16/01/2007

Michael, Alice... et Miles.

Triste week-end.
Il a plutôt été rude.
Michael.
Puis Alice.
Dur dur.

Je vais peut-être en faire hurler certains, mais je dois avouer n’avoir jamais été accro à la musique de Michael Brecker. (J’entends déjà Fred Delplancq me maudire…)
Que voulez-vous, c’est comme ça, il y a des choses auxquelles on accroche et d’autres pas… ou un peu moins.
Bien sûr, je ne connais pas tout de Michael Brecker, mais les albums que je possède ou que j’ai entendu ne m’ont jamais fait grimper au plafond.
Je n’ai peut-être pas écouté les bons ?
Pourtant, «Two Blocks From The Edge» ou son album «Michael Brecker» en ’86 sont crédités d’excellentes critiques… mais ils ne m’ont pas formidablement excité…
Et l’album plus récent : «Nearness Of You», m’a passablement ennuyé…

f59492qq5fr

Je ne m’explique pas pourquoi.
Je me suis plus amusé en écoutant les albums avec son frère Randy, par exemple…

Enfin, je devrais peut-être réécouter certains albums… Ou d’autres.
J’avais tenté cette expérience avec Pat Metheny (car j’ai le même «problème» avec Pat…) et ça n’avait rien donné.

Nothing Personnal Michael, mais je préfère des Brandford Marsalis, Jacky McLean ou Joe Lovano… entre autres.

R.I.P.


g47507co2nz

Alice Coltrane me fait plus vibrer, par contre.
«Something About John Coltrane» sur l’album «Journey in Satchidananda» (haaa, ce piano avec la tamboura derrière), l’ombre de John qui plane grâce au jeu incandescent de Pharoah Sanders… et Charles Haden à la basse… c’est énorme.
Et cet autre album, radical: «Universal Consciousness»!
Cette harpe, ce jeu à l’orgue, ces sons incroyables, cette musicalité intérieure…

Enfin, je me comprends.

Et son dernier album (que je ne possède pas mais que j’ai entendu plus d’une fois), enregistré après 25 ans de silence: «Translinear Light»…
C’est un joyau.
Le morceau-titre de l’album ou sa nouvelle version de «Sita Ram»… Je craque.
Demain je vais me l’acheter.

Certains émettent des doutes quant à sa carrière en tant que leader, pour ma part, j’en suis assez friand.

Mais… je ne connais pas tout non plus.
On ne peut pas tout connaître, d’ailleurs.
Et quand on croit connaître, on apprend encore des choses.

Tiens, Miles par exemple, je connais… mais il y a encore des choses que je redécouvre à chaque écoute et des milliers de choses que j’ignore...

C’est pour cela qu’il y a Flagey.

Depuis ce dimanche (le14), et pendant 5 semaines (les 28/01, 11/02, 4/03 et 18/03) à 11h. au Studio 5 et pour 10 euros, Jean-Pol Schroeder raconte la vie musicale de Miles, à l’aide de morceaux rares et d'extraits de films inédits qu’il a été puiser dans la caverne d’Ali Baba qu’est La Maison du Jazz à Liège.
(Dans le Studio 1, aux mêmes dates et mêmes heures, Marc Van Den Hoof fait la même chose en néerlandais.)
Du Hard-Bop au Modal, le fameux quintet (Wayne Shorter, Herbie Hancock, Ron Carter et Tony Williams), Miles Electric et Miles et sa fusion… tout y passe.

De quoi se nettoyer les oreilles et les yeux.

Mais… mais bien sûr, avec mon bol habituel, je ne suis pratiquement jamais libre ces dimanches-là…

Je vous le disais : les week-ends sont parfois rudes.

A+

Commentaires

Salut Jazzques,

chez Alice, outre "Journey", il y a "A Monastic Trio" et "Ptah the El Daoud" qui sont excellents... Et une bonne compilation, "Astral Meditations". J'ai découvert récemment "Translinear", c'est vrai qu'il est grave, empli d'une sorte de folie spirituelle. Ciao

Écrit par : Use | 10/02/2007

Les commentaires sont fermés.