15/11/2006

Yves Budin

Yves Budin est un drôle de type.
Enfin, je ne sais pas, je ne l’ai jamais rencontré.

Je ne l’ai jamais rencontré, mais je connais quand même ses dessins.
Normal quand on aime le dessin et le jazz.
Quand on aime Pratt, Joos, Munoz, Comes... et Miles, Mingus, Monk et les autres...

budin01
Yves Budin est un drôle de type.
Je ne l’ai jamais rencontré, mais j’ai vu son exposition. (C’est en ce moment à la Jazz Station.)
Et on sent qu’il vit son dessin.
Comme un jazzman vit sa musique.


L’expo, ce sont les dessins originaux.
Je trouve toujours cela fascinant les dessins originaux. Cette matière brute qui révèle encore plus la personnalité de l’artiste. Ça donne une dimension supplémentaire aux oeuvres.

L’expo, c’est donc du carton, de l’encre de chine, des coups de pinceaux, des taches…
On est giflé par le geste spontané. Le geste à la fois maîtrisé et libéré.
Comme si, dans ce geste, Yves Budin cherchait à se surprendre lui-même.
Une véritable improvisation en quelque sorte.

Ici, c’est le coup de pinceau.
C’est le noir. C’est le blanc.
C’est le rouge aussi. Vif et cinglant.
Pas de demi-ton.
C’est direct, c’est fort, …c’est jazz.





On reconnaît les jazzmen, on vit leurs attitudes, on entendrait presque leurs musiques.

Yves Budin est un drôle de type.
Je ne l’ai jamais rencontré, mais nous nous sommes déjà échangé des mails.

Le dernier date de ce matin.
Et ce n’était pas un simple mail.
Il était accompagné d'un somptueux dessin.
Tout neuf.
Pour la venue de Herbie Hancock à Bruxelles.

Budin02

























Yves Budin est un drôle de type.
Et je l’en remercie.

A+

____

Fin novembre, Yves sortira chez «Carnets du Dessert de Lune», un livre consacré à Miles. On en reparlera, c’est sûr…

____

23:53 Écrit par jacquesp dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.