15/10/2006

Almadav au Sounds

Vendredi soir, je voulais aller écouter Take The Duck (dont je rappelle l’excellent album « Live At Umit» pour lequel j’avais écrit une chronique sur Citizen Jazz) à L’Horloge Du Sud, sympathique resto-bar à l’ambiance toute africaine, décontractée et nonchalante.
C’est très sympa, mais c’est totalement bordélique. C’était la deuxième fois que j’y allais.
La clientèle y était toujours aussi hyper bruyante mais toujours aussi chaleureuse.
Et le concert avait lieu vers 22h.
Le problème est qu’il ne commença pas avant 23h.30…
Et j’avoue ne pas avoir attendu jusque-là.

Pendant que les musiciens attendaient d’être servi avant de jouer (comme prévu), j’ai eu le temps de lire entièrement mon Jazzmozaïek (avec interviews intéressantes de Chis Joris, Lieven Venken et de Tomasz Stanko, quelques chroniques assez sévères pour Bojan Z ou Kontomanou, justes pour Nathalie Loriers, Roberta Gambarini ou FES, et un peu trop gentille pour le dernier BJO que j’aime bien, mais qui ne vaut pas le somptueux « Music Of Bert Joris ». Enfin, ce n’est que mon point de vue…)

Bref, après avoir payé mes deux bières (je n’ai jamais vu un système aussi compliqué pour payer deux bières !!! Mais dans ce resto, je ne m’étonne plus de rien… :-) ), je suis allé écouter le second set de Almadav au Sounds.

almadav










Almadav est un jeune groupe composé de Xavier Rogé (d), Alexandre Cavalière (v), David De Vrieze (tb), Manu Bonetti (eg) et Cyrille De Haes (cb), qui joue un jazz-fusion. Entre funk, jazz-rock ou post-bop.
Enfin, c’est difficile de leur coller une étiquette.
Allez vous en rendre compte par vous-même lors d’un prochain concert, ça vaut la peine.
Il faut entendre cette belle énergie sur un thème frénétique comme « Peculiar » de Scofield, par exemple, où Cavalière prend des solis vifs et clairs.
Puis, avec « Tight » (??) de Rogé, c’est le batteur qui fascine par sa facilité à manager les polyrythmies. Et il faut d’ailleurs qu’on arrête de faire le parallèle avec Stéphane Galland. On sait que Xavier l’a remplacé parfois au sein d’Aka Moon, mais le jeu est assez différent quand même.
Xavier Rogé possède une sacrée personnalité à laquelle s’ajoute la finesse de jeu, la rapidité d’exécution, la puissance et la précision.
Et donc… ça groove.
Et ça joue!
Manu Bonetti se met joliment en avant et de balance quelques impros fermes et solides où je pense reconnaître les influences d’un Rosenwinkel ou d’un Abercrombie, peut-être.
Et quand Almadav se fait un peu plus « bluesy », c’est David De Vrieze au trombone qui se met en avant de belle manière, dans la veine d’un Robin Eubanks .

L’énergie est toujours là et le plaisir de jouer ensemble est communicatif. Et ce n’est pas sur une version dynamique de «Invisible Lady» de Charles Mingus que ça se calmera.
Les changements de rythmes et les accélérations sont un vrai bonheur. Xavier Rogé dirige la manœuvre avec vélocité et permet à Alexandre de s’envoler à nouveau dans des impros folles.
La polyrythmie et la déstructuration se fait encore plus marquante sur le thème suivant qui se termine de façon quasi psychédélique.
Ce qui nous vaut en rappel «Zhivago» (enfin, je crois) de Kurt Rosenwinkel.
Belle découverte que ce groupe.

Et bien sûr, pour terminer cette soirée, je bois un verre et discute avec les musiciens en me demandant quand même comment s’est terminé le concert de Take The Duck… (En fait, je le sais, ils ont mis une ambiance de fou… ce qui ne m’étonne pas de la part de Toine Thys et de ses amis)
;-)

A+

19:59 Écrit par jacquesp dans Musique | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

Mozaïek J'ai trouvé les 3 étoiles attribuées à Bojan totalement incompréhensibles. Les 5 du BJO sont "compréhensibles", mais pas méritées...

Écrit par : mwanji | 16/10/2006

4 étoiles... 4 étoiles pour le BJO.
Il me semble que le "Top CD" soit un peu exagéré.
Même si cet album est très bien ( surtout "A Bronx Morning" qui est en téléchargement si on achète le disque et qui est formidable!) et que j'apprécie beaucoup Franck Vaganée, on ne peut pas le mettre au même niveau que celui avec Bert Joris...
Mais celui-là est peut-être "hors catégorie"?

Écrit par : jacques | 16/10/2006

Les commentaires sont fermés.