18/06/2007

Ntoumos - Jazz Station

Chaque fois que Dominic Ntoumos passe à Bruxelles, je vais l’écouter.
Et je n’allais pas déroger à la règle cette fois-ci non plus.
Il faut dire que ce diable de trompettiste se fait rare sur la scène belge: il vit maintenant à Londres et il part bientôt faire une longue tournée en Colombie.

03

Il est temps aussi qu’un bon label s’intéresse de plus près au gaillard (et mon petit doigt me dit que certaines choses pourraient enfin bouger de ce côté-là), car la musique qu’il propose le mérite vraiment.

Ce jeudi soir, la Jazz Station (qu’on aurait aimé voir plus remplie encore), a donc vibré au son de la funk, du hip-hop, de la soul, de la salsa, de l’électro-jazz et j’en passe.
Ben oui, Dominic mélange tous les genres…
Et le plus merveilleux dans tout ça, c’est que le groupe a un son et un style bien à lui.
Et cela ne fait que s’améliorer.

Groove puissant, irrésistible, aux effluves de musiques sud-américaines, Ntoumos attaque avec «Air Brazil». Un morceau inédit sur disque qu’il a pourtant enregistré voilà un an ou deux avec une formation Brésilienne.
Le trompettiste est à l’aise dans ce registre-là aussi. Ce n’est pas pour rien qu’il a fait partie de « Think Of One » pendant tout un temps.

Le groupe enchaîne alors les morceaux de l’album «Cosmopolitan People» en leurs donnant plus d’audace encore.

Il faut dire qu’à la batterie, il y a le très fidèle Maxime Zampieri (que l’on connaît aussi aux côtés de Julien Lourau ou Magic Malik entre autres) qui n'a pas son pareil pour faire éclater les rythmes.
Maxime n’hésite pas à injecter des polyrythmies insensées sur des tempos jungle affolants.
Un phénomène.
Toujours dansants et hyper vitaminés, les morceaux deviennent plus riches encore.

02

Greg Chanis (eg) insuffle, quant à lui, un côté rock au groupe, tandis que Loris Tils assure un groove funky à la basse.
Derrière ses platines, DJ Supaphonik balance, assez discrètement il faut le dire, quelques bons scratches incisifs.

La belle surprise pour moi, fut la découverte de Rob–Li.
J’étais habitué à entendre le spoken word / hip-hop d’ HKB-Finn avec ce groupe, et voilà que ce chanteur amène, en plus du «rap», un côté soul, un côté James Brown.
Il amène un aspect plus roots et plus africain aussi.
Voilà qui donne une couleur supplémentaire au groupe.

Avec tout ça, Ntoumos parvient à faire lever et danser les gens. (Même moi ! Si si, il y a des témoins !).

«African Woman», «Star Lady», «21 st October», «Auto Route» se mélangent aux nouveaux titres: «Healing Vibrationno» (assez tex-mex), «Rage» (très rock) ou encore «Sunday Morning» (funky)…
Pas de «Music, music, music» cette fois-ci, mais toujours «Energy, energy, energy».

Ntoumos aurait d’ailleurs bien continué la fête (et le public aussi), mais les riverains ont le droit de dormir en paix…

01

Alors, pendant qu’on discute et qu’on boit un verre au bar après le concert, Rob–Li s’installe derrière le piano et chante doucement quelques ballades bluesy et R&B.
Le calme après la tempête.

Voilà, il ne reste plus qu’à attendre le prochain album de Ntoumos (co-produit en partie par Eric Legnini, hé oui…) et la tournée qui va avec.

Moi, je suis déjà prêt.

A+

Commentaires

ntoumos hello
essaie de me donner des noivelle j espere que ca va bien
j attends de tes news
dom

Écrit par : dom | 11/09/2008

news hi super content de t avoir revu
j espere que tu a s aime
on ce tiens au jus
demande a bang un album
j attends de tes news
dom

Écrit par : ntoumos | 27/10/2008

salut mr dom
com d'ab fidèle au poste de l'élite du jazzy, funky, groovie, à bientôt
mr tchip

Écrit par : TCHIP | 09/11/2008

Les commentaires sont fermés.