28/03/2009

Delle Monache feat. Flavio Boltro au Sounds

 

Flavio Boltro avait laissé un excellent souvenir lors du dernier jazz marathon au Sounds. C’est sans doute l’une des raisons pour lesquelles le club était à nouveau bondé ce 21 mars au soir…
On sait qu’avec lui, ça va groover sec.
004

Le trompettiste était l’invité de Pierro Delle Monache (ts), que je n’avais jamais entendu en concert. Je ne le connaissais que vaguement, car Sergio m’avait déjà fait écouter quelques extraits de l’album «A24», sur lequel il joue en compagnie du guitariste de ce soir: Francesco Diodati.

Aux trois musiciens italiens, se sont ajoutés Mimi Verderame (qui a lui aussi du sang italien) à la batterie et Hendrik Vanattenhoven à la contrebasse.
002

Un premier morceau comme un tour de chauffe, histoire de régler le moteur avant de lancer la machine.

Boltro prend un chorus, puis un autre et l’intensité monte rapidement.
Il n’a peur de rien et, dès le départ, il trace !
Le contraste avec le jeu très souple, presque feutré, de Delle Monache, est d’autant plus saisissant. Le saxophoniste est tendre, rappelant parfois le Coltrane des ballades.
Plutôt que sur la puissance ou la technicité, le saxophoniste italien semble miser beaucoup plus sur ses compositions souvent très intéressantes, pleines de diversités, de chausse-trapes et remplies de virages à 180 degrés.
La musique est à la fois directe et complexe.
003

Le guitariste développe avec une agilité discrète des harmonies pas toujours simples et son jeu fonctionne très bien avec celui de Delle Monache. À eux deux, ils tissent comme un tapis idéal pour le jeu frénétique du trompettiste.
005

Derrière ce beau monde, il ne faudrait pas oublier Hendrik Vanattenhoven. Une présence totale avec une faculté de rebondir sur les thèmes, de les tonifier ou, au contraire, de les contenir. Mine de rien, Hendrik Vanattenhoven à l’étoffe des grands !

Alors, sur «Tutto Va Bene», Boltro - qui joue dans les aigus, les graves, la trompette bouchée ou encore le growl - se lance dans des chorus incendiaires.
Qui va suivre ?
Qui ?
Mimi Verderame, bien sûr ! Mimi le tellurique !
Rarement, je l’avais entendu frapper si fort et si puissamment !
Et toujours avec une précision et une musicalité redoutables !
Alors, la musique circule à toute vitesse entre le sax, la guitare et la trompette…
Un véritable feu d’artifice.
Vraiment… tutto va bene !
001

Deux sets d’une toute belle intensité !
Voilà de quoi réjouir le public (parfois très bruyant lors des moments plus «light»), Sergio et tous les musiciens.

Nul doute que l’on reverra nos «italiens» traîner à nouveau en Belgique… pour notre plus grand plaisir.

A+

Les commentaires sont fermés.