31/12/2009

Cécile Broché sur Citizen, Nathalie Loriers sur Musiq3

Je vous ai déjà dit (même si c’était parfois de façon sibylline) le bien que je pensais de «Soundscapes» de Cécile Broché et Etienne Bouyer.

Album sorti en début d’année (ou fin de l’année dernière déjà ?) chez Igloo.

Voilà un très beau voyage à rebondissements et plein de surprises qu’il serait stupide de ne pas faire en leur compagnie. Pour en savoir plus, vous pouvez lire ma chronique parue récemment sur Citizen Jazz.

phpthumb-2

Et puisqu’on en est à rattraper, tant bien que mal, le temps qui fuit, faisons un petit retour en arrière (humm… on n’est pas à une contradiction près).

Le 19 novembre, je me suis offert deux heures de liberté. Le temps de filer à la RTBF.

Régulièrement, à l’heure de son émission « Jazz », Philippe Baron invite un jazzman autour du Steinway de Musiq3. Cette fois-ci il s’agissait de Nathalie Loriers, accompagnée par Philippe Aerts.

Nous étions juste quelques privilégiés, une petite vingtaine (le studio n’est pas très grand), à pouvoir assister à ce joli moment… d’éternité.

C’est vrai, c’est agréable, c’est détendu, c’est sympathique et en plus les musiciens jouent le jeu. La pianiste et le contrebassiste s’amusent, prennent des risques, s’échappent dans des improvisations et oublient même que l’émission ne dure qu’une heure. Résultat, un ou deux morceaux prévus sur la set-list ne pourront malheureusement pas être joués.

Dommage, car ce petit tour d’horizon de quelques thèmes écrits par Nathalie était joué avec beaucoup d’élégance, de finesse et de sincérité. On en aurait voulu encore un peu plus.

loriersaerts3

Entrecoupés de quelques anecdotes tendres ou drôles, on eut droit à «Last Thought Of The Day», «Neige», «Confidence», «Mémoire d’O», «Danse Eternelle» et «Forward» (ce dernier titre étant de Philippe Aerts. On peut d’ailleurs l’entendre sur l’excellent album sorti en 2002, «Back To The Old World», qui fêtait le retour du contrebassiste en Belgique après deux ans d’exil à New York.)

Pris de court, je n’avais pas emmené mon appareil photo (heureusement, Philippe Baron avait tout prévu). La prochaine fois, si on m’invite encore (après tout, j’ai été bien sage, poli et attentif, non ?), j’y penserai.

Comme tout passe vite, l’émission n’est plus «en ligne». Mais vous pouvez toujours vous rabattre sur «Moments d’Eternité», le dernier album de Nathalie Loriers, sorti chez De Werf. Histoire de renouveler le plaisir ad vitam eternam

loriersmomentsdeternite

 

A+

 

Les commentaires sont fermés.