13/01/2008

Fiorini-Rzewski Duo et Erik Vermeulen Trio au Beurs.

J’avais raté le concert de Fabian Fiorini et Jan Rzewski lors du dernier festival Jazz à Liège.
J’étais arrivé en toute fin de concert, pourtant programmé très tard.
01

Grâce aux Jazzlab Series, j’ai pu enfin écouter le duo, jeudi dernier, au Beursschouwburg.
J’aime bien cette salle du rez-de-chaussée aux allures de «Factory».
Et puis, c’était l’occasion de revoir aussi Erik Vermeulen en trio, puisque Jazzlab, qui ne fait pas les choses à moitié, a eu l’intelligence de coupler deux concerts par soirée.
Deux pianistes, deux approches différentes… pour un même bonheur.

Fiorini et Rzewski attaquent avec «Farfalle» qui semble puiser son inspiration autant chez Art Tatum, Fats Waller ou Monk pour le pianiste, que chez Steve Lacy pour le soprano (enfin, c’est mon impression).
Ce qui est fascinant dans ce duo, c’est cette idée de grand écart entre les racines du jazz et sa contemporanéité. Il y a des allers-retours  dans le temps, tant dans les compositions que dans l’interprétation. On retrouve d’ailleurs ce même esprit dans «Quadrimensionnele Blues».
02
D’autre part, il y a aussi le mélange jazz avec la musique classique ou contemporaine.
Fiorini est à la fois lyrique (voire presque romantique) sur des thèmes comme «Tall Crystal» et à la fois percussif, jusqu’à jouer les déstructurations, comme sur «Music For Food» (morceau que le duo jouait pour la première fois en public).
Ce thème, un peu ardu, aux rythmes et tempos fluctuants est plein de nuances, de changements de directions abruptes, de moments de tensions mais aussi de contemplation.
Rzewski passe alors à l’alto, pourtant, je le préfère au soprano, comme sur «Tarentelle de l’amour». Joué sur le ton de l’humour, ce morceau est une sorte de tango espagnol (ça existe?), sensuel et puissant à la fois, avec une mise à mort par un soprano rauque qui vibre comme des banderilles plantées au plus profond de la chair.

Avec ce Jazzlab Tour, le duo va sans doute encore
resserrer les liens et affiner les tensions.
Ça vaudra la peine de l’entendre encore en fin de tournée.

Après une courte pause où j’ai le temps de discuter un peu avec Fabian, Mathilde Renault, Nath ou Ben Sluijs (dont l’album «The Unplayables» sort début juillet), c’est au tour d’Erik Vermeulen de monter sur scène.
03
Le trio commence avec « Untitled 1 », une ballade à l’atmosphère légère, aérienne, sobre et dépouillée. Tout est en non-dit, en respirations et en silences.
Le touché d’Erik est délicat, tout comme le jeu de Marek Patrman avec ses balais.
Le batteur va jusqu’à tordre un des fils pour aller griffer la caisse claire et obtenir un son particulier.

Avec «Broken Something» ou «Tricolori», on joue plus sur une construction «évolutive». Une idée en amène une autre.
Les solos de Manolo Cabras, à la contrebasse, sont magnifiques d’intensité et de musicalité.
La connivence certaine entre les membres du groupe rend la musique excessivement vivante et (é)mouvante.
04
Il y a toujours chez Vermeulen cette dualité entre la luminosité du propos et la tourmente. Il y a ces tourbillons de notes aussitôt suivis de silences et d’inquiétudes. Un équilibre fragile et sensible. Et c’est encore plus flagrant dans «Untitled 2» et «Untitled 3».
J’essaie parfois de comparer son jeu à ceux d’autres pianistes, mais je n’y arrive pas vraiment, la musique d’Erik est bien trop personnelle.
05
«Station Like» (composé à partir d’une improvisation enregistrée lors du concert à la Jazz Station) explore à fond l’improvisation sur un thème très ouvert. Marek et Manolo sont explosifs. Ils frappent, giflent, frottent ou griffent leurs instruments de toutes parts, tandis que le pianiste fait gronder les cordes.

That’s jazz !

Tous les concerts du trio sont enregistrés durant la tournée, dans le but de sortir un CD chez De Werf dans le courant de l’année.
Alors, même si c’est en «live» que cette musique se vit (allez-y, il n’est pas trop tard, il y a encore des dates ce mois-ci), réservez déjà votre exemplaire chez votre disquaire… C’est moi qui vous le conseille.

A+

Les commentaires sont fermés.