21/05/2011

Jazz à Liège 2011

Avant de revenir sur quelques concerts plus anciens (Mâäk’s Spirit, The Sisters) et avant de parler de ceux qui ont suivi - ce qui est assez logique – voici un petit tour d’horizon de mon passage à Jazz à Liège (en attendant un article sur Citizen Jazz).

La foule arrive petit à petit au Palais des Congrès, ce vendredi 13 mai.

jazz a liege, greg houben, pierrik pedron, neil cowley, igor gehenot, antoine pierre, sam gerstmans, erik truffaz, anna aaron, oran etkin, stefano di batistta, jonathan kriesberg, jeff ballard, francesco puglisi, julian oliver mazzariello, david murray, chris beck, steve colson, jaribu shahid, tony allen, jimi tenor, jacques schwarz bart, retroviseur

Mon premier objectif est d’aller voir et écouter le quartette de Greg Houben avec Pierrick Pedron. Je les avais entendus (un set seulement) lors de leur dernier passage au Music Village. La rencontre entre le trompettiste belge et le saxophoniste français est une belle réussite. D’abord ça swingue, puis c’est tendre, puis ça claque à nouveau. Les cinq musiciens s’entendent à merveille et chacun d’eux arrive à pousser l’autre plus loin. Ou ailleurs. Après le concert, je passe un moment avec Greg et Pierrick pour une interview (à lire prochainement sur Citizen Jazz). Simplicité, second degré, humour et complicité… pareil que sur scène.

Du coup, je ne suis pas allé écouter The Sisters (Hatzi et Galland) que j’avais vu quelques semaines auparavant au Sounds lors d’un concert détonnant. Il paraît que ce vendredi, au Club Maison du Jazz, c’était tout aussi brûlant. M’étonne pas.

jazz a liege, greg houben, pierrik pedron, neil cowley, igor gehenot, antoine pierre, sam gerstmans, erik truffaz, anna aaron, oran etkin, stefano di batistta, jonathan kriesberg, jeff ballard, francesco puglisi, julian oliver mazzariello, david murray, chris beck, steve colson, jaribu shahid, tony allen, jimi tenor, jacques schwarz bart, retroviseur

Je vais voir Neil Cowley (p) dans la grande salle. J’avais vu ce trio lors du Motives Jazz Festival à Genk en 2008. Basé, la plupart du temps, sur des longues montées en puissance, le trio reste un peu trop dans le systématisme. Neil ne manque pas de charisme et l’interaction entre les trois musicien est forte…

jazz a liege, greg houben, pierrik pedron, neil cowley, igor gehenot, antoine pierre, sam gerstmans, erik truffaz, anna aaron, oran etkin, stefano di batistta, jonathan kriesberg, jeff ballard, francesco puglisi, julian oliver mazzariello, david murray, chris beck, steve colson, jaribu shahid, tony allen, jimi tenor, jacques schwarz bart, retroviseur

Je préfère aller écouter un jeune qui promet (encore!?): Igor Gehenot. Accompagné à la contrebasse par Sam Gerstmans et à la batterie par Antoine Pierre, Igor démontre un sens inné du rythme. Son jeu est clair, vif et précis. Il y a chez lui autant de lyrisme et de sensibilité qu’il  y a de fougue et d’exaltation. Le trio mélange habilement standards et compositions originales qui ne manquent pas de personnalité. À suivre.

jazz a liege, greg houben, pierrik pedron, neil cowley, igor gehenot, antoine pierre, sam gerstmans, erik truffaz, anna aaron, oran etkin, stefano di batistta, jonathan kriesberg, jeff ballard, francesco puglisi, julian oliver mazzariello, david murray, chris beck, steve colson, jaribu shahid, tony allen, jimi tenor, jacques schwarz bart, retroviseur

Retour dans la grande salle, bourrée, pour écouter Erik Truffaz. Avec son “nouveau” claviériste, Benoit Corboz, le groupe laisse un peu de côté le rock pour se rapprocher peut-être de la soul ou même du funk… à la sauce Truffaz bien sûr, entre groove et moments plus éthérés. Ce n’est qu’en rappel qu’on aura droit aux morceaux chantés, non pas par Sophie Hunger comme sur l’album “In Between”, mais par Anna Aaron à la voix graineuse et légèrement voilée, dont l’univers est à découvrir assurément.

Je retrouve Erik Truffaz et sa bande et j’en profite pour faire une courte interview (à lire bientôt sur Jazzques).

Puis, je rejoins la fameuse péniche pour assister à la jam. L’ambiance est chaude et les musiciens se succèdent sur la petite scène. Ambiance.

Mais il commence à se faire très tard…

jazz a liege, greg houben, pierrik pedron, neil cowley, igor gehenot, antoine pierre, sam gerstmans, erik truffaz, anna aaron, oran etkin, stefano di batistta, jonathan kriesberg, jeff ballard, francesco puglisi, julian oliver mazzariello, david murray, chris beck, steve colson, jaribu shahid, tony allen, jimi tenor, jacques schwarz bart, retroviseur

Samedi 14, Oran Etkin est sur scène. Oran avait fait sensation l’année dernière à Comblain avec sa musique qui mélange jazz, klezmer et musique malienne. C’est joyeux, parfois étonnant et toujours prenant. Oran arrive à trouver l’équilibre entre ces mondes et à fabriquer son univers propre. J’en discute avec lui après le concert et vous pourrez bientôt lire son interview… En attendant, si vous voulez le découvrir, amis français, rendez-vous au Sunside et au Sunset à Paris, fin juin.

 

Stefano Di Battista, un peu enrhumé, était venu présenter son dernier album “Woman’s Land”, entouré d’une belle équipe (l’efficace Jeff Ballard (dm), le jeune et impétueux Julian Oliver Mazzariello (p), Francesco Puglisi (cb) et Jonathan Kreisberg (g) ). Ça swingue rondement. C’est enlevé et ça tourne bien. Stefano entretient la tradition jazz avec toute la chaleur et le charme italien.

jazz a liege, greg houben, pierrik pedron, neil cowley, igor gehenot, antoine pierre, sam gerstmans, erik truffaz, anna aaron, oran etkin, stefano di batistta, jonathan kriesberg, jeff ballard, francesco puglisi, julian oliver mazzariello, david murray, chris beck, steve colson, jaribu shahid, tony allen, jimi tenor, jacques schwarz bart, retroviseur

J’en profite pour interviewer Jonathan Kreisberg (je l’avais découvert au Sounds en 2009 et j’avais raté le rendez-vous qu’on s’était donné au Jamboree à Barcelone récemment). Guitariste à découvrir.

jazz a liege, greg houben, pierrik pedron, neil cowley, igor gehenot, antoine pierre, sam gerstmans, erik truffaz, anna aaron, oran etkin, stefano di batistta, jonathan kriesberg, jeff ballard, francesco puglisi, julian oliver mazzariello, david murray, chris beck, steve colson, jaribu shahid, tony allen, jimi tenor, jacques schwarz bart, retroviseur

David Murray sur scène, c’est magnifique. Avec son Black Saint Quartet, il met le feu à une salle comble. Démarrage tonitruant, passage obligé par la musique des îles et retour à la tendance free (quand Murray fait dire ce qu’il veut, dans tous les tons, à son saxophone, on reste scotché.) Autour de lui il y a l’impassible et excellent pianiste Steve Colson, le puissant Chris Beck aux drums et Jaribu Shahid à la contrebasse. Quartette exceptionnel.

jazz a liege, greg houben, pierrik pedron, neil cowley, igor gehenot, antoine pierre, sam gerstmans, erik truffaz, anna aaron, oran etkin, stefano di batistta, jonathan kriesberg, jeff ballard, francesco puglisi, julian oliver mazzariello, david murray, chris beck, steve colson, jaribu shahid, tony allen, jimi tenor, jacques schwarz bart, retroviseur

Un petit passage chez Jacques Schwarz-Bart et un coup d’œil chez Tony Allen et Jimi Tenor. Tout ça balance bien. Et il y a du monde partout..

jazz a liege, greg houben, pierrik pedron, neil cowley, igor gehenot, antoine pierre, sam gerstmans, erik truffaz, anna aaron, oran etkin, stefano di batistta, jonathan kriesberg, jeff ballard, francesco puglisi, julian oliver mazzariello, david murray, chris beck, steve colson, jaribu shahid, tony allen, jimi tenor, jacques schwarz bart, retroviseur

 

Il y a beaucoup de monde aussi dans le club où se produit Rétroviseur.

Ha! La belle révélation! Une bande de jeunes français qui détourne les instruments et balance un jazz à la limite du rock et de l’expérimental. Tout cela avec une ligne de conduite bien précise et une liberté insolente. C’est intense et fascinant. Ça joue fort, c’est plein de surprises et ça fait un bien fou.

Une belle façon de clôturer un très bon festival.

À suivre, donc…

 

À+

Les commentaires sont fermés.