04/04/2010

Makoto Kuriya au Sounds

Je ne connais pas Makoto Kuriya. Et apparemment, pas mal de gens sont dans mon cas. Résultat, au Sounds, ce mardi 23 mars, il y avait trois pelés et un tondu dans la salle (le tondu, c’était moi). Le plus étonnant, c’est qu’il y n’y avait même pas quelques compatriotes japonais en vue. Étrange, car si on cherche un peu, on se rend compte que Makoto Kuriya n’est pas vraiment le premier venu. Il a longtemps tourné avec Chuck Mangione aux States, à la fin des années ‘80, avant de rentrer au Japon où il a signé quelques gros succès populaires. Ensuite, on retrouve sa trace aux côtés de Curtis Fuller, Arthur Blythe, Daniel Humair et… de notre incontournable Toots !

 makoto001

Pour accompagner le pianiste, Mimi Verderame à la batterie et Bart De Nolf à la contrebasse sont parfaits. Mimi est l’archétype même du batteur de bop ou hard bop. Brillant et nerveux. Et Bart possède ce jeu ferme et efficace. Ça tombe bien, car Makoto est plutôt du genre flamboyant, énergique et souvent puissant, dans la lignée d’un Erroll Garner.

Alors, le trio enchaîne avec vigueur «One Note Samba» et «Manteca». Les tempos sont souvent rapides et Kuriya swingue! Il plaque les accords avec force, balaie tout le clavier du revers de la main, fait gronder les graves. Mimi s’enflamme sur quelques solos explosifs. Bart fait courir ses doigts sur les cordes. Les absents ont eu tort.

Sur des compositions personnelles, Makoto Kuriya souligne un peu plus ses origines japonaises. Dans une ballade, on hume quelques parfums délicats à la Ryuichi Sakamoto, entre poésie, mélancolie et lyrisme. Mais on le sent aussi attiré par quelques rythmes afro-cubains dans certains arrangements.

makoto002
Toujours avec un bel aplomb, le groupe mélange compos originales et standards («Dolphin Dance» ou «Watermelon Man») Quoi, je ne vous ai pas dit ? Makoto Kuriya a également joué avec Herbie Hancock

Bref, ce soir, c’était un jazz traditionnel avec une légère touche d’exotisme, et c’était plutôt réussi.

A+

 

Japon et Europe? Un lien utile : l’association Jazz France Japon.

 

Les commentaires sont fermés.