08/05/2006

Manu Hermia Quartet - Sounds


Vendredi dernier, je quittais Anderlecht sous les feux d'artifices, chants et pétards qui saluaient le 28ème titre de champion de Belgique du RSCA pour me rendre au Sounds où m'attendait ce soir-là un autre feu d'artifice, celui du quartet de Manu Hermia.

La dernière fois que j'avais vu Manu, il m'avait dit qu'il était en train de remettre au point son quartet et envisageait d'enregistrer un nouvel album.
Plus de 6 ans après l'excellent L'Esprit Du Val, Manu revient.
Oh, bien sûr il ne nous avait pas totalement abandonné.
Loin de là.
Il nous a livré quelques très bons albums d'ethno - jazz - rock - jungle avec Slang, et un concert de feu sur la Grand Place de Bruxelles lors du Jazz Marathon 2005. Mais aussi de très beaux moments de plénitude avec son album ( et ses concerts ) Murmures de l'Inde.

L'Inde, pour Manu, c'est quelque chose qui l'a marqué profondément.
Pas étonnant que le travail avec son "nouveau" quartet en soit influencé.

Ce soir, au Sounds, c'était le dernier concert avant l'enregistrement du CD.
En effet, dès le lendemain matin, à 10h. , Manu, Erik Vermeulen, Sam Gerstmans et , revenu des Etats-Unis pour quelques temps, Lieven Venken se retrouveront en studio.

Le premier set est un "tour de chauffe", mélangeant "standards" ( comme Contemplation de McCoy Tyner ) et compositions personnelles comme I'm Me au tempo intense, parfois désarticulé, où le quartet donne vraiment toute sa puissance.
Le drumming de Lieven est éblouissant de ferveur, de subtilité et de créativité.
Lieven n'est pas un frappeur, mais sa puissance lui vient des contrastes qu'il propose. Son "final" est en tous points reamarquable d'inventivité.

Le deuxième set débute par une longue et fiévreuse "intro" en trio basse-batterie-sax...
Manu y met toute son âme. Car c'est une musique qui ne triche pas. Elle doit se vivre pour être juste...
L'équilibre entre les trois musiciens est parfaite et riche.
Et quand Erik Vermeulen remonte sur scène pour investir le piano, c'est pour ajouter encore à la flamboyance du thème.
Ce thème, c'est Rajazz - et ce sera le titre du futur album - qui ne trompe pas sur l'intension musicale que Manu veut nous faire partager: du "jazz" et des "ragas" indiens.
Il y a de la ferveur dans ce hard-bop particulier où l'on sent les influences Coltraniennes bien sûr ( et manu ne s'en cache pas ), et de la spiritualité. Espérons qu l'on retrouve tout ça sur le CD.

Avec Internal Sight, le thème semble plus "libre" encore. Ici, Manu improvise au soprano sur un thème "circulaire" qui passe de l'intimisme à la folie la plus débridée.
C'est magnifique, on est "dedans" et on n'en voit pas la fin... Du moins, on ne veut pas la voir.

Manu tentera de m'expliquer sa recherche de "fusion" entre musique indienne et gamme pentatonique pour créer son propre langage musical. Un peu comme ce que Malik, Steve Coleman ou Pierre Van Doormael arrivent à faire.
Mais je ne rentrerai pas dans le détail ici. Il faudrait d'abord que je prenne des notes ( promis, je le ferai la prochaine fois que je revois Manu ) et surtout que je comprenne...

Pour terminer, le quartet jouera Inner Urge d'un autre tout grand saxophoniste: Joe Henderson... et de quelle manière!

Bien heureux que Manu ait pris son temps pour façonner sa musique car, je prends les paris, "Rajazz" sera un album avec lequel il faudra compter à la rentrée.

A+

21:37 Écrit par jacquesp | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Commentaires

Eh eh eh qui voila encore.... J'adore Manu Hermia pour la bonne musique qu'il nous fait, mais aussi pour sa gentillesse et sa profonde humanité.

Écrit par : Gralinger, Micheline | 12/05/2006

salut Jacques & friends merci pour l'article sur Manu Hermia et tout les autres, quel boulot ! nous avons vu ( revu!) manu hermia en trio (SLANG ) à Valenciennes, mais je ne savais pas qu'il avait son propre groupe,donc à découvrir bientôt j'espère, le concert de slang ,( janvier 06 au Phénix ), était très dynamique comme toujours, et les 3 musiciens d'un contact simple et fort sympa, personnellement je n'ai qu'un regret , je trouve qu'il n'y avait pas assez de saxo et un peu trop de flute...comme sur le disque it's on the way, là on reste carrement sur sa faim ! mais bon on va se consoler ce we à Bruxelles?
amitiées françois

Écrit par : GROMIT | 16/05/2006

... Salut François.
Si tu aimes le sax, avec le quartet de Manu, tu ne seras pas déçu. Promis.

On se voit au Jazz Marathon, alors? Faut encore que je fasse ma petite liste de... "course"... ;-)))

A+

Écrit par : jacques | 16/05/2006

Les commentaires sont fermés.