23/09/2007

The Wild Party - Atelier 210

Ce n’est pas vraiment un concert, pas vraiment du théâtre non plus…
Un monologue?
Oui, en quelques sortes.
Pourtant il y a 5 acteurs?
Oui.
Enfin, 4 musiciens et un acteur. Et parfois, l’acteur se fait chanteur et les musiciens se font acteurs.

01

The Wild Party, c’est noir, c’est cru, c’est drôle, c’est cynique, c’est étonnant et, oserais-je le mot?… c’est génial!

Ce spectacle est présenté à l’Atelier 210 jusqu’au 26 septembre.
Dépêchez-vous d’y aller. Franchement, ça vaut vraiment la peine.

On vous raconte l’histoire de Burns, Queenie et Mister Black.
Une histoire d’amour, de sexe et d’alcool qui se termine mal. Très mal.
Ça pourrait être banal, et pourtant, les textes, la mise en scène (de Frederik Haugness), le jeu, la musique et les lumières empêchent cet écueil.

Benoît Verhaert, acteur fabuleux à la gestuelle sûre et aux mille visages, raconte avec conviction cette histoire sauvage et impudique écrite en 1926 par Joseph Moncure March (et aussitôt censurée) sortie une première fois de l’oubli par Art Spiegelman.
L’acteur joue tour à tour les rôles de la femme, de l’amant, du salaud, de la pute, du narrateur…
Tantôt poétique, tantôt grinçant, tantôt drôle, le texte a été superbement adapté à notre époque pour en garder toute la rage, toute la violence et un second degré bien senti. Il tape juste, il tape fort.

Les musiciens ponctuent, illustrent et participent musicalement aux dialogues.
Sommes-nous dans la pièce? Dans le texte? Dans l’impro? Difficile à dire.
Les acteurs mélangent temps présent et passé, jouent avec la réalité et la fiction. C’est un véritable tourbillon.

On flotte entre une ambiance à la Miles, façon «Ascenseur pour l’échafaud», et à la Lenny Bruce (comme me le faisait remarquer justement Manu Hermia).
On y entend quelques standards et un thème récurrent de Mingus. Ambiance !

Chacun endosse les rôles des uns et des autres.
Comme le sperme, l’alcool et le sang, tout se mélange.
Et puis, il faut voir les qualités d’acting du trompettiste Greg Houben (hilarant dans certaines scènes), du pianiste Matthieu Van (en pince-sans-rire cynique), du batteur Laurent Delchambre (mi-Jacques Dutronc, mi-Jacques Gamblin) et du bassiste Sam Gerstmans (détonant et explosif).

Cette pièce (??) ne se raconte pas, elle se vit.
Comme un concert de jazz.

N’hésitez plus une seconde: allez-y !

A+

Commentaires

J'ai vu la dernière, c'était très bien!

Écrit par : mwanji | 02/10/2007

Les commentaires sont fermés.