03/02/2008

Marco Bardoscia - Sounds

Toujours le 26, après le concert de François Decamps à la Jazz Station, je suis allé écouter Marco Bardoscia au Sounds.
bar001

J’avais déjà entendu et vu le contrebassiste avec le groupe de Raffaele Casarano (dont vous pouvez lire la chronique de son disque ici).
Casarano était de la partie ce soir également.
Et pour compléter le groupe, il y avait Alberto Parmigiani à la guitare et Dario Congedo à la batterie.

Le profile du quartette est clairement orienté vers un jazz moderne énergique, chaud, lumineux mais aussi  assez «straight».

«I Don’t Know» est, d’entrée de jeu, accrocheur en diable.
Efficacité des solos de guitare et un Casarano explosif au soprano.
Le ton est donné.
bar002

Sur «Some Other Blues» de Coltrane, et malgré un public très bruyant et quelque peu dissipé, les quatre musiciens offre une ballade sobre et brillante où les solistes sont à nouveau mis en avant.
Le jeu du guitariste Alberto Parmigiani est d’une grande clarté, dans la tradition d’un Jim Hall… version moderne.
Le groupe de Bardoscia aime aussi jouer les contrastes, provoquer des surprises et prendre les contre-pieds. Avec humour, ils reprennent un «Mack The Knife» réjouissant.
Le quartette propose aussi des ambiances plus ethniques et osent le chaos, comme sur «Bamboo» où Casarano troque les instruments «classiques» pour le Xaphoon (sorte de flûte au son chaud et profond).
bar003

Marco Bardoscia trafique parfois le son de sa basse pour la faire sonner tel un steel drum et démontre alors un jeu très percussif. Il utilise l’archet de manière très convaincante aussi.
L’archet qui sert aussi au batteur, qui le fait glisser sur la tranche des cymbales, pour créer des ambiances étranges. Dario Congedo possède un jeu assez diversifié et étendu. Tantôt bop, tantôt funky, tantôt jungle mais toujours groovy.
Du coup, Casarano ou Parmigiani n’hésitent pas à se lancer des défis et à improviser avec fulgurance. Ils en deviennent presque intenables. Et tout le plaisir est pour nous.

Généreux, le groupe invite aussi, le temps de deux morceaux, la jeune et jolie Carla Casarano à monter sur scène. Le chant de l’Italienne est superbe. Puissant et félin à la fois. Une sorte de mix entre Maria Pia De Vito et Petra Magoni

Christophe Astolfi sera lui aussi invité à partager quelques titres avec le groupe.
Et il remettra ça après le concert… histoire jammer jusqu’au bout de la nuit.
bar004

Avec son quartette, Marco Bardoscia vient de sortir son premier album dans lequel il a invité l’excellent et fougueux tromboniste Gianluca Petrella (qui sera en concert avec son Indigo 5 lors du Blue Note Records Festival Indoor le 29 février à Gand).
Tout comme le concert, ce CD est une bien belle découverte.
On en reparlera sans doute.

A+

Les commentaires sont fermés.