28/03/2006

Anouar Brahem - Flagey















La grande salle de Flagey était absolument comble pour le concert qu' Anouar Brahem donnait ce dimanche, soir accompagné de François Couturier au piano et Jean-Louis Matigner à l'accordéon.

C'était sa deuxième visite - avec cette formation - à Bruxelles.
Cette fois-ci, c'était pour présenter l'album Le Voyage de Sahar, sorti récemment chez ECM.

Anouar Brahem, c'est le recueillement, la douceur, la plénitude.
Loin du folklore mais tellement proche de la tradition.

Avec ce trio, il mélange la mémoire de l'orient et la musique occidentale.
Le oud et le piano, comme premier symbole auquel il ajoute - comme pour forcer le trait - l'accordéon.
A moins que ce ne soit un trait d'union.
Car l'accordéon possède ce pouvoir hybride d'être à la fois très latin ( Piazzola, Galliano...) et aussi très populo ( Horner, Verschuren... ).

Jean-Louis Matigner, lui, a trouvé son son.
Et il faut admettre que cela convient excessivement bien au travail de ce trio.
Matigner est réellement maître de son instrument. Distilant avec élégance et sobriété ses harmonies, mais sachant aussi inerver les thèmes qui touchent parfois aux ragas indiens...

Il faut dire que Brahem ne s'embarasse pas d'étiquettes. Bien que la base des compositions est clairement arabe, on sent les influences hispaniques, "classiques" ou, comme je le disais, "indiennes".
Tout cela avec délicatesse.
Contrairement au projet de Nathalie Loriers, Brahem construit - et c'est bien normal - ses compositions sur la musique tunisienne.
Mais c'est bien un piano, celui au son très cristalin de Couturier qui ramène ce petit monde vers le "jazz".

On sent entre ces trois-là une complicité forte et une écoute extrême. Chacun intervenant pour glisser une impro, tantôt mélancolique, tantôt joyeuse, dans dans une ambiance feutrée qui parle au coeur.

Parfois, Anouar Brahem s'accompagne en chantant, comme pour relancer le piano et pousser l'accordéon...
Et parfois, comme pour chanter une complainte.

Le public ne s'y trompe pas et fait une ovation au trio qui reviendra pour deux rappels.
Très beau concert qui se savoure avec plaisir. Un concert calme mais sans jamais être "soporifique" ( loin de là même )...
Car Anouar et sa musique parlent à l'âme...

A+

_________________________________

Le site de Anouar Brahem.

____________________________

Commentaires

eu Pour piazzola.. on peut pas vraiment dire que le bandonéon est comparable à un accordéon..

Écrit par : chat-noir-8 | 04/09/2007

Les commentaires sont fermés.