26/10/2009

Klangfahrer au Pelzer Jazz Club

 klangh01
Mercredi 15, un saut à Liège, au Pelzer. Curieux d’entendre un groupe allemand qui m’est totalement inconnu. Seul le nom de Thomas Berndt me dit vaguement quelque chose… et encore. Pourtant, le leader c’est le batteur, Gerd Breuer, qui a à son palmarès une très longue liste de jazzmen de renom (ça va de Lee Konitz à Charlie Mariano en passant par Hermeto Pascoal ou Riccardo Del Fra). Le groupe, c’est Klangfahrer et il vient d’Aix-la-Chapelle (Aachen). Je me demande si mon ami Jean-Marc (Jazz à Berlin) les connaît ?

klabg003

La musique est assez inspirée du jazz nordique. On y décèle une certaine rigueur dans les mélodies, compensées par des moments plus atmosphériques. Ainsi, le premier titre «Soundscape» est une sorte de ballade romantique, flottante et mélodieuse, tandis que le suivant (dont je n’ai pas retenu le nom) démarre tout en mystère avant de monter en régime. Le batteur imprime alors, aux balais et fagots, un groove soutenu, tandis que Thomas Berndt, au piano, ressasse un motif dans les medium et les graves. Parfois, le jeu de ce dernier semble s’inspirer de Geri Allen (ne me demandez pas pourquoi ce nom m’est venu en tête à l’écoute du pianiste) ou de Keith Jarrett… en moins cérébral. Au soprano, Johannes Flamm, pince les sons à la manière d’un Garbarek ou s’emporte dans des improvisations charnues au ténor. Le timbre se fait alors plus rauque, plus déchirant. Quant au bassiste Bernd Kistemann, il reste la plupart du temps souvent en retrait. Il soutient sobrement et efficacement ses acolytes.

klabg02

Le quartette alterne moments ensoleillés (qui rappellent parfois un peu le Pharoah Sanders des années ’80, époque, «Journey To The One») avec des moments plus introvertis («Elm»  de Richie Beirach ou « Humanity », par exemples). Klangfahrer propose des compositions souvent lyriques, qui empruntent parfois au classique (tendance Prokofiev ou Rimski-Korsakov) mais bien plus souvent à la pop music du point de vue rythmique. Il n’est donc pas étonnant qu’il reprenne quelques titres de E.S.T comme «Spunky Sprawl» ou s’inspire de ce groupe pour écrire des morceaux comme «Soul Driver» ou encore «Norwegian Elkes». C’est enlevé groovy et, ma foi… agréable.

 

A+

 

Commentaires

Best wishes and much greetings from Aachen/Germany

Thank you for this Artikel. If you like you can listen to our actuel CD "Humanity"

Yours sincerely
KLANGFAHRER

Thomas Berndt

Écrit par : Thomas Berndt | 15/05/2011

Les commentaires sont fermés.