20/06/2010

Phynt & Erwin Vann au El Negocito - Gent

Voilà des années (3 ans ou plus?) que je n’avais plus vu Erwin Vann en concert. Je l’imaginais en Allemagne (il me confirmera qu’il a bien enregistré là-bas, mais qu’il n’y a pas souvent joué) ou aux Pays-Pas (mon intuition était déjà bien meilleure, puisqu’il y a joué assez souvent et vient d’enregistrer avec le pianiste Jereon Van Vliet…). Si on l’a vu un peu moins sur nos scènes, c’est aussi parce qu’Erwin a levé un peu le pied. Il a pris du recul, a pris le temps de respirer, de réfléchir et surtout, Erwin est devenu Erwin ‘Eknath’ Vann, professeur de yoga.

P1110294
Cela ne l’empêche pas de jouer encore, comme ce soir à Gand, au El Negocito. Et c’est avec plaisir que je le retrouve, entouré des jeunes musiciens du groupe Phynt: Ruben Machtelinckx (eg), Dries Laheye (elb) et Jakob Warmenbol (dm) que j’avais déjà remarqué lors d’un concert à L’archiduc, voici quelques années.

 P1110311

Après un premier morceau qui installe une atmosphère plus ou moins sereine, sous forme de ballade, Ruben Machtelinck attaque le second de front, avec une intro musclée. Son jeu, plutôt anguleux et concis, légèrement habillé d’effets d’écho ou de disto, rappelle un peu Bill Frisell ou Elliott Sharp. Le son s’accorde très bien à celui, parfois nasillard et un peu métallique, du sax de Vann. Ensemble, ils instaurent une ambiance, entre folk et jazz blues, qui s’ouvre de irrésistiblement à l’improvisation. Le morceau prend de l’épaisseur et s’enrichit des interventions bouillonnantes de Warmenbol aux drums et d’une basse galopante de Laheye.

La plupart des morceaux sont construits sur le même principe et évoluent vers un certain climax. Le groupe nous maintient alors en apesanteur, nous installe comme dans une bulle cotonneuse pour mieux nous bousculer. Parfois, un morceau plus éclaté, un peu de guingois, aux accents presque funky, s’intercale dans ce jazz assez fantasmagorique où Vann et Machtelinck explorent des sons tantôt âpres, tantôt aquatiques.

P1110302

Phynt et Erwin Vann arrivent toujours à bien contrôler l’énergie pour y mélanger des mélodies simples sur des harmonies complexes, et parviennent aussi à maintenir une tension juste et équilibrée. Bref, un groupe à suivre.

Avant de rentrer sur Bruxelles, je discute longuement avec Rogé, le patron du El Negocito, qui, après le club et le label (deux choses que je vous invite très vivement à découvrir), a encore plein de belles et bonnes idées en tête… Mais ça, c’est une autre histoire, et on en reparlera une autre fois.

 

A+

 

Les commentaires sont fermés.