21/03/2006

Ntoumos au Tavernier


Mercredi 15 au Tavernier, l'ambiance n'avait rien à voir avec celle, feutrée, de la veille à la "Maison Autrique".
Ici, on est en plein quartier estudiantin.
Le Tavernier est bien rempli, comme à son habitude.

Il est 21h 30.
Doninic Ntoumos n'est pas encore sur scène, j'en profite pour discuter un peu avec lui. Il a des projets plein la tête et toujours une terrible envie de musique. Toutes les musiques. ( Il était présent au concert de Octurn - Malik au Bozar, et je ne l'ai pas vu... )

Ce soir, c'est avec une formule "light" qu'il se présente. On retrouve deux guitares, un batteur et un rappeur.
"Light", c'est donc sans Robert Mitchell, resté à Londres où il tourne avec son propre groupe.
Exit les claviers, donc.
Le concert n'en sera que plus "sec", plus "électrique".

Il faut dire que Dominique sait s'entourer d'excellents guitaristes. Après Réginald Trigaux, c'est le jeune Greg Chainis qui a les honneurs de la scène. Il nous éclaboussera d'ailleurs de quelques solis joués avec force et autorité. Sur Fun House par exemple, morceau jazz-house qui enflamme la foule...















Rien n'est fait pour calmer le jeu dans un concert de Ntoumos. L'énergie est omniprésente.
Et les variations aussi.
On passe en effet de la "jungle" ( Jall's House ) au "hip hop" (Star Lady ou Mathematics of Change ) en faisant un détour par une sorte de "reggae" ( nouveau morceau dont je ne connais pas le titre et... clairement anti-militariste. )

Les variations et l'énergie, ce n'est pas ce qui fait peur à Maxime Zampieri qui retrouvait son ami Dominique entre les enregistrements avec Magic Malik et la tournée mondiale qu'il fera avec ce dernier.
Après le concert, j'ai discuté un peu avec Maxime sur la manière de composer de Malik Mezzadri. A la fois complexe et tellement évidente. Une sacrée leçon de rigueur et de créativité...

Maxime est une "machine" à rythme à lui seul. Et si en plus il utilise des effets electros supplémentaires, tout explose !

Au micro, HKB Finn fait monter encore un peu la sauce en distillant ses "spoken words " et ses poèmes Hip Hop sur Autoroute, morceau hypnotique et vitaminé ou sur le non moins nerveux African Women.

Il ne faudrait pas oublier non plus l'excellent bassiste Loris Tills qui prend de plus en plus ses marques et impose sa personnalité. C'est d'autant plus évident sur les riffs de Cosmopolitan People emmenant tout le groupe dans une impro absolument délirante...
Et bien sûr Ntoumos, en maître, dirige ce fomidable groupe avec un dynamisme qui ne faiblit jamais.
Il relance, dépose des phrases, repart dans un solo, manipulant avec bonheur les sons de sa trompette...
Infatigable.

Le public en redemande encore, et c'est avec l'imparable Music Music Music que Ntoumos cloture ce concert énergisant.

Vous en ferait peut-être l'expérience à L'Eden à Charleroi le 21 avril...
Je vous le souhaite en tous cas !

Et puis Ntoumos sera de retour à Bruxelles bientôt... pour mettre à nouveau le feu... au Jazz Marathon!
Et plus tard à Liège...
Hé hé hé...

A+

00:47 Écrit par jacquesp | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

news hello alors ca va ca fait long
on reveins en belgique et l album est termine on cherche un nouveau label
a bientot

Écrit par : dom | 06/03/2008

Les commentaires sont fermés.