01/03/2011

Scott DuBois Quartet à L'Archiduc

Voilà plusieurs fois que Scott DuBois s'arrête du côté de la rue Dansaert.
Cette fois-ci, dimanche 6 février en fin d’après midi, je ne l'ai pas raté.

L’Archiduc est relativement bien rempli. On y croise quelques têtes connues: Jean-Paul Estiévenart, Toine Thijs, Teun Verbruggen, Yannick Peeters

Le quartette démarre avec vigueur. Un peu comme lorsqu’on s’écraicit la voix avant de chanter, le premier morceau monte vite en puissance. Histoire de nettoyer le terrain, de dégager la voie, de marquer son territoire. Scott DuBois joue la saturation, ses riffs sont agressifs, le son est saturé. Au ténor, Gebhard Ullmann met la pression. Kresten Osgood impose un bourdonnement ferme et foisonnant. Thomas Morgan pétrit les cordes de sa contrebasse.

Ok, tout le monde est sur orbite. Tout le monde est chaud.

scott dubois, archiduc, michael blake, gebhard ullman, thomas morgan, kresten osgood 

Après ce départ tonitruant, la suite du concert sera plus nuancée et le groupe alterne les moments de grandes plénitudes avec d’autres, plus nerveux. Parfois, c’est comme une longue marche dans le désert où personne ne parle mais où tout le monde se comprend. On communique d’un regard, d’une pensée, d’un mouvement… et puis tout explose, comme s’il s’agissait d’une délivrance.

Un morceau, plus atmosphérique, évoque des paysages arides. La musique se fait contemplative. D’autres thèmes sont plus évolutifs et Gebhard Ullmann, au ténor, au soprano ou à la clarinette basse, nous emmène dans des univers assez particuliers. Étonnant souffleur.

Puis, quand Kresten Osgood - que j'avais remarqué sur un album de Michael Blake (Blake Tartare) qu'un ami m'avait fait découvrir voici quelque temps – impose ses coups secs et tranchés, les sons giclent. Le morceau se construit par couches, brillantes et éclatantes. On s’élève chaque fois d’un niveau. Ça transpire d’exaltation, jusqu’à atteindre un paroxysme cataclysmique. Et puis, comme lâché dans le vide, Gebhard Ullmann laisse libre cours à ses improvisations. C’est comme s’il se débâtait dans une interminable chute libre. De sa clarinette basse, il va chercher les notes les plus hautes, détournant ainsi le son caractéristique de l’instrument. Il joue des intervalles très contrastés. La note la plus aiguë côtoie les plus sombres. Le relief est abyssal. C'est jubilatoire.

scott dubois, archiduc, michael blake, gebhard ullman, thomas morgan, kresten osgood

Et Scott DuBois, dans tout ça ? Il est là, bien présent. Chez lui, il y a à la fois la puissance d’un guitariste rock mêlée à la souplesse d’un jazzman. Il développe un jeu harmonique souple et nerveux. Une certaine douceur s’en dégage, qui contraste avec les délires de Ullmann. Mais dans ce gant de velours, il y a une main de fer. Difficile de lui trouver une filiation. Ou alors, il y en a trop. Et de toutes ces pseudos influences, Scott DuBois en retire une approche très personnelle, un phrasé singulier, un son unique.
Semblant de rien, il fait monter la sauce et l'esprit d'Ornette Coleman plane sur le groupe par instants.

Thomas Morgan, semble absent, le regard dans le vide. Pourtant, sa présence est indispensable. Dépouillé et exempt de fioriture, son jeu est précis, net, sans faute. Il se faufile partout. Il est en osmose complète avec le jeu toujours surprenant de Kresten Osgood. Sous des airs débonnaires, le batteur est d’une clarté et d’une finesse incroyables. Et quand, soudain, il se lâche dans un foisonnement de rythme, on vacille. Déjanté, sans soute, malin certainement.

scott dubois, archiduc, michael blake, gebhard ullman, thomas morgan, kresten osgood

Scott DuBois possède quelque chose de précieux: une inventivité qui parle autant aux tripes qu’à la tête. Il a de l’énergie à revendre, distillée avec parcimonie et intelligence. C’est le genre de guitariste qui a quelque chose à raconter et qui, pour y arriver, ne se met jamais trop en avant, mais s’appuie sur un groupe d’une incroyable cohésion.

 

A+

 

Commentaires

Merci Jacques ! comme ton article me fait plaisir ! je crois en lui depuis environ 5 ans.. un génle musical pour moi ! écouter et voir ces deux vidéos sur youtube http://www.youtube.com/watch?v=5M4Howo3byM et http://www.youtube.com/watch?v=XnHFHsc2zKM. Merci pour ton excellent blog sinon !

Écrit par : Juan Carlos Hernandez | 02/03/2011

Salut Juan,

Merci de ta visite! Oui, vraiment, Scott DuBois et son groupe m'ont laissé une toute bonne impression. Ça fait du bien. Et merci pour le lien.
A+

Écrit par : jacques | 02/03/2011

Merci pour cette revue Jacques!

Écrit par : Sébastien Hubert Vassen | 06/03/2011

Les commentaires sont fermés.