14/07/2010

Jeann-Philippe Collard-Neven et Jean-Louis Rassinfosse

C’est le très huppé Mercedes House, à l’angle de la Place du Sablon et de la rue de la Régence, qu’ont choisi Jean-Philippe Collard-Neven et Jean-Louis Rassinfosse pour présenter leur troisième album en commun. La différence, avec les deux précédents, c’est que le duo est devenu quartette. Entendons-nous, il ne s’agit pas ici de simples invités, mais bien d’un véritable groupe où tout le monde apporte sa petite touche, ses idées et son talent.

P1110459.JPG

 

Du coup, avec l’arrivée de Fabrice Alleman au sax, à la clarinette et au chant et Xavier Desandre-Navarre aux percussions, la musique se pare de nouvelles couleurs.

Percussionniste sensible et inventif, Desandre-Navarre apporte une touche parfois latine, parfois orientale, parfois africaine selon qu’il frappe sur l’un ou l’autre de ses innombrables gongs, clochettes, cymbales ou tambours en tout genre. Fabrice Alleman, virtuose de la clarinette, évolue en équilibriste et slalome au travers de mélodies finement ciselées. Il papillonne, se dépose sur les accords de piano de Collard-Neven, rebondit sur les percus de Desandre-Navarre et s’envole avec le chant de la contrebasse de Rassinfosse.  Alleman se transforme parfois aussi en chanteur, chez qui l’on devine un petit côté Bobby McFerrin (sur «Don’t Say It’s Impossible», par exemple).

Bref, bien mieux que de se superposer ou de s’ajouter au duo, ces deux musiciens «supplémentaires» ajoutent à l’osmose d’un groupe d’amis et enrichissent la musique.

P1110461.JPG

 

De l’intimiste romantique et mélancolique (parfois même assez sombre), on est passé au chatoyant et au lumineux. Bien sûr, Collard-Neven a gardé le goût des mélodies mélancoliques («Loosing Belgium» - pessimisme?  ou «Passeur d’Etoiles» - hommage à Higelin?) où son touché au piano fait merveille, mais il aime aussi s’encanailler au Fender-Rhodes sur le joyeux «Strange Bossa».  Le mélange des genres est toujours aussi élégant, on y entend un peu de bossa, un peu de baroque, un peu de blues… Mais la force de ce groupe est de proposer une musique qui va au-delà de l’exercice de styles.

On avait vu le quartette bourgeonner au Gaume Jazz Festival puis à Jazz à Liège en 2009, il vient d’éclore ce 17 juin.

 

P1110473.JPG

 

L’album, «Braining Storm», sortira chez Fuga Libera et sera dans les bacs début septembre. Une belle arrière-saison en perspective.

A+

 

10/07/2010

Eté Jazz...

C’est l’été, il faut très chaud, les journées sont longues et chargées, les nuits sont courtes et, du coup, j’ai pris du retard dans mes comptes rendus.

Je reviendrai (vite, je l’espère) sur le concert de Collard-Neven et Rassinfosse pour la sortie de leur troisième album (en quartette, cette fois) «Braining Storm», et sur le concert d’Alain Pierre Acoustrees Quintet

Marcin Wasilewski_Manu Katche

Pour vous faire patienter, vous pouvez lire l’interview de Marcin Wasilewski que j’ai réalisée, il y a quelque temps déjà, et qui vient d’être publiée sur Citizen Jazz.

Et je vous en promets d’autres d’ici peu… surprise.

Et puis, n’oubliez pas: c’est la saison des Festivals.

En ce moment, c’est le Gent Jazz. On y a déjà vu un merveilleux Kurt Elling, un poétique Pierre Vaiana, un magique Ornette Coleman, un séduisant Chris Mendoza Group, un efficace Vijay Iyer et un délirant Chick Corea (qui se termina par une incroyable jam où l’on y retrouvait : Vijay Iyer, Christian Mc Bride, Kenny Garrett, Roy Haynes, Ronald Bruner, Hiromi et d’autres…) Et ce n’est pas fini !

 

Et puis, il y a le Brosella, dimanche (Roy Hargrove, Avishai Cohen, Ivan Paduart, Massot - Florizoone - Horbaczewski...)

Bientôt aussi, ce sera les Dinant Jazz Nights avec une affiche incroyable !

Manu Katché, le parrain de cette édition 2010, a invité Joshua Redman, Deedee Bridgewater, Aldo Romano, David Sanborn, Steve Gadd, Jan Garbarek, Philip Catherine, Enrico Pieranunzi, Eric Legnini, Till Brönner, David Linx, André Ceccarelli et d’autres encore.

Go, go, go…


dinant_2010_affiche

Moi, je n’y serai pas. Ben oui, c’est les vacances… et j’en profiterai pour aller au Festival Jazz à Souillac, ré-écouter Enrico Rava, Stefano Bollani et Tigran Hamasyan

Et ensuite, ce sera le Gouvy Jazz Festival, Ça Jazz à Huy, le Gaume Jazz, Jazz Middelheim, Jazz In Het Park

L’été est chaud.


A+