14/07/2010

Jeann-Philippe Collard-Neven et Jean-Louis Rassinfosse

C’est le très huppé Mercedes House, à l’angle de la Place du Sablon et de la rue de la Régence, qu’ont choisi Jean-Philippe Collard-Neven et Jean-Louis Rassinfosse pour présenter leur troisième album en commun. La différence, avec les deux précédents, c’est que le duo est devenu quartette. Entendons-nous, il ne s’agit pas ici de simples invités, mais bien d’un véritable groupe où tout le monde apporte sa petite touche, ses idées et son talent.

P1110459.JPG

 

Du coup, avec l’arrivée de Fabrice Alleman au sax, à la clarinette et au chant et Xavier Desandre-Navarre aux percussions, la musique se pare de nouvelles couleurs.

Percussionniste sensible et inventif, Desandre-Navarre apporte une touche parfois latine, parfois orientale, parfois africaine selon qu’il frappe sur l’un ou l’autre de ses innombrables gongs, clochettes, cymbales ou tambours en tout genre. Fabrice Alleman, virtuose de la clarinette, évolue en équilibriste et slalome au travers de mélodies finement ciselées. Il papillonne, se dépose sur les accords de piano de Collard-Neven, rebondit sur les percus de Desandre-Navarre et s’envole avec le chant de la contrebasse de Rassinfosse.  Alleman se transforme parfois aussi en chanteur, chez qui l’on devine un petit côté Bobby McFerrin (sur «Don’t Say It’s Impossible», par exemple).

Bref, bien mieux que de se superposer ou de s’ajouter au duo, ces deux musiciens «supplémentaires» ajoutent à l’osmose d’un groupe d’amis et enrichissent la musique.

P1110461.JPG

 

De l’intimiste romantique et mélancolique (parfois même assez sombre), on est passé au chatoyant et au lumineux. Bien sûr, Collard-Neven a gardé le goût des mélodies mélancoliques («Loosing Belgium» - pessimisme?  ou «Passeur d’Etoiles» - hommage à Higelin?) où son touché au piano fait merveille, mais il aime aussi s’encanailler au Fender-Rhodes sur le joyeux «Strange Bossa».  Le mélange des genres est toujours aussi élégant, on y entend un peu de bossa, un peu de baroque, un peu de blues… Mais la force de ce groupe est de proposer une musique qui va au-delà de l’exercice de styles.

On avait vu le quartette bourgeonner au Gaume Jazz Festival puis à Jazz à Liège en 2009, il vient d’éclore ce 17 juin.

 

P1110473.JPG

 

L’album, «Braining Storm», sortira chez Fuga Libera et sera dans les bacs début septembre. Une belle arrière-saison en perspective.

A+

 

Les commentaires sont fermés.