21/08/2011

Wu Ming 1 - New Thing

 

Wu Ming est le nom d’un collectif de cinq auteurs italiens. Il signifie “anonyme” en chinois. Wu Ming est en quelque sorte le groupe émanant d’un précédent collectif nommé Luther Blissett Project (du nom de l’un des premiers footballeurs noirs à avoir jouer au Milan AC et à avoir subi plus d’injures racistes que d’encouragements).

Le Luther Blissett Project s’amusait à faire des canulars médiatiques, à propager de fausses informations, bref, à déstabiliser et à dénoncer certains “mensonges” médiatiques.

Wu Ming 1 est donc le pseudonyme de Roberto Bui. Et “New Thing” est le titre du livre paru en 2007 chez Métailié. Je l’avais acheté lors de la dernière Foire du Livre de Bruxelles, et je n’avais pas encore eu le temps de le lire.

C’est que ce roman (Essai ? Bio ? Ovni ?) ne se lit pas à la légère. Il vaut mieux être attentif et concentré, car sa construction narrative est assez déroutante au premier abord.

livre, livres, wu ming, new thing, metailie, roberto bui

L’écriture est plutôt singulière. Et bien en phase avec le sujet, à vrai dire.

Les styles s’entrechoquent de chapitre en chapitre et il faut un petit temps d’adaptation pour en acquérir le rythme. Témoignages, articles de journaux, poésies, passages romancés, dépositions, tout se mêle à la façon d’un reportage télévisuel où archives, fiction et réalité se télescopent.

L’action de “New Thing” se situe au milieu des années soixante - en 67, pour être précis - en pleine explosion du free jazz et au plus fort de la contestation noire. Ce sont les derniers mois de Coltrane, aussi. Son ombre plane.

New Thing mélange la réalité politique, historique et musicale. On y invente des groupes, des lieux, des rencontres. On garde l’esprit free jazz. L’esprit de son combat, de son discours, de ses revendications.

Il y est donc question de musique, mais aussi de politique et d’enquête policière.

On y croise Ornette Coleman, Bill Dixon, l’Art Ensemble Of Chicago, Archie Shepp, Pharoah Sanders, Sun Ra… On évoque Malcolm X, Bobby Seale, Martin Luther King… Il y a le FBI, le Black Panther, le ghetto. Il y est question des droits (et des non droits, surtout) des noirs. De lutte. D’assassinats mystérieux. Toujours des noirs. Toujours de jeunes joueurs de jazz. De free Jazz.

“New Thing” est bourré de références, d’inventions, d’analyses et de points de vues.

C’est un portrait sans complaisance des différentes organisations, des hommes et du climat incertain de l’époque (de l’époque??).

C’est une enquête, quarante ans après les faits - mi-réels, mi-inventés - pour dénouer le nœud du mystère… et les langues.

C’est pas tout rose et c’est palpitant.

 

A+

12:40 Écrit par jacquesp dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : livre, livres, wu ming, new thing, metailie, roberto bui |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.