20/02/2006

Eric Legnini Trio "Miss Soul" à Flagey.

Ce jeudi soir ( le 16 ) le Studio 1 est plus que sold-out.
On a doublé la capacité de la salle en ajoutant tout autour de la scène des chaises.
On en est bien à 400 personnes ou plus...
Flagey avait hésité à déplacer le concert vers le Studio 4. Ç'eut été dommage, car l'ambiance aurait été tout autre.
La salle était devenue, pour le coup, très intime. Ressemblant presque à un club... les alcools et la fumée en moins. Le public entourait littéralement le trio.

Le trio ce soir, c'est Eric Legnini, Franck Agulhon et Mathias Allamane. Il sont venus présenter l'excellent album Miss Soul.
Ni une ni deux, on plonge dans la soul-funk de The Memphis Dude. C'est franc, limpide, brillant.
Le ton est donné. On enchaîne aussitôt avec Sugar Ray qui permet à Mathias d'improviser en solo. Il tire sur les cordes en gardant une toute grande musicalité.
On se croirait revenu au temps du hard-bop.
Ce n'est pas avec Miss Soul que l'intensité va redescendre. Au contraire, la température monte, c'est chaud, ça gonfle, ça groove...
Ce n'est pas pour déplaire quelques musiciens venus en amis comme Daniel Romeo, Laurent Doumont ou Mélanie De Biasio pour ne citer qu'eux...














Eric calme un peu le jeu avec For All We Know, interprété tout en profondeur et délicatesse. Posant les accents juste où il faut. Pour ne rien perdre de la tension.
Puis, c'est à Mathias d'introduire avec un long et très beau solo Horace Vorace. Dans la salle, des gens tapent dans les mains et sifflent... Ça balance à nouveau fort.
Eric a une main gauche extraordinnaire - ça devient banal de le dire, mais c'est assez stupéfiant - qui rehausse encore l'énergie contenue dans l'écriture de ses thèmes.
Niveau "écriture" d'ailleurs, La Strada est un vrai bijou.
Eric l'attaque sur un tempo plus enlevé que sur le disque. Ce qui n'empêche pas Franck et Mathias de suivre... Les harmonies entre piano et basse se croisent d'ailleurs avec une éblouissante magie.
Avec Home Sweet Soul, aux fragrances de gospel, le public réagira à nouveau. On frappe des mains, on se dandinne sur son fauteuil...
Mais comment ne pas faire autrement?
Le piano est plus noir encore. Transpirant presque. La soul envahit encore un peu plus la salle.

C'est sur Lisbon Stomp ( de Jarrett ) que Franck Agulhon se déchaînera dans un solo explosif avant que le concert ne se termine avec le très bluesy Back Home...

Il y aura un rappel bien sûr. Et ce sera Prelude to a Kiss qui tirera délicatement et sobrement le rideau.

C'est sûr, le piano fut bien sollicité. Comme nous. Cela mérite bien un verre de vin ( comme à la -bonne- habitude le jeudi à Falgey. )
Cela me permet de discuter un peu avec Eric, visiblement très content de son concert et d'une salle archi-comble. On le serait à moins.
Je papote aussi avec Pirly Zurstrassen, Jacobien, Mélanie De Biasio, Ruben... ou Jempi qui semble vouloir entrainer les musiciens à aller faire la jam au Sounds... hé hé hé...
Malheureusement, je dois me lever hyper tôt ce vendredi et une petite voix ( que j'entends cette fois-ci... et c'est rare...) me dit qu'il serait raisonnable de rentrer...
Soupir...

A+

_________________________________

Le trio d'Eric Legnini sera à nouveau en Belgique en juin pour Jazz A Liège ( le 10 ) , en juillet au Blue Note Festival à Gand ( le 15 ) ( ...et pas Linx-Wissels !?!?!?!?! Grrr!!!), et au Gaume Jazz Festival le 11 août...

___________________________

22:25 Écrit par jacquesp | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.