04/09/2006

Fabien Degryse Trio à la Jazz Station


Reprise !
Ça y est, c’est la reprise
Bon, d’accord, le jazz ne s’arrête jamais. Mais il faut admettre qu’en été ce sont plutôt les festivals et les concerts gratuits qui prennent le dessus.

Ce samedi, c’était le lancement de la nouvelle saison à la Jazz Station.
Et… bonne surprise, il y avait du monde.
Même moi j’y étais.
Et Guido Marcon aussi , ( photographe dont j’ai déjà parlé ici ), et avec qui je discute de l’étroite marge de manœuvre dont les photographes professionnels « bénéficient » lors des festivals pour faire leur travail…
Pas simple.

Bref, sur scène : Fabien Degryse et son nouveau projet en trio.











Le trio, c’est Fabien à la guitare accompagné de Bruno Castellucci ( d ) et Bart De Nolf ( cb ).
D’après ce qu’ils m’ont dit, ce groupe s’est formé lors d’un « Master Class » en Thaïlande.
Comme quoi, les voyages ne forment pas que la jeunesse…

Après quelques semaines ( mois ?) de répétitions, le trio se présentait pour la première fois en public.

La plupart des compos sont signées Fabien Degryse… et l’on reconnaît presque instantanément sa patte.
Voyageant entre la bossa, le blues, le jazz et la chanson, Fabien égrène avec finesse et légèreté des thèmes qui paraissent simples et qui pourtant demandent une sacrée dextérité de sa part et une belle écoute entre les musiciens.

Après deux premiers morceaux « tendance bossa » et balade « bluesy » ( « Dreams and Goals » et « Fatima » ), le trio entame un morceau plus enlevé. Entre swing et bop… Ça voyage, ça coule, ça file.
Les échanges entre la guitare et la contrebasse de Bart De Nolf sont d’une extrême beauté. Bart sortira d’ailleurs un magnifique solo, puissant, profond, énergique et limpide.
Ce morceau me rappelle quelque chose… mais quoi ?
Il s’agit en fait d’un travail sur la base de « Oleo » de Rollins ( vous vous souvenez de la version avec Miles sur « Bag’s Groove » ? …hummm ) qu’ils ont intitulé « Aléa ». Excellent.

Un autre moment excellent, le meilleur moment de la soirée à mon avis : « Da Ann Blues » !
Un thème bien « roots », bien gras et bien blues. Fabien y délivrera ses notes avec plus de parcimonie, laissant chanter la basse de Bart ou la batterie de Bruno qui s’amuse à déséquilibrer la structure du morceau pour en donner toute la saveur.
Peu de notes… mais les bonnes. La belle idée. Et ce n’est pas Miles qui me contredira.

On termine le premier set « en force » avec « Yardbird Suite » de qui vous savez.
Et on reprend le deuxième set de façon plus sensuelle, plus… athmosphérique, sur un rythme brésilien ( est-ce une samba, une bossa… ? ) avant de proposer une belle version de « Manha de Carnaval » de Luis Bonfa où Fabien pourra s’exprimer au chant.
Aahh, il aime ça, le chant. Et le scat aussi… Ça se voit et ça se ressent. Au premier set, il avait déjà chanté sur « Have you met Miss Jones ».
Même s’il chante un peu « à côté » ou sans trop de sûreté, c’est sincère et c’est « vrai ».
Et c’est ce qui est touchant. C’est sûr, c’est moins fluide ou puissant que Phil Abraham ( qui était dans la salle ) ou moins souple que Greg Houben ( pour ne prendre que ces deux exemples belges ), mais sa façon de chanter a du charme…

Après ces moments d’une belle intensité, le concert se terminera avec des thèmes plus jazz blues ou bop, qui me rappelleront un peu le phrasé d’un Joe Pass, sur l’un des deux derniers morceaux par exemple.

Voilà donc un beau projet plein de promesses.

Après le concert, je retrouve Etienne Richard et Véronique Hocq. Histoire de parler… jazz.
De parler de la tournée dans le sud de la France pour l’un, des stages d'été et de projets pour l’autre. De discuter de la beauté et de la difficulté du jazz, de sa médiatisation, des nombreux et talentueux jazzmen…
Bref, histoire de refaire une fois de plus le monde en… jazz.

A

23:31 Écrit par jacquesp dans Musique | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.