16/11/2008

Motives Festival (2)

On sait que le Motives Festival est assez attaché à la scène scandinave: Bugge Wesseltoft, Nils Petter Molvaer ou encore Tord Gustavsen sont déjà montés sur la scène du Casino Moderne à Genk.

Arve Henriksen fut plusieurs fois invité aussi (avec Dhafer Youssef et Supersilent) mais avait dû chaque fois renoncer pour cause de maladie.
001

Cette fois-ci, il était bien là pour présenter son dernier album en duo avec Jan Bang.

Ce fut un concert d’une incroyable poésie, d’une délicatesse hypnotique.

À l’instar d’un Jon Hassel, le trompettiste norvégien crée des ambiances et des univers tout en apesanteur.

De sa trompette, il tire des sons diaphanes qui peuvent s’apparenter parfois à ceux de la flûte.
On est au plus près du souffle, au plus près de la respiration lente et profonde.
002

Jan Bang, de son côté, sample en temps réel les motifs que verse délicatement Henriksen dans les différents micros filtrés spécifiquement.

Les ballades froides et dénudées flottent sur un tempo languissant qui agit comme un roulis calme et apaisé.

Parfois, Arve chante de sa voix haut perchée des paroles en norvégien qui rappellent un peu Jón Pór Birgisson de Sigur Ros.

Tout cela est d’une originalité et d’un lyrisme merveilleux.

Avant cela, Eric Thielemans proposait de découvrir (dans le noir) son Orchestra dans lequel on retrouve Jozef Dumoulin (p, Rhodes), Peter Jaquemyn (b), Hilary Jeffery (tb) et Jean-Yves Evrard (g).

Il s’agit ici d’une unique et longue improvisation qui évolue lentement, telle une coulée de boue qui envahit peu à peu un paysage fantomatique.

Le voyage est vertigineux et parfois éprouvant, car la tension est toujours présente.
Un roulement de caisse claire interminable (marque de fabrique de Thielemans) sert de tapis aux musiciens qui viennent le lacérer de riffs de guitare, le couvrir de postillons gras de trombone, le saupoudrer d’énigmatiques notes de piano. On passe de la douceur à la furie. On frôle parfois aussi le dröne.

Musique inclassable et sens de la performance.
Ce qui ne semble pas avoir plu à tout le monde.
003

Plus accessible, Manu Katché, et son groupe Playground, clôtura cette seconde journée.

La plupart des morceaux sont assez courts et tournent souvent autour de la ballade simple aux thèmes très construits.
Cela donne sans doute peu de possibilités aux solistes d’improviser.
004

Cependant, sur des titres plus groovy, l’excellent saxophoniste Petter Wettre emballe quelques solos puissants et inventifs.
Il est suivi par Alex Tassel, au bugle, qui donne un esprit un peu soul à la musique.
Les solos de batterie du leader sont incroyables d’énergie!
Jason Robello, au piano, est très complice du batteur et leurs échanges sont efficaces.

Contrairement à DeJohnette la veille, Manu Katché est très présent tout au long du concert en usant et abusant presque de ses toms et cymbales.
Ceci dit, tout est efficace et excessivement bien exécuté. Trop bien peut-être?
Cela enlèverait-il un peu de la spontanéité et de la surprise qui donnent au jazz ce sentiment unique?

A+

Les commentaires sont fermés.