26/02/2011

Grégoire Maret à l'F à Dinant

 

Samedi 5 février, L’F, le club de jazz de Dinant est bondé pour accueillir Grégoire Maret, star montante de l’harmonica, adoubé par Toot Thielemans lui-même. D’ailleurs, ce soir, Toots est venu aussi… en spectateur, et s’est installé au premier rang. Ce n’est qu’échange de politesse car Grégoire à l’habitude d’aller écouter Toots lors de ses passages au Blue Note à New York. Il faut dire que le jeune harmoniciste suisse s’est installé dans la Grosse Pomme voici plus de quinze ans. C’est là, après avoir terminé ses études à la New School University, qu’il a commencé à collaborer avec quelques grands noms du jazz, tels que Pat Metheny, Marcus Miller, Herbie Hancock, Cassandra Wilson et d’autres encore.

À Dinant, il est venu accompagné de Reggie Washington (eb, b), Federico Gonzalez Pena (p) et Clarence Penn (dm).

l f, f, dinant jazz nights, gregoire maret, clarence penn, reggie washington, Federico Gonzalez Pena

La musique de Maret est généralement feutrée, mélodique et lyrique, mais ne manque pas de nervosité par instants. Les deux premiers morceaux sont très doux et caressants. Clarence Penn joue délicatement et utilise principalement les balais. Il s’aide de temps à autre de légers effets sur son electro drum pad et de quelques rythmes préenregistrés. Tout est soyeux, et extrêmement bien mis en place. Il y aura, plus tard quelques solos beaucoup plus vifs où tout le groupe s’amuse sur des métriques plus sophistiquées. Des moments qui, du coup, mettent en valeur la délicatesse des thèmes plus doux.

Grégoire Maret est très charmeur, souvent romantique. Il met peu d’effet dans le son de son harmonica, mais dégage déjà une belle personnalité. De la douceur et du lyrisme, certes ce sont les bases de son style, mais il possède aussi une belle capacité à enflammer certains morceaux. Quelques-uns de ses solos flirtent avec les aigus qu’il maîtrise avec beaucoup d’agilité pour en souligner toutes les nuances.

l f, f, dinant jazz nights, gregoire maret, clarence penn, reggie washington, Federico Gonzalez Pena

Reggie Washington, aussi à l’aise à la contrebasse qu’à la basse électrique s’intègre avec bonheur dans l’ensemble. Il soutient mais n’hésite pas, de temps en temps, à prendre des chemins de traverses. Légèrement funky, toujours subtil, ça balance et ça swingue gentiment.

l f, f, dinant jazz nights, gregoire maret, clarence penn, reggie washington, Federico Gonzalez Pena

Celui qui impressionne le plus est sans doute le pianiste uruguayen Federico Gonzalez Pena. Son toucher est chaud et virtuose. On ressent chez lui cette touche afro-cubaine, à la fois douloureuse et mélancolique et à la fois explosivement optimiste. Il injecte, dans ses phrases et ses rythmes chaloupés, des accélérations subites, pétillantes et ensoleillées. Passant du piano au Fender, ses attaques sont franches et nerveuses, son jeu est acéré. Parfois aussi il instaure des plages plus atmosphériques rappelant des ambiances à la Brian Eno.

l f, f, dinant jazz nights, gregoire maret, clarence penn, reggie washington, Federico Gonzalez Pena

Et puisque Toots est dans la salle, on aura droit à un duo.

Toots reste assis au milieu du public, Grégoire est face à lui. D’abord ils se cherchent. Gregoire donne quelques indications. Toots cherche un peu sa route. Grégoire le met sur la voie… et une fois le déclic trouvé, la magie opère. Il y a soudain un supplément d’âme dans la musique. On joue avec le cœur et l’émotion est palpable.

l f, f, dinant jazz nights, gregoire maret, clarence penn, reggie washington, Federico Gonzalez Pena

Ce soir, c’était un beau concert de club, cosy et chaleureux, parfois peut-être un peu trop sobre, un peu trop sage, le groupe faisant la part belle aux ballades et aux trendres mélodies. Mais on entendra sans doute encore parler de Grégoire Maret et aussi certainement de Federico Gonzalez Pena qui me laissa vraiment une très belle et forte impression.

 

Prochainement, le 5 mars, Jazz l’F accueillera cette fois-ci Enrico Piranunzi (et si vous n’êtes pas à Dinant ce soir-là, vous pourrez vous rattraper en allant écouter le pianiste italien au Sounds quelques jours plus tard, le 10 et 11 mars…)

 

 

A+

 

 

 

Les commentaires sont fermés.