la bouche.

La musique du diable, Le patron de la boîte de jazz, After hours, Le mythe de la chanteuse, l’imprésario véreux, La pute et le mac, Jazz et humour… voilà quelques un des thèmes traités par l’auteur. C’est court, vif, précis et vraiment intéressant.

Et puis, la musique est omniprésente, bien sûr. On l’entendrait presque.

Buddy Bolden, Duke, Bird, Trane, Prez, Maynard Fergusson, Errol Garner, Dexter Gordon… Les références sont infinies.

Et comme si cela ne suffisait pas, la dernière partie du livre recense des centaines de titres, accompagnés presque chaque fois de quelques lignes explicatives. Un boulot d’orfèvre.

Bref, voilà le genre de bouquins que l’on dévore d’un seul coup et vers lequel on risque de revenir souvent pour en grignoter encore et encore quelques pages.

 

A+

16:49 Écrit par jacquesp dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : chronique, bob garcia, livre, livres |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.