14/01/2011

A Kind Of Mess Trio - Sounds

 

Jeudi 30 décembre, Mess Trio au Sounds… ou plutôt A Kind Of Mess Trio

Mess Trio c’est le groupe du batteur Didier Van Uytvanck, avec Cédric Raymond à la contrebasse et Fred Delplancq au sax. Ils se sont encontrés au Chat-pitre. Ou, du moins, c’est là qu’ils ont décidé, après quelques jams, de former le groupe.

mess02.jpg

Ce soir, au Sounds, Fred n’est pas là. Et le trio ne jouera donc pas son “jeune” répertoire. Et puisque c’est comme ça, Cedric Raymond a plutôt envie de jouer du piano que de la contrebasse. Alors, on a redistribué les rôles, on a invité Boris Scmidt à la contrebasse et Nicolas Kummert au sax... on aurait pu tirer de plus mauvaises cartes!

Et ce soir, veille du réveillon de nouvel an, on a décidé de se faire plaisir… differement.

On revoit quelques standards (“In A Sentimental Mood” , “It Could Happend To You”) avec lesquels on prend toutes les libertés. Et rapidement, Nicolas Kummert s’enflamme, propulse et lance Cedric Raymond. Celui-ci n’en demande pas tant. Dans son jeu, on perçoit les effluves d’un Thelonious Monk, une pointe d’accent à la Oscar Peterson et même des éclats à la Junior Mance. Cédric Raymond, c’est plein de surprises, d’accidents et de clins d’œil. “Cherokee” est totalement redessiné. Le thème s’esquive, se cache ou semble prendre la fuite. Boris Schmidt se fait lyrique, s’échappe, revient, passe la main à Didier Van Uytvanck. Un solo, rammassé, touffu, concis et jubilatoire… C’est très jazz, c’est très club.

mess01.jpg

“The Days Of Wine And Roses” nous ramène à plus de douceur. Kummert enrobe le son, c’est presqu’un hommage à Getz. Je me surprends même de l’entendre jouer de la sorte, presque dans la tradition. Il y a tant de douceur, relevée par une pointe d’amertume. Et quand il introduit “All The Things You Are” de façon assez déconcertante - comme s’il était entré par la cuisine, plutôt que part la porte d’entrée - cela donne à nouveau des ailes à Cedric Raymond. Le thème est tellement démonté, tellement ouvert, qu’on se demande si c’est bien celui-là qu’on entend.

“Someday My Prince Will Come”. Kummert est amoureux. Ça s’entend dans la façon dont il joue, c’est lumineux, détaché, loin des clichés, légèrement bossa, totalement personnel.

Alors, pourquoi ne pas reprendre “Body And Soul” ? Au point où on en est. On est là pour s’amuser et à tourner sérieusement autour de thèmes éternels. Pas question, cependant, de manquer de respect. D’ailleurs, quand Cedric Raymond s’aventure à lâcher quelques citations, ce ne sont pas n’importe lesquelles: “Clair De Lune” de Debussy… la classe.

Le “vrai” groupe de Didier Van Uytvanck, avec leurs propres compositions, je l’entendrai une autre fois - le Mess Trio joue tous les jeudi au Sounds et on en reparlera, sans aucun doute.

 

A+

 

Les commentaires sont fermés.