21/03/2011

Printemps, jazz et poésie. Nicolas Kummert Voices

 

Quatorzième rendez-vous du «Z Band» (chaque trimestre, une poignée d’irréductibles bloggeurs – voir la liste en bas d’article – écrivent sur un sujet commun et le mettent en ligne en quasi-simultanéité). Thème du jour: printemps, jazz et poésie.

voices01.jpg

Nicolas Kummert Voices

Avec un tel nom - plutôt que «groupe» ou «quintet», par exemples - le projet de Nicolas Kummert en dit déjà long ses intentions. Il faut dire que le saxophoniste chante dans son instrument depuis quelque temps déjà, à la manière d’un Rahsaan Roland Kirk ou d’un Magic Malik.

Mais, cette fois-ci, l’objectif semble nettement plus défini.

Le projet «Voices» a vu le jour au Gaume Festival 2009, lorsque Jean-Pierre Bissot a offert une carte blanche à Nicolas Kummert. Tout heureux, celui-ci a rassemblé autour de lui quelques superbes musiciens. Hervé Samb (g), Nicolas Thys (b), Jozef Dumoulin (p) et Patrick Goraguer (dm) (remplacé, depuis, par Lionel Beuvens). Deux ans plus tard, «One», le disque, est sorti chez Prova Records et une belle tournée s’en est suivie.

Kummert aime mélanger les genres. On l’a vu dans des groupes de musiques ethniques, des groupes de rock ou aux côtés de DJ. Il aime les rythmes de la musique africaine, il aime le reggae, la pop, la chanson et le jazz bien sûr. Et il aime les voix.

Alors, sur le morceau qui ouvre l’album, dans un balancement ample et doux, tout le monde chante ou fredonne. «Petit Simon Millionnaire» nous emmène en douceur au pays de la poésie…

Car, il y a de la poésie. Beaucoup de poésie.

Nicolas Kummert adore Jacques Prévert. Et on l’imagine bien, se baladant avec son saxophone sous le bras, un livre de Prévert dans les mains et des «Paroles» dans la tête.

Mettre en musique les paroles de Prévert, voilà son rêve.

Seulement, les ayants droit ne l’entendent pas tout à fait de cette oreille. Qu’à cela ne tienne, Kummert rendra hommage à Prévert à sa façon, sans oublier de régler quelques comptes au passage. Empêché de reprendre les mots du «Grand Jacques», il en évoque l’esprit, remettant quelques pendules à l’heure avec «Affaires de Famille» (clin d’œil à «Familiale») et «Compagnons Des Mauvais Jours».

Il trempe une plume amère pour écrire puis déclamer et chanter, avec beaucoup de classe et de dignité, sa tristesse face à ce refus. C’est que, Nicolas Kummert compose bien, joue bien, chante bien et en plus - le bougre – il écrit bien.


Ceci n’est pas un texte de Prévert

Tel que j’aurais aimé vous le conter.

Sans s’intéresser à mon univers,

Sans même se donner la peine d’écouter,

La petite fille argentifère,

Les ayants droit m’en ont empêché.

Foutez la paix à mon grand père

Personne ne vous a rien demandé.

Repose en paix, grand-père Prévert,

Tes héritiers veillent au grain.

Tes poèmes restent dans leur verrière

Et tes paroles dans ton couffin.

Seules tes idées sortent de terre

Car une idée, ça ne vaut rien.

Car c’est bien d’une histoire de grains

Qu’il s’agit, vous vous en doutez.

Des petits grains tout ronds,

Hérités, pas gagnés.

Collectés, grappillés.

Pas mérités par ces dindons.

Surtout pas cultivés.

Collectés, grappillés.

Moi, dégoûté par cette trahison,

J’en ai massacré mon poulailler.

Compagnon des mauvais jours,

Je te souhaite une bonne nuit

Car aujourd’hui, c’est la basse-cour

Qui rançonne ton usufruit.

Comprend-moi bien vieux Jacques,

Ta casquette et ta pipe en bois,

Qu’ils en héritent, tes oisillons.

Mais tes poèmes, ils sont à moi

Ainsi qu’aux autres compagnons…

(© Nicolas Kummert – Compagnons des mauvais jours)


Rassurez-vous, tout cela se fait en douceur et en subtilité toute musicale. Après ces paroles fredonnées ou chantonnées, comme débarrassé d’un poids, le groupe fait place à la fête, laisse éclater le groove et chacun y va de son solo. Et je vous jure qu’on dodeline de la tête et qu’on bat du pied. Prévert aurait aimé.



 

Mais «Voices» n’est pas centré uniquement sur le célèbre poète français.

Outre quelques compositions originales (dont le très beau «Mourir Vivant»), on y retrouve aussi  un «Monk’s Dream» étonnant: en version reggae! Le sax sonne, ondule, cri parfois et c’est irrésistible.

Puis, Hervé Samb fait sonner sa guitare à la manière d’un n’goni sur «Folon» de Salif Keita, tandis que Nicolas Thys et Lionel Beuvens assurent comme de fous une rythmique endiablée.

De «Close To You» (cette douce sucrerie pop que Burt Bacharach a écrit pour les Carpenters), Kummert en fait un bouquet de fleurs. C’est plein de finesse et de tendresse primesautière. D’abord une intro à la boîte à musique, puis un chant délicat… et la magie opère. Les échappées brillantes et fraîches de Jozef Dumoulin, qu’on a tellement l’habitude d’entendre au Fender Rhodes, rappellent ici qu’il est aussi un très grand pianiste.

«Voices» a tourné pas mal en Belgique, autant en Wallonie, à Bruxelles, qu’en Flandre, (histoire de tordre le cou à nos absurdes problèmes communautaires) avec Alexi Tuomarila au piano. Pur plaisir qui, je l’espère, se renouvellera et débordera même hors de nos frontières, parce que  «Voices» s’écoute et se réécoute avec bonheur. Comme une poésie de printemps.

 

A+

 

Les autres poètes du Z Band :

Ptilou’s Blog

Belette et Jazz

Jazz Frisson

Jazz O Centre

Flux Jazz

Dorham's posterous

MysterioJazz

 

Commentaires

Joli ! ce texte dédié à Prévert. Il faut nous envoyer plus souvent sur la rue des Lombards, ces groupes nordiques.
Ah oui, Jozef Dumoulin au Fender, c'est très, très bien (vu récemment avec Benzine/ Vaillant).

Écrit par : ptilou | 21/03/2011

Curiosité toujours : comme notre musicien s'exprime en flamand (dont je ne comprends un traitre mot), j'ai été voir là :
http://www.youtube.com/watch?v=XzvCZZxiGjk
Je n'ai pas pu bloquer mon pied gauche; il continuait de battre la mesure. Une sacrée pêche !

Écrit par : dolphy00 | 21/03/2011

Car aujourd’hui, c’est la basse-cour

Qui rançonne ton usufruit.

Comprend-moi bien vieux Jacques,

Ta casquette et ta pipe en bois,

Qu’ils en héritent, tes oisillons.

Mais tes poèmes, ils sont à moi

Ainsi qu’aux autres compagnons…

Ahhhhh.... le copyright encore....

A qui appartient la poésie et la littérature?

Merci pour cette découverte l'ami!

Écrit par : Jazz Frisson | 21/03/2011

Très belle découverte ! Et bien jolie plume... qu'apprécierait aussi, par similitude de situation, Bob Garcia, fan de jazz et de Tintin, mais très très très en froid contre l'ayant-droit, ce qu'évidemment, Jacques, tu n'ignores pas ;-)

Écrit par : la pie blésoise | 21/03/2011

Les commentaires sont fermés.