26/04/2006

Pourquoi j'aime le jazz.


Etienne Richard et No Vibrato se produiront le 29 avril à La Maison Pelgrims, rue de Parme, 69, 1060 St Gilles.

Un concert comme un autre?
Non.
En jazz, de toute façon, rares sont les concerts qui se ressemblent... mais celui-ci sera un peu particulier.

Etienne - qui adore communiquer avec les gens, le public et les musiciens - proposera justement d'aller un peu "plus loin" qu'un simple concert en discutant, parlant ou échangeant des idées avec le public à propos de passion, de vie... de jazz.

Je ne peux pas expliquer pourquoi j'aime cette musique et les gens qui la font.

Mais peut-être comprendrez-vous en lisant ce que Etienne en dit lui-même:

"Jazz et engagement personnel."

1. Pourquoi le jazz ?

Dans une société où le mot "Art" est synonyme de loisir ou divertissement,
où le mot "spectacle" est synonyme de show,
où le mot "musique" se résume à un produit facile à digérer porté par la pub et les médias,pourquoi essayer de devenir artiste professionnel avec une musique peu rentable commercialement, avec la quelle on ne sera jamais une star ?
Pourquoi faire des études parfois longues, parfois coûteuses ?
Certains sont tombés dedans quand ils étaient petits.
D'autres ne savent rien faire d'autre.
Tous sont passionnés…

2. Mon parcours.

En ce qui me concerne, j'ai attendu l'âge de 32 ans pour faire ce choix.
Dans les milieux socioculturels et associatifs depuis l'âge de 16 ans, j'ai appris à travailler en équipe au service d'idées et d'actions de type social ou politique.
Effectué dans des statuts précaires ou le bénévolat, ce type d'engagement laissait peu de place à l'épanouissement personnel.
J'ai souhaité changer d'orientation.
Connaissant les milieux artistiques et aimant passionnément le jazz, j'ai pressenti que la pratique de cette musique pouvait concilier le développement personnel, une forme d'organisation du travail en harmonie avec mes idéaux au sein d'une équipe de musiciens ainsi qu'une implication dans une société en transformation.

Après 15 ans de pratique, où en suis-je ?

3. L'individu

L’improvisation est un langage, dont il faut bien sûr maîtriser le vocabulaire: harmonie et rythme. C’est une forme supérieure d’expression individuelle et de communication, qui paradoxalement, n'est jamais aussi intense que lorsque elle est à l'œuvre dans un groupe de musiciens, qui la soutiennent et l'inspirent.
Emotion, intuition, spontanéité peuvent s’y retrouver.
C’est vivre ici et maintenant (comme en mai 68 ! ).
Le jazz et l'improvisation ont aussi des accents libertaires: il y a des règles, parfois complexes. Les maîtriser pour se jouer d'elles et les dépasser procurent un grand sentiment de liberté et de créativité.
Le travail de composition et sa réalisation ont également le même effet.
Y arriver demande beaucoup de travail personnel, une auto-discipline.
Mais dans l'aboutissement on est jamais tout seul…

4. Le groupe

L'improvisation et la pratique du jazz, c'est aussi un dialogue avec ses partenaires, fait idéalement d’écoute et d’attention, où le résultat visé est l’unité et la fusion. Il faut un travail précis et rigoureux pour mettre en place la mélodie, les arrangements, le thème d'un morceau qui vont faire place ensuite aux improvisations, au "solos". Tout en usant chacun de leur instrument de manière personnelle, les musiciens vont collaborer étroitement pour que chaque individu fasse partie d'un tout à chaque instant.
La présence d'un leader ne pose aucun problème si le seul but est le résultat artistique.
Beaucoup de musiciens sont leaders de leur propre groupe et au service des leaders d'autres groupes.

J'aime cette façon de travailler dans une équipe !

5. Le public

Le rapport d'un individu ou d'un groupe d'individus à un grand nombre d'individus est au cœur de l'histoire de l'homme. Histoire faite de catastrophes lorsque ce sont la manipulation et la démagogie qui sont à l'œuvre.
Lors d'un concert avec ce type de musique ( jazz et musiques actuelles ), le public ne consomme pas un produit, mais doit faire au départ un petit effort pour "entrer" dans l'événement, pour participer au monde musical et sensoriel qui lui est proposé.
Dans de nombreux concerts avec No Vibrato (et d'autres formations), j'ai eu l'impression qu'une fois les contacts noués avec le public, les rapports étaient plus "vrais".
Comme si ces soir-là, c'était le meilleur de l'homme qui était à l'œuvre: la sensibilité, l'émotion, l'humour, la générosité…

6. La société

Le jazz est en mouvement depuis un siècle. Il a été le reflet des oppressions et des changements dans la société occidentale.
Malgré que l'on s'en serve souvent, il demeure irrécupérable par le show-business et la société de consommation.
Aujourd'hui, encore, il se transforme et se métisse, à l'image des peuples qui tentent de le faire.
Je fais partie de cette évolution. Je suis sensible depuis longtemps à d'autres cultures et d'autres musiques, qui aujourd'hui resurgissent dans mes compositions.

Etienne RICHARD

__________

Alors... samedi 29 ?
A 20h.

__________

21:12 Écrit par jacquesp | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Le concert d'Etienne a St Gilles. Dommage pour Etienne il parait qu'il n'y avait personne a son concert c'est Fred qui me l'a dit, le sax du groupe mais je crois que je n'ai pas besoin de te le dire tu connais hein en bon amateur de jazz comme toi.
A propos, comment vat-on dénommer ton journal "monsieur le journaliste" Je me réjouis quand meme de voir ta tete... de quoi tu as l'air (je rigole) mais peut etre que je t'ai deja vu .....hum

Écrit par : Gralinger micheline | 12/05/2006

Les commentaires sont fermés.